Business

François Hollande – Hors course ?

Suicide politique, stratégie indéchiffrable, régler ses comptes avant d’abandonner ses troupes dans la tempête ou au contraire repartir à la conquête d’un autre mandat.

Les éditorialistes s’en donnent à coeur joie depuis la sortie du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, « Un Président ne devrait pas dire ça… »

Toujours est-il qu’il y a du flottement en Hollandie, pire que ça, de la consternation même chez les plus inconditionnels suporters de François Hollande. Déjà que la galère gouvernementale avait des fuites après les départs des Montebourg, Filippetti, Hamon, Macron, sans oublier les mutins frondeurs qui rament contre leur camp.

Fallait-il vraiment que le président en rajoute une couche pour s’enfoncer encore un peu plus dans une impopularité chronique qui tourne autour de 15 à 18%.

 

quand-hollande-se-vantait-d-etre-paye-a-ne-rien-faire

Dans les bonnes feuilles que la presse a bien voulu sélectionner pour nous, c’est-à-dire les extraits les plus polémiques d’un pavé de 600 pages, Hollande dézingue à tout va. Même et surtout les magistrats qui pourtant l’estimaient plus que l’ancien Chef de l’Etat. Mais quelle mouche a piqué le Président lorsqu’il a prononcé cette phrase, où il décrit la justice comme…

« Une institution de lâcheté. C’est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux… On n’aime pas le politique »

Autant se tirer une balle dans le pied. D’ailleurs Sarkozy, « le petit De Gaulle » qui est un modèle de vertu et qui sait ce que le mot salir la fonction présidentielle veut dire, ne l’a pas loupé lors du premier débat de la primaire de droite…

« Je me demande jusqu’où François Hollande va salir et détruire la fonction présidentielle. Quel mépris, « Les pauvres des sans-dents, les sportifs des décérébrés, les magistrats des lâches, jusqu’où ira-t-il ? Mais le plus préoccupant, c’est un président de la République qui met entre les mains de journalistes sous influence des documents confidentiels. Le scandale est là »,

Vous noterez au passage le soutien du FN par la voix de Florian Philippot…

« Les attaques très sévères de magistrats contre un président de la République sont difficilement tolérables pour tous ceux qui sont attachés à la fonction présidentielle et au respect républicain qu’on lui doit ».

Les soucis actuels avec la justice du parti « aux mains propres » a sans doute influencé les propos du vice-président de Marine Le Pen.

Les magistrats « humiliés » par celui qui est le garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire, avaient vivement réagi après la découverte des propos sur la justice de François Hollande. Comment pouvait-il en être autrement. Le premier président de la Cour de cassation, Bertrand Louvel, a déclaré que ces confidences posaient « un problème institutionnel ». « Il n’est pas concevable que la charge de président puisse être utilisée par son titulaire pour contribuer à diffuser parmi les Français une vision aussi dégradante de leur justice ».

Mais lorsque Hollande semble prendre la défense de son ennemi numéro un, on croit rêver…

Au sujet de la géolocalisation de Nicolas Sarkozy, alias Paul Bismuth, il avait confié aux journalistes…

« S’il n’y a rien dans le dossier, c’est choquant, c’est vrai. C’est hélas le comportement de la justice ».

Mais ne vous y trompez pas, Hollande est plus que jamais dans la détestation du président des Républicains…

« Les cassettes » de Patrick Buisson, « sont très importantes, non pas qu’elles révèlent quoi que ce soit, il n’y a pas de secrets d’État, mais elles vont révéler ce qu’est ce type. Sa grossièreté, sa méchanceté, son cynisme ».

C’est vrai qu’un Président devrait d’abord assurer sa tâche plutôt que de s’épancher en révélations qu’il pourrait faire à la fin de son mandat. Combien d’autres confidences dans un livre rédigé grâce à 60 rendez-vous avec les journalistes. Mais que faut-il lui reprocher le plus ? Sa sincérité ou sa naïveté, son incapacité à rentrer dans la fonction qu’il occupe, son égocentrisme, son obsession de laisser une trace dans l’Histoire, son incompétence, ses constantes hésitations ?

Si François Hollande était réélu en 2017, cela serait probablement la surprise du siècle. Ce livre sera plus vraisemblablement son testament politique, car de toute façon dans l’état actuel du pays on ne voudra voir que son côté négatif. L’homme normal est probablement maintenant hors course. Dans ce cas qui prendra la suite pour tenter de recoller un PS en lambeaux ; Valls, Macron, Montebourg ?