Business

Effective Strategies for Newbies on How to Be a Successful Bidder at DealDash

Published by:

11111111111Winning any competitions require a certain strategy. Bidding at DealDash is a kind of competition and learning effective strategies on how to be a successful bidder is important to avoid frustrations and waste of bid points.  These strategies have been developed by people who have been successful bidders throughout the years.

How to Win in Online Penny Auctions?

You need to develop a definite plan when joining online penny auctions. If you are new to this game, learn the procedure first before making any bids. Find out the time of the day when there are just a few players joining. Less competition increases your chances of winning. After you are familiar with the activities at DealDash website, you can start looking for an item that you really want to have. Several clients have been complaining about winning items that they do not really want or need.  This is because they just make bids randomly.  Select one item and use your bid points for it. The more bids you place on an item, the higher your chance of getting it. Use BidBuddy to place your bids. This will let you do something else while the software works for you. You can check the website from time to time. Staying glued on your phone or computer waiting for you to win can be stressful. Just check the device from time to time to see how the bidding is going on.

Some players might stay out after consuming their points. Since you have saved your bid pack for this item alone, you will be able to sustain your bid until such time that others simply give up and you find yourself the winner.  You can start scouting again for something that you want or need. Using the same strategy, you might end up a DealDash winner again.

Business

StarChapter: An Effective Way to Increase Event Attendance

Published by:

1111111111You As a Chapter Leader Can Make A Dramatic Impact On Chapter Attendance

So, you are a volunteer leader or paid administrator of a member-based organization or association, and you are responsible for day-to-day operations, growth and stability. You know it is important to track and boost meeting attendance (but it’s not an easy task).

Does This Describe Your Situation?

Let’s say that your local member-based organization or association has 200 members. The average event will have membership attendance of 50-60 people, with a handful of guests thrown in the mix. Of those attendees, you see the same people month after month; with few exceptions, usually the same people attend, and the same people miss each event. However, you want to do something different. You are not satisfied just maintaining the status quo. The association’s most engaged members are going to show up without any special effort from you. You know you can do better. But what should you do?

StarChapter helps you grow your chapter’s membership, attendance, and revenues and achieve lasting board productivity, even when the board changes. With our member-friendly software, local chapter leaders can better manage their event registration, membership, communication, content, website, and eCommerce in one secured software. It even offers special tools for different board members to better perform their tasks, from the president to the treasurer as well as paid admins and AMCs.

StarChapter has responsive and customized website layouts, Dedicated StarChapter Specialists for setting up your service, 24/7 online technical support, and ongoing board training webinars. We continuously enhance and develop more features and services to fit your chapter’s needs.

Business

IRS Tax Debt Help Irvine Assists Tax Payers with Back Taxes from Penalties

Published by:

22222222222The IRS is the tax collecting body of the United States of America. It has been known for its strictness when it comes to filing of income tax returns. Citizens who fail to file their tax returns are never overlooked. Instead, the agency will file an income tax return based on their prior income statements. Failure to pay taxes is penalized by law. Your tax debt could multiply several folds if you disregard the notices from the agency asking you to pay your taxes plus interest and penalties. Residents of Irvine are fortunate to get IRS Tax Debt Help Irvine if they encounter problems regarding their taxes.

How to Resolve Tax Issues Efficiently?

There are several options that will make it easy for citizens to resolve their problems with the IRS. However, most ordinary citizens are not aware of these and if they are, they do not know what documents to prepare and how to submit them. In cases like this, IRS Tax Debt Help Irvine is ready to help you. There are former IRS employees to assist you in solving your problem. They know what forms to fill up, what documents are needed, and how to reduce the penalties and interests that have made your tax debt higher and higher each year. They know tax laws and your tax benefits. They re-compute prior income tax returns so that they can justify your request for removal or reduction of penalties.

With Tax Debt Help Irvine, you save time and money because an employee of the company will represent you to the IRS. Fees are highly affordable and efficient results are guaranteed. You can live a stress-free life because you are sure that there is someone working to resolve your problem with the IRS.

Business

Un Buisson plein d’épines

Published by:

patrick_buisson

patrick_buisson Alors que Sarközi tente de transformer l’incendie en incident, la publication du livre de Buisson vient de mettre en danger la candidature de l’ex-président aux primaires LR, déjà fragilisée par les multiples affaires juridiques qui le menacent.

Ce n’est pas une nouveauté, les chefs d’état s’aperçoivent souvent trop tard qu’ils sont entourés de femmes et d’hommes de confiance prêts à les trahir à la première occasion,  Hollande vient d’en faire la cruelle expérience… et Sarközi est en train de faire la même.

Pour bien comprendre les décisions que prendra l’ex-président, il faut découvrir quels en ont été les moteurs.

il est persuadé qu’à l’instar de Mitterrand, lequel, selon lui, a commis un « acte transgressif » lorsqu’il a imposé l’abolition de la peine de mort, contre l’avis d’une majorité de français, il doit à son tour commettre cet acte transgressif, et ce sera le serpent de mer de « la crise identitaire », donnant naissance peu après à un ministère, celui de l’immigration et de l’identité nationale.

Mais quelles sont les principales révélations que nous propose Patrick Buisson dans son « la cause du peuple  » ?

La 1ère se situe en mars 2006 lors des violentes manifestations contre le CPE, alors que Sarközi, ministre de l’intérieur, a décidé un coup bas pour nuire à De Villepin, en se mettant en valeur en même temps.

La tactique est simple, voire simpliste.

Il donne l’ordre de ne pas intervenir contre ceux qu’ils nomment les « racailles » : « nous avions pris la décision de laisser les bandes de blacks et de beurs agresser les jeunes blancs aux invalides, tout en informant les photographes de Paris Match (…) l’opinion ne retiendrait qu’une chose : des hordes sauvages étaient entrées dans Paris  ». lien

Cette courte vidéo illustre bien ce qui s’est passé.

lynchage_de_blanc_cpe Il était prévu que, dans un 1er temps, les casseurs puissent s’ébrouer sans intervention de la police : « on les laissera faire leurs courses chez Darty et à Go Sport » avait intimé Buisson, puis la police interviendra et Nicolas Sarközi apparaitra sur les lieux « fier de montrer aux termes d’un scénario réglé au millimètre pour les caméras de télévision, à quel point il maitrisait la situation face à un 1er ministre englué dans un affrontement mortifère avec la jeunesse  ».

Bien évidemment, en haut lieu on crie au mensonge, mais un autre son de cloche vient d’être donné par un CRS qui témoigne : « les unités mobilisées progressent « trop lentement », il faut des heures pour passer la rue Saint Dominique puis la rue de l’Université (…) en tant que responsable de l’armurerie, moi qui pensait ne pas chômer pour ravitailler en grenades mp7 mes collègues, je suis au chômage technique. Pas une grenade n’est lancée, pas une. Des consignes ont été données ». lien

La même manipulation a été réalisée à plusieurs reprises, comme l’avait démontré un certainMorice, qui, sur ce site, avait à l’époque tout compris comme on peut le lire dans cet article.

Il avait démontré comment Sarközi, quelques mois avant l’élection de 2007, avait construit une manipulation criminelle, destinée à améliorer son image, afin de le faire grimper dans les sondages…puis à le faire élire.

Et en effet, comme l’avait relevé Morice, « au soir du 1er tour de l’élection présidentielle, le sondage TNS Sofres dit de « sortie des urnes » indique que ce qui avait le plus influencé le vote des électeurs de Sarközi était mentionné par 43% d’entre eux, le choc de la gare du Nord », dixitEmmanuel Todd.

Le rédacteur, après avoir murement réfléchi durant 5 années avait parfaitement décrypté ce qu’il faut bien appeler une manipulation, lorsque des émeutes avaient éclaté à la Gare du Nord, lui permettant de gagner la présidentielle.

En proposant sur ce site en 2011, un article intitulé « sarko le pompier pyromane  », j’avais deviné, comme beaucoup, quelle était déjà la stratégie de l’ex-président.

Une autre révélation concerne le Front National.

Patrick Buisson raconte ce qui s’est passé entre les 2 tours de la présidentielle 2007 :

« Appelle Le Pen, (dixit Sarko) demande lui ce qu’il veut. Faut-il que je le reçoive ? (…) un 1ercontact est pris le 23 avril. le samedi suivant, Buisson porte un message au président du FN : le candidat Sarközi s’engage, s’il devient président, à assurer une représentation équitable des minorités dans les 2 assemblées (…) devant la possibilité que Le Pen n’obtienne pas les fameuses 500 signatures, il donne pour instruction à Alain Marleix, le spécialiste des élections au parti, de faire remonter une cinquantaine de signatures d’élus au candidat Le Pen et à lui seul  ».

En 2005 il affirmait déjà avec ses proches : « les valeurs du Front National sont celles de tous les Français  », et quand entre les 2 tours François Fillon évoquera dans les échos « l’incompatibilité des valeurs entre le FN et la droite républicaine », ses propos seront désavoués par Sarközi. lien

Mais ne faut-il pas s’interroger face à ce qu’écrit l’ex-conseiller présidentiel, quand il affirme que son ancien « patron » lui avait glissé un jour : « je vais te dire ce qui nous différencie des autres, c’est que toi et moi, on est des mauvais garçons ».

L’ex conseiller nous raconte aussi ce que pense son patron de certains cadres de l’UMP : « Xavier Bertrand ? C’est un méchant. 10 ans à essayer de placer des assurances en Picardie, 10 ans à taper aux portes et à se prendre des râteaux, ça a de quoi vous rendre méchant pour le restant de vos jours »… « Cet abruti d’Estrosi qui a une noisette dans la tête  ».

Il raconte aussi pourquoi il tenait tant à ce que DSK soit son adversaire : « il n’aime pas les femmes, mais le sexe. Faites moi confiance, j’ai de quoi le faire exploser en plein vol ».

Alors bien sur, face à cette avalanche de révélations, le clan Sarkö tente d’éteindre l’incendie, dénonçant sans preuves, un tissus de mensonge, à l’instar de Brice Hortefeux qui « dénonce l’inanité d’affirmations invérifiables » ou de Valérie Pécresse qui évoque une « manipulation », évoquant « un coté voyeur et insincère, un déballage » tout commeLaurent Wauquiez qui parle d’un « tissus de racontars, de pseudo-conversations privées, d’un règlement de compte sans intérêt  ». lien

Il reste maintenant à savoir quel sera l’impact de la publication de ce livre pour l’élection2017, et sans lire dans le marc de café, on peut tout de même imaginer que les retombées seront assez néfastes pour l’ex-président.

Comme dit mon vieil ami africain : « si en te baignant tu as échappé au crocodile, prend garde au léopard qui te guette sur la berge  ».

L’image illustrant l’article vient de forum.doctissimo.fr

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Business

Un certain ressenti

Published by:

route-2-660x330

Des fois, tu ne sais pas ce qui change réellement : toi ou les autres, le monde ou la perception que tu en as ? Tu sais juste que tu enregistres une somme de petits faits, de petits évènements insignifiants, mais qui, mis bout à bout, ont l’air de vouloir raconter quelque chose, dessiner un nouveau rapport au réel. Peut-être juste un changement de grille de lectureou de sensibilité, mais peut-être aussi la prise de conscience, par accumulation, qu’un changement progressif devient finalement perceptible.

Par exemple, il y a toujours eu des chauffards sur la route. Peut-être moins ces dernières années où l’on vante la baisse du nombre de tués sur la route… mais où l’on oublie la possible augmentation des incidents mineurs, des blessés, estropiés, choqués, survivants par miracles. Et puis, il y a le quotidien, les interactions, les expériences et cette sensation qu’en fait non, ces derniers temps, c’est un peu comme si l’air lui-même était devenu agressif. Mais aussi bien, c’est toi qui es plus sensible, plus émotif, voire plus attentif aux petites variations insignifiantes.

Principe d’accumulation

L’autre jour, c’était une voiture affalée dans le fossé, avec un automobiliste qui attendait quelque chose, à côté. On s’est arrêtés juste pour vérifier que tout était sous contrôle, qu’il n’avait besoin de rien de plus. Il nous raconte que c’est une amie, avec ses deux filles à l’arrière, qui a croisé la route d’un type qui prenait toute la largeur de la voie. Elle a dû l’éviter et s’est retrouvée dans le fossé. Pas juste un peu. C’est un gros fossé, assez profond dans lequel le monospace est à moitié encastré. On y voit les cicatrices de terre et de caillasse qui marquent les portières et qui témoignent de la violence de l’arrêt.

— Mais le pire, nous raconte cet homme, c’est que le type n’a même pas fait mine de ralentir ou quoi que ce soit de ce genre. Il a juste continué son chemin, la laissant dans le fossé avec ses deux enfants.

C’est une toute petite route que l’on n’emprunte jamais par hasard. On se dit que le type est forcément du coin. Peut-être même qu’on le connait, qu’on l’a croisé ou qu’on a parlé avec lui.

Là, c’est un monospace, bétaillère à gosses également, deux têtes à l’arrière aussi, qui a déboulé sur ma droite sans même faire mine de remarquer qu’il y avait un stop. Pas un ralentissement, pas une hésitation. J’ai dû freiner urgemment pour ne pas l’emboutir. Je me retrouve à la suivre. Elle ne conduit même pas vite. Rien de spécial. Mais elle a manqué toutes nous tuer. Le hasard veut qu’elle se rende au même supermarché que moi. Rien à signaler en dehors de ce moment de désinvolture routière qui aurait pu être le dernier. J’ignore si elle s’est rendu compte de quelque chose ou pas.

Le lendemain, c’est un SUV bas de gamme qui, s’apercevant’ qu’il a pris la mauvaise file dans l’échangeur, va juste se rabattre sur moi, m’obligeant de nouveau à un freinage d’urgence ponctué, cette fois, d’une avalanche de coups de klaxon. Le type qui conduit a l’air de m’engueuler dans son rétro. C’était pour lui plus important de suivre sa route que d’éviter de se mettre en danger ou mettre en danger autrui. Ou alors, il ne s’est rendu compte de rien et pense que je l’agresse.

Depuis la rentrée, sur le trajet du collège, on a déjà évité l’équivalent d’une demi-douzaine d’accidents graves impliquant des gens qui ont l’air de n’en avoir plus rien à foutre : du code, des flics, des autres, de la vie de leurs proches, de la leur.

Variations anomiques

En fait, ce n’est pas vraiment de la colère, c’est juste une totale indifférence à l’idée même de conséquences.

Alors je ne sais pas : est-ce que le comportement des autres s’infléchit ou est-ce que ma perception s’est modifiée ou même ma tolérance à l’écart, à la désinvolture, voire au mépris qui s’est sérieusement émoussée ?

Est-ce que, finalement atrophiée par les déplorables exemples venus d’en haut, l’intériorisation des règles communes est en voie de délitement ? Est-ce que l’anomie devient la règle en l’absence de sens des règles ?

Il y a, aujourd’hui, dans la rugosité des rapports au sein de notre société, quelque chose de l’ordre du bruit des ongles sur le tableau noir, une hypersensibilité négative qui finit par anesthésier tout sens commun et tout sens du commun. Une sorte de haine larvée, drapée dans un océan de mépris.

Ou juste un subtil agacement, un ajustement nécessaire à la profonde violence des rapports humains dans un monde dérégulé gouverné par la compétition et l’argent.

Mais en fait, il n’y a peut-être rien, juste une convergence statistique étonnante, mais encore dans la fourchette du possible de petits riens anecdotiques sans aucune espèce de signification.

Business

L’été de la désinformation (9) : les escrocs de la santé magnifiés par les journalistes « indépendants »

Published by:

irradiation

L’énergie dite libre a eu pendant des années son escroc en la personne d’Andrea Rossi (elle vient d’avoir aussi l’ineffable Keshe dont je vous ai parlé ici), l’idée de vaincre le cancer en a eu plusieurs, dont un cas qui obligatoirement va revenir au fil du temps : pensez donc :  l’inventeur d’une machine censée guérir de cette maladie est mort sans laisser derrière lui de documents permettant de connaître le détail du fonctionnement de son procédé.  Idéal pour qu’il devienne un mythe !  Son appareil ressemblait à un délire du laboratoire du professeur Tournesol, ou de Géotrouvetou, et personne n’a jamais su expliquer son fonctionnement… même pas son constructeur lui-même.  Le bidule, dans sa version finale, faisait plus de 50 tonnes et il n’avait fonctionné que 3 jours.  Il n’empêche, chez StopMensonges, toujours aussi judicieux, c’était bien la machine idéale… pour soigner le cancer (ça et les autres recettes farfelues) !

Une découverte par hasard pendant la guerre

folagaTout démarre chez notre Tournesol-Trouvetoupendant la guerre, en 1943, où un prisonnier italien âgé de trente ans est transféré par l’autorité allemande à la base sous-marine de Bordeaux.  C’est un radioélectricien, du genre prosaïque : il n’est pas ingénieur mais possède un savoir-faire assez impressionnant, qui étonne ses supérieurs.  Antoine Priore sait déjà tout réparer, ou presque, car il est d’une curiosité extrême.  Rien ne lui échappe.  Et surtout pas les faits que d’autres n’ont pas remarqué.  L’année précédente, en Italie, l’homme, alors affecté à une station de radar et de transmissions, dans la marine italienne, travaillait dans un local exigu, qui le forçait à jongler avec la place à l’intérieur.bv-138  Comme il y avait stocké des fruits, des oranges, il avait constaté que les siens, enfermés près de l’émetteur radar ne pourrissaient pas, au contraire de celles de ses collègues stockés ailleurs (à gauche un radar RDT4 « Folaga » italien, développé à parti de 1935 par le professeur Carrara).  Dans sa station, pas de frigo bien sûr ni pour lui, ni pour les autres. L’expérience l’avait subjugué. A Bordeaux, il ne travaille pas près d’un radar, mais les U-Boot dont il s’occupe doivent être régulièrement démagnétisés (ici un sous-marin récent faisant de même), et le champ aimanté à produire, par son intensité, produisait les mêmes effets sur les victuailles, avait-il remarqué.  Ici en photo, un peu l’inverse à bord d’un « sabot volant » BV-138 : un cercle émettant un rayonnement magnétique pour faire sauter à distance les mines.  Les anglais faisaient de mêmeavec des Wellington.  Aucune étude, hélas,  n’a jamais été menée sur les aviateurs ayant été soumis à ces rayonnements magnétiques.  Ont-ils fini cancéreux, où ont-ils bénéficié des ondes émises, rien, le brouillard complet.

Le radar qui conserve

Durant la guerre, en 1942, affecté à une station de radar et de transmissions, dans la marine italienne, il a constaté que des oranges exposées aux champs électromagnétiques de ses émetteurs ne moisissent en effet pas.  Il va à partir de là bâtir une conviction, et tenter à sa libération d’inlassablement reproduire l’expérience, à défaut de réussir à la comprendre.  Tout se fera ainsi : sans plans préalables, sans formalisation, c’est avant tout un… bricolage, et une suite sans fin de tâtonnements répétés. Aucune théorie d’élaborée, mais des constatations induisant des modifications régulières : c’est une découverte à l’aveugle.  Il bénéficie aussi d’un heureux concours de circonstances, il peut expérimenter pas mal d’objets électroniques tels que les tubes, car depuis la fin de la guerre, les stocks de l’armée en regorgent.  Aucune difficulté pour s’approvisionner, même à bas prix.  Son atelier devient vite une caverne d’Ali Baba de surplus divers.  D’où ses multiples tentatives, jamais suivies de notes précises : il n’a aucune méthode scientifique, c’est un intuitif né.

Une technique « atomisée » aujourd’hui utilisée par les hypers !

nordion-irradiator-french

symbole-alimentEn fait Priore a découvert par hasard l’effet des rayonnements sur les végétaux.  Des années plus tard on formalisera cela en créant des centres d’expositions brefs de rayonnement, d’origine nucléaire, cette fois, pour empêcher des légumes de se dégrader : les bactéries ne les attaquent plus, tuées… par les radiations : c’est le même principe, à part que la source des rayonnements diffère.  Ces centres utilisés par les hypermarchés, en France (ici le JS-10000 deNordion, au Canada, car là-bas aussi, vous y avez droit) reçoivent aujourd’hui encore fort peu de publicité  : le grand public n’aimerait pas apprendre qu’il mange des produit qui ont été irradiés.  C’est dans les années 60 que le concept était apparu aux Etats-Unis, expliqué ici par exemple dans le numéro de Mécanique Populaire N°228 de mai 1965.  Il se trouve que j’ai déjà expliqué ailleurs ce concept.  Un concept qui aurait pu faire l’objet d’un beau sujet « conspi » (« ils nous gouvernent et nous empoisonnent « ) mais comme on a pu le voir ce ne serait pas la première fois qu’ils ratent le coche… ces ignares.  L’étiquette indiquant que le produit a été irradié (c’est le logo RADURA), personne ne la connaît.  Et pour cause, elle n’est que fort peu représentative…. des radiations, qui utilisent plutôt ce signe connu.

Les barquettes gamma

camion-irradiation« Dans le numéro de mai 1965 de ma revue(N° de mars aux USA), en effet un article est intitulé « le monde merveilleux des produits irradiés » à coup de cobalt 60 et au césium 137 : du bois, pour mieux l’imprégner de résine, du plastique à mémoire de forme… ou des aliments, bombardés de rayons gamma pour ne pas pourrir trop vite. Le procédé depuis a fait florès : aujourd’hui, en sept endroits différents, des barquettes de fruits ou de légumes passent sur un tapis roulant qui bombarde d’isotopes, et peu de gens le savent : le but, prolonger la vie du fruit pour pouvoir le vendre plus longtemps. Ça ne l’améliore en rien, ça ne fait que tuer les insectes qui pourraient encore subsister dessus ou dedans, et détruit même au passage des vitamines, comme l’ont fait remarquer des campagnes de prévention de la CRiiRAD.  On mange tchernobylisé, et on ne le sait même pas. Tout y passe, de l’oignon à l’échalote en passant par lirradiationa viande de volaille, les herbes aromatiques surgelées, les crevettes, congelées ou non, et jusqu’au camembert au lait cru !  En France, il existe déjà 7 centrales d’irradiation des aliments, dont une à Orsay (dans l’Essonne, chez Thomson, au domaine de Corbeville), qui traitent pour l’instant 5 000 tonnes d’aliments irradiés chaque année. Evidemment, nulle étiquette extérieure n’indique le traitement.strawberries Faudra-t-il aller acheter dans les années à venir ses légumes ou ses fruits muni d’un compteur Geiger pour se rendre compte des doses que l’on reçoit ?
Avez-vous vu beaucoup de publicités sur le sujet ? Que nenni : on en parlait pourtant déjà il y a 44 ans maintenant !!! Mieux encore : en janvier 1954 déjà, un autre entrefilet de MP indiquait que le passage sous les radiations, envisagé pour « stériliser » détruisait aussi les vitamines !! Ce qui était néfaste il y a 55 ans serait donc devenu bon entre temps ? Les Verts, nos fameux écolos, dans lesquels je ne retrouve pourtant pas, ont pourtant demandé en 2005 une commission d’enquête parlementaire sur le sujet : on l’attend toujours. La « conserve atomique » comme on le disait dans les années cinquante, a encore de beaux jours devant elle, à ce rythme là ! Tout se passe comme si le gouvernement souhaitait minimiser ce principe en effectuant un black-out complet sur cette technologie dont les effets à long terme sont inconnus, et dont les consommateurs ne sont nullement avertis. On retrouve le syndrome des ondes WIFI, pour lesquelles les études semblent bien avoir été bâclées, sinon étouffées dans l’œuf. Par les fabricants de matériels, bien entendu ».
Ah les ondes et les rayonnements ; vaste débat !

Des végétaux à la viande, puis… à l’être humain malade
f89Priore avait très certainement approché le même procédé, sans le savoir.  Mais ce qui l’avait très vite tenté, à l’époque où le cancer faisait de terribles ravages, c’est l’expérimentation sur le vivant. Qu’il tente d’abord en passant d’abord des légumes à la  viande : « le Dr Marfaing, son médecin, situe ses premiers résultats vers 1948-1950 : « Un soir Priore m’appelle, il exultait, il dansait, en me montrant un morceau de viande qu’il avait parfaitement conservé ». Son appareil rudimentaire lui permet donc de tuer les moisissures à l’origine du pourrissement. Multipliant les essais sur diverses denrées (c’était un expérimentateur insatiable), il remarque l’état de conservation exceptionnel des légumes et des viandes plusieurs semaines à plusieurs mois après traitement. On ne peut l’explipriorequer par la seule destruction des micro-organismes. »Conservation mais pas encore de soins, pour les êtres vivants.  Il a alors l’idée de tenter l’expérience sur une petite chatte dont la tumeur cancéreuse finit par régresser après 15 jours d’exposition à sa machine, en 1953. Il faut attendre 7 ans pour en avoir une seconde et une expérience sur 60 rats à la tumeur greffée (plus facile à éradiquer).  L’expérience « marche », et mieux puisqu’il n’y aucun effet secondaire de perceptible de visible. Une commission réunie par Jacques Chaban-Delmas reste cependant sceptique, car aucune procédure sérieuse n’est possible avec unemachine que personne ne connaît en détail.. même pas son inventeur, qui l’a bricolée au fur et à mesure. priore10A l’intérieur du dernier projet M600, le plus monstrueux (à gauche ci-dessus le projet 2, et à droite le dernier), c’est le palais du facteur Cheval électronique ! Mais son entourage le sollicite, et comme il ne sait pas dire non, certains membres de sa famille commencent à lui proposer de soigner des personnes atteintes de maux incurables, selon la médecine de l’époque. Et comme aucun protocole sérieux n’est établi, la moindre rémission ou la moindre évolution positive va vite se transformer en réputation de « soigneur de cancéreux« . « Très vite il soigne des malades venant « au cas où » pour cause d’impuissance de la médecine (nous sommes dans l’après guerre, dans les années 45-50, l’ère de l’antibiothérapie débute, les techniques médicales incertaines, on manque de tout ». 

Un succès improbable et incompréhensible, surtout !

tube3Une réputation qui va vite prendre une dimension inattendue, des industriels tentés par l’espoir de juteux bénéfices commençant à l’approcher, malgré le fait que lui-même ne s’explique toujours pas pourquoi parfois ces appareils marchent.. et d’autre pas, sur certains patients. Mais on est dans les années 60 et comme la recherche cale alors sur comment soigner le cancer, on est prêt à écouter n’importe quelle piste, même celle d’un charlatan (même si l’obstiné Piore semblait de bonne foi, au départ).  Et il y en aura plusieurs, hélas, qui contre espèces sonnantes et trébuchantes annonceront des guérisons miracle.  Sa réputation s’amplifiera, Science et Vie lui consacrera même un grand articlesigné Pierre Rossion en 1971 (dans le N)643, ci-dessous à droite), qui conclut en prenant parti pour accentuer ces travaux.  Mais le docteur Reboul, lui, crie au scandale, car il reçoit les cancéreux passés par le traitement de Priore, et c’est…. catastrophique, selon lui.  On teste une deuxième fois l’engin, à nouveau sur des rats, et ça marche à nouveau, pourtant. Le professeur Pautrizel, aidé de a propre femme, devient son principal supporter. A partir de 1965 ses travaux commencent à être connus. svie-643 D’autant plus que deux industriels sont venus à sa rescousse pour injecter de l’argent :  Sovirel, une filiale du groupe verrier Saint-Gobain et les Moteurs Leroy, dirigée par  Georges Chavanes.  Un allié de poids, à coup sûr : Chavanes deviendra ministre en 1986 sous Chirac ! La seconde machine de type industriel (la première étant un petit essai expérimental) est effectivement construite en 1965 par la société Leroy-Somer. La troisième également, on débute sa construction par un contrat signé le 18 avril 1972. Le bâtiment de béton édifié abrite une machine évaluée trois millions et demi de francs de l’époque. Au cœur de l’engin… une ampoule ou plutôt un tube de pyrex de 60 cm de diamètre et de 6 m de haut au total (ici à gauche) ! Elle sera mise en service en 1975 et fera sauter à plusieurs reprises ses générateurs électriques, avant de tomber définitivement en panne en quelques jours. C’est est fini des rêves de Priore ; Leroy-Somer jette l’éponge (depuis l’entreprise charentaise, rattrapée par un autre problème de santé, est devenue.. japonaise).

Soupçonné de tricherie

Mais avant cela, les recherches bien confuse de l’italien ont connu d’autres déboires. Patatras, en effet, en 1965 également, quand un scandale d’origine anglaise éclate avec la venue à Floriac du docteur Ambrose, envoyé par une sommité, le professeur Haddow du Chester Beatty Research Institute de Londres. Le spécialiste est arrivé sur place pour observer le bien-fondé des « découvertes » de Priore.  Or ses conclusions sont terribles, car il conclut à une…. tricherie pour un lot d’animaux: pour lui, les souris expérimentées ont été… échangées. Hubert Curien, alors directeur général du C.N.R.S, s’en émeut et conseille de faire attention à ceux qui seraient tentés d’être associés à ses recherches.  La pcouvrerudence est alors de mise, pour éviter les critiques a postériori, et cela va de soi. Néanmoins, François Ortoli ministre du Développement Industriel et Scientifique, déclare que l’expérience contrôlée de mai 1969 « a indiscutablement mis en évidence une stimulation des défenses de ces animaux contre cette atteinte, effet qui peut être attribué à un renforcement des processus immunitaires » mais qu’il faut donc attendre la fin des travaux pour prendre une décision.  La médecine officielle est visiblement embarrassée par le cas, et l’attitude de Priore, qui ne veut rien communiquer, et comme il ne  s’exprime lui-même qu’en un sabir franco-italien assez incompréhensible et n’a aucun document à montrer, cela n’arrange pas les choses, puisqu’il n’a pas de « preuves » tangibles de ses expériences à soumettre aux experts.  Si les scientifiques doutent en majorité, la presse s’enflamme : n’importe quel sujet sur une guérison possible du cancer attire les lecteurs…  comme un aimant.  Un autre homme, alors en tresse les lauriers : c’est Jean-Michel Graille, qui n’y est pas allé de main morte en intitulant son ltweeter-plasmaivre paru en 1984 « Dossier Priore : une nouvelle affaire Pasteur ? ».   Le journaliste semble s’intéresser à ce genre de cas « vendeurs » : dix ans après, il récidivera en allant contacter Loïc Le Ribault autre personnage aussi flou avec son célèbre « G5 » miracle, une histoire contée -elle aussi- dans le magazine Nexus N° 39 – 2005 . Le livre de Graille est un long plaidoyer pour les recherches de Priore, qui insiste sur les tergiversations des hommes politiques à son égard, dont Chaban. Mais il n’explique en rien le fonctionnement de l’engin qui se résumerait à une conjonction improbable de rayonnements magnétiques (17 différents ?) incapables à reproduire ailleurs. En somme, par hasard, il aurait trouvé le bon cocktail… d’ondes.  Ou plutôt, certains le pensent aussi, les bons sons… mais ceux inaudibles par l’être humain;  Car l’engin obligatoirement émet aussi des ultra-sons : il existe des « tweeters » d’enceintes à plasma, (chez Magnat)  base du principe de l’ampoule central de Priore (ici en expérience marrante de laborantin audiophile, avec électrode en mine de crayon !),deux-photosqui fabriquent des sons audibles, ceux là. Elle sont aussi énergivores. Le son, dans ce genre d’engin, est provoquépar une décharge d‘effet Corona (ah, les fans de Teslavont se réveiller, à entendre ce nom !).  L’engin de Priore évoluant dans les Ghz plutôt que les haut-parleurs d’aigus, qui évoluent dans la gamme des 12000-20000 Hz).  A gauche, le tweeter à effet corona de Diego Barone de Lucca, en Italie,., très dans le « style Priore » !!! Un must ! Chez les fanfarons du web médias, Priore avait utilisé des « ondes scalaires ».. Le même terme flou qui a été accolé à Konstantin Meyl par Hervé Janecek, qui n’a pas hésité ici à mettre la photo du premier à côté de celle de Tesla !

Pas le seul dans le domaine

rife_1rifeMais Priore n’est pas le seul, à s’être fourvoyé en self-made man. Les travaux échevelés de Priore ont eu unprécurseur… américain : le dénommé Royal Rife, avec son « tube à plasma » fabriqué avec son collègue Hoyland. Lui  aussi a été censé tuer les virus et s’attaquer aux cancers.  Pour en vanter les mérites, on ira écrire qu’il avait réussi à photographier le premier le virus de la tuberculose (chez StopMensonges notamment). Alors que le premier vaccin Calmette Guerin (BCG) avait déjà fabriqué dès 1924 !!! Rife aura prétendu un peu tout, dont l’invention de microscopes d’allure incroyable, au look plus psychédélique plus qu’autre chose (ici à droite), mais aussi d’avoir soigné la tuberculose par les ondes, alors qu’il n’avait jamais été médecin. zapper C’était en réalité un chauffeur de maître !  Ses « générateurs de fréquence » ou « Zappers » vendus sous son nom ou ceux de Bob Beck (mort en 2002) inventeur du « Brain Tuner », appelé  aussi « BT5 » et celui d’Hulda Clark sont des escroqueries manifestes.  On les trouve pourtant recommandées sur le net, comme ici par « Alternative santé »… pour vendre le bidule, on invoque ici la douve du foie, mêlée de façon incompréhensible à … Alzheimer : « en présence de toluène ou de xylène, la douve migre vers le cerveau où on la retrouve dans des cas de maladie d’Alzheimer trépanés »… en ajoutant « Ces données proviennent d’études américaines, allemandes et suisses n’ayant jamais été diffusées en France ». du grand n’importe quoi encore une fois… !!! C’est pourtant édité par la société Santé Port Royal, qui en même temps prétend combattre les ondes des téléphones portables  (lire ici le principe de vente magazine-produits) !!!

Une revue pour perpétuer les faux espoirs de Priore

stp-mens-prioreMais il y en a toujours pour ne pas l’oublier, ce Priore.  Outre StopMensonges, il a avait eu auparavant la revue Nexus, qui, dans son numéro 69 de juillet 2010, sous la plume de Prsyka Ducœurjoly; « journaliste indépendante » qui avait rédigé un article sur Priore, en rappelant… les travaux de Lahkosky, comme précurseur revendiqué, lui-même cité par le Professeur Murzeau, le même qui aujourd’hui affirme avoir réussi à « ressusciter la machine de Priore »? Ayant monté en effet un laboratoire à Cestas, il et se présente depuis comme « l »élève du Pr Raymond Pautrizel », celui qui avait chaudement supporté Priore Sur son site, censé parler de son laboratoire de l’ARTEC, il se présente en effet avant tout comme le successeur direct de Priore avec un intitulé sans ambiguïté « priore-cancer.com »! .  Comment a-t-il réussi à refaire la machine, qui n’a jamais eu de plans tracés, on ne le sait.  Notre journaliste non plus, mais elle écrit sur Priore ceci : « cela fait plus de 60 ans que ces travaux sont « placardés » malgré les expériences probantes qui n’on cessé de diviser les scientifques« .  Le mot « probant » étant à l’évidence un abus de langage.  Celui d’une « journaliste » pas trop sûre d’elle-même en vérité, dont le parcours chaotique démontre un caractère touche à tout mais sans approfondissement : de la superficialité en tout.  En 2014, changement de ton chez elle, la voici en conférence, sur scène, où elle se présente désormais comme une « naturopathe » convaincue, et nous explique surtout que l’on nous ment, sur tous les sujets, selon elle.  Mais qu’on ne lui fait pas, à elle,« l’indépendante » formée à la « nature« , visible  ici. Un vrai show à la Dubosc !!! Ok, mais la dame semble avoir été assez peu regardante sur la nature même du magazine qui a hébergé ses propos.  C’est pour sûr chez qui elle travaillait qui est plus intéressant à noter : car – le sait-elle au moins ?- elle a travaillé dans un magazine qui prônait aussi même temps… des pratiques médicales dangereuses, au détour notamment d’un article prônant la non-vaccination…. au point de se voir interdite de distribution par augmentation de sa TVA (en novembre 2006 Nimage036exus avait en effet écrit « Les avantages de la vaccination n’ont pourtant jamais été démontrés par aucune étude scientifique « (1) !!!).  Son directeur en France, David Dennery, est plus inquiétant encore quand on constate qu’il « déclare que l’évolution de l’humanité est liée à des interventions extérieures d’extraterrestres.  Il refuse à la fois le créationnisme et l’évolutionnisme« ….Remarquez, on peut presque le croire : pour la revue, les « crop-circles » étaient toujours des « phénomènes inexpliqués » en 2004…!!!

Une revue sanctionnée pour atteinte à la santé publique

Comme rédacteurs, dans sa revue, on tombe sur Aymeric Chauprade, ce grand scientifique spécialiste de la location d’hélicoptères en République Dominicaine… Notre jeune Prsyka avait eu d’autres chats à fouetter en traitant d’autres thèmes aux sein de Nexus en octobre 2010, notamment c’est en effet elle qui avait  rédigé « Faut-il avoir peur des « chemtrails » ?, dont elle expliquait ainsi  la raison: images-2« A la demande de nombreux lecteurs du magazine NEXUS, j’ai traité le sujet des « chemtrails » : sur la toile, certains pensent en effet que nous subissons un empoisonnement généralisé et intentionnel, dissimulé, mais aussi visible dans les traînées des avions. »... Naturopathie, chemtrails, ne manque plus que les extraterrestres, ou le marronnier de l’Energie Libre à la E-Cat !!!!  Ça tombe bien, dans Nexus; il y a aussi… l’énergie libre expliquée et signée Rosch Technology, et son générateur KPP, l’autre merveille des merveilles : « le KPP génère de l’énergie en mouvement perpétuel !”  avait-on pu y voir en octobre 2015 dans le N°100. En réalité le chaud partisan allemand du procédé, Hartmut Dobler, n’était autre que le PDG de E-Cat Allemagne et le bailleur de fonds de Rosch…!!! Il n’y avait plus que l’ineffable canadien BlueMan, en 2014 sur Agoravox, pour y croire, à cette autre escroquerie…. j’avais apporté ce commentaire à ce texte « le coup du fonctionnement perpétuel, on ne peut y croire à moins d’être un gogo… » Ce à quoi un intervenant avait ajouté que « Nicola Tesla était Serbe, c’est plutôt bon signe »…. pauvre Tesla, il n’avait vraiment pas mérité ça !Interrogé sur le KPP, Dennery bottait en touche en citant le… LLW9 « une invention française » , autre procédé douteux (dans lequel est tombé tête en avant le gouvernement actuel, qui s’est fait piéger, là, car le procédé de promettre la Lune chez soi c’est de l’E-Cat tout craché !).Une énième foutaise à lever de fonds avant d’avoir commencé quoi que ce soit, flinguée ici en beauté et encensée ailleurs, comme il se doit par.. Blueman !!! Les premiers clichés montrés par Besançon (qui n’avait encore rien à montrer !) étaient ceux de l’improbable invention de John Searl dans les années 80 !!! Il avait aussi fait ça, il est vrai, le Searl…

Machines à rêves et négationnisme

C’est elle encore, la naturopathe showoman du TedX qui avait laissé sa plume à plusieurs reprises dans la revue (elle revient sur les vaccinations à 11’25 de son show, comme quoi c’est bien une personne formatée par Nexus !!), une revue dont le contenu a plutôt de quoi effrayer. Car dans ses autres éditons, la revue aussi a évoqué d’autres sujets bien plus inquiétants : « selon Goodrick-Clarke, le représentant britannique du magazine Nexus croit en la véracité des Protocoles des Sages de Sion (une contrefaçon qui se présente comme un plan de conquête du monde établi par les juifs et les francs-maçons), admire l’écrivain négationniste David Irving et nie l’existence des chambres à gaz d’Auschwitz« . Ah ce doit être ça le « Next Age » qu’ils prônent tant ! Ou leur goût pour les aliens descendus de leur soucoupe nazie ! Evidemment, ce commentaire acerbe n’est pas pour plaire à Nexus, qui en ce début d’année 2016 a essayé de s’en prendre à Wikipedia enmenaçant l’Encyclopédie d’un procès, révélant tout l’ambiguïté qui est la sienne : d’un côté prôner la « liberté d’expression » des « journalistes indépendants » et de l’autre essayer de faire taire ceux qui révèlent le projet politique derrière la revue ! La même journaliste se retrouvant sans surprise aussi dans le « Magazine alternatif » » ouverture.net » de Jean-Luc Martin-Lagardette (l’auteur de cet ouvrage !), ancien de l’ESJ Lille, présenté comme « journaliste et essayiste, défenseur de la diversité spirituelle, intellectuelle et thérapeutique » qui a par exemple écrit  « une Lettre ouverte d’un jéhoviste à un franc-maçon s’inquiétant de la montée de l’islam ».... et a écrit un livre intitulé « Pour une reconnaissance politique de la transcendance »…   Lagardette, qui a aussi interviewé ici avec beaucoup d’indulgence sinon plus Eric Roux. Au cas où vous ne le sauriez pas, c’est un « ministre de l’Eglise de Scientologie »…. et même le « président de l’Union des Eglises de Scientologie de France » !!! En 2012, c’est Robert Ménard qui l’avait fait en parlant de « rapport malsain à l’argent«  !!! Nôtre jeune égérie twittant récemment que « nous avons besoin de spiritualité pour entrer dans l’anthropocène »… quand elle ne ressuscite pas la méthode Ogino, rebaptisée « appli » « Sympto« , car elle est aussi en guerre contre la pilule, bien entendu (au nom de « la gestion écologique de votre fertilité« ) ! A-t-elle vu au moins cette photo duprofesseur Jodef Rotzer, à la base du concept ? « Le 16 Juin, 2002 Rötzer a reçu l’ Ordre de Saint Grégoire le Grand,  la quatrième plus haute médaille pour services rendus à l’Eglise catholique romaine » peut-on lire un peu partout !

Le Next Age, ou plutôt le retour en arrière nazi :

molay-admirateurChez Nexus qui a des supporters chez Agoravoxcomme chez le Cercle des Volontaires (ce sont eux, eneffet, mais il y a aussi Karl Zero qui en a vanté les mérites au nom des « des médias non alignés ») – et même Bernard Dugué, également chez Agoravox, l’homme qui trouve qu’Einstein ne suffit plus (?)-, on retrouve aussi à peine voilées les thèses nazifiantes de Jan Udo Holey, alias Van Helsing (ici à droite), « l’inventeur » des prétendues soucoupes nazies (celui-là, je vous en reparlerai plus tard si vous le voulez bien).  Et grand admirateur aussi des templiers… C’est ce qu’expliquent fort bien ici l‘historien des religions Emmanuel Kreis et Stéphane François :« si, comme nous le pensons, les deux traits qui caractérisent le Next Age permettent l’élaboration de discours comme celui de van Helsing, nous devons également constater qu’ils en facilitent leur diffusion au sein des réseaux des New agers. C’est par hasard en nous renseignant auprès d’un ami scientifique sur les théories de Van Helsing au sujet de l’énergie que nous avons été amenés à nous pencher sur la revue Nexus. En effet, quelle ne fut pas notre surprise de constater que notre ami connaissait les théories sur « l’énergie libre ». Interrogé sur l’origine de son savoir, il nous expliqua qu’une amie de sa mère évoluant dans les milieux New Age avait laissé chez elle des exemplaires de la dite revue. » Van Helsing, dont la revue reprend en mai-juin 1999, certains éléments de son « Livre Jaune », notamment lorsqu’il est question des Rothschild. Une pensée plus que nauséabonde bien trop présente en filigrane dans Nexus. Chez Nexus en effet, un article intitulé « Le Nouvel Ordre Mondial et l’esclavage par le contrôle de la pensée » évoque ce contrôle de la pensée comme ayant été » mis au point par les savants Nazis dans le cadre de l’opération paperclip pour le compte des Illuminati ainsi que le développement de ces nouvelles technologies et leurs applications par le « Nouvel Ordre Mondial ». Une belle prose d’illuminés ! Bien entendu, le tiroir abus sexuels, thème vendeur, fait partie de l’armoire à thèmes racoleurs de Nexus :« Les abus sexuels d’enfants et l’horrible technologie du contrôle de l’esprit peuvent être le dogme de foi des pratiquants du satanisme aussi bien que celui des programmateurs. Ils peuvent aussi être symptomatique d’un combat plus vaste à l’échelle cosmique. En fait, givaudanil se pourrait que cette guerre spirituelle, et la destruction des valeurs absolues, soit la vraie raison de la mise en lumière des abus rituels, et du contrôle de la pensée. Pendant ce temps-là, l’impérialisme satanique continue sa route, invaincu, et la bataille pour la planète Terre passe à l’étape suivante ». En fait, c’est mot à mot  l’idéologie maladive d’un Van Helsing (l’aryosophie), recopiée à la lettre ! Anne Givaudan, son éditrice est fort représentative du phénomène : elle est en effet passée du  New Age (elle est l’auteur  de « Récit d’un voyageur de l’astral » (en 1980), de « La Terre d’Emeraude : témoignage d’outre-corps » (en 1983), « De mémoire d’Essénien » (1984), et de « Les Robes de Lumière »(1987), à des écrits complotistes, comme « Les Dossiers sur le Gouvernement Mondial » sorti en 1996. Un ouvrage… référence pour Stop Mensonges qui lui consacre une page le 28 mai 2015 (20 ans après la sortie du livre). La phrase « Les Êtres de l’ombre ne sont pas une assemblée mythique. Ils utilisent le sexe, la drogue et tout ce qui peut nous disloquer tels la jalousie, l’esprit de domination… » débute cet article sidérant. Bigre ! On découvre pas loin cette perle la concernant : « dans cet enregistrement disponible en libre accès ici, Anne Givaudan, qui pratique le voyage astral depuis de nombreuses années, livre des informations troublantes sur l’existence d’une structure occulte visant à exercer son contrôle sur la marche du monde ». Le  » voyage astral » ??? Ce serait elle, Prue, de Charmed, ou quoi (l’actrice, qui combat aujourd’hui… un cancer du sein) ?

Allez, on mélange tout : les ondes, les pyramides et Nexus !

gag-electriqueAvec les gogos, tout semble marcher, à coup sûr (2). Le ThéraPhi (oh le nom ici !) fait partie de la catégorie, présenté avec un jargon citant les élucubrations du professeur « Dan Winter ». L’argumentaire pour le vendre est… incohérent : « ce sont essentiellement (dodéca stellation) les symétries fractales basées sur le nombre d’or d’implosion néguentropique des champs bio-actifs centripète »… Heureusment, se dit-on, il n’y a qu’un seul appareil de ce type en France… C’est distribué ici. Pardon par« Christine Degoy, artiste peintre et thérapeute intuitive.«  Fichtre ! A bien regarder le bidule, on se dit qu’on l’a déjà vu ailleurs, ce cylindre rosâtre. Et en effet : c’est le bidule de verre de Thomas Bearden, qui se réfère ici à… Priore. La boucle étant ainsi bouclée !!! Lui a prétendu un jour posséder un doctorat de l’université  de  » Trinity » : vérification faire c’était une simple boîte postale à Sioux Falls, dans le Minpyramide-jardinesotta !  C’est encore une fois un jour sans fin, comme scénario dans ce milieu d’illuminés (ah mais cette fois JP Petit, la vedette internationale de cette série, dit lui-même que c’est un idiot, c’est dire (3)!. Dans un registre voisin de ce grand n’importe quoi, une entreprise néerlandaise vend des produits estampillés Lakhovsky à un prix exorbitant (voit ici à gauche) !!!  Mais on finit par du grandiose, côté bricolage : après Priore et son thermos de verre géant , on retombe sur son précurseur Lakhovsky… au fond d’un jardinet.  C’est en effet là que l’on découvre la prose d’un intervenant en forum assez croquignolet qui écrit ici benoîtement  » J’ai découvert l’électro-culture, par le magazine Nexus. Je me suis procuré le livre: Electro-culture et énergies libres. Puis, j’ai étudié deux antennes; une pour le jardin, et une autre autour d’un pommier ». J’ai moi-même construit en 1 an un OLOM conforme à l’original de Lahovsky en suivant le CD et les conseils de Jean Claude Dupuy (qui a travaillé avec Tony Kerselaers ) Il est clair que cela demande un peu de technicité mais c’est accessible à un bricoleur électricien/électronicien moyen et prudent. La pyramide de base 52 cm obtenue: elle ira demain dans le carré de plantes sauvages du jardin ».pyrafolie  Non vous ne rêvez pas : c’est bien la forme de d’une pyramide de Cheops, en tube de cuivre… pour mieux faire pousser les salades !!! L’intervenant avait pourtant prévenu avant de se mettre à la lampe à souder : « je m’intéresse aux effets  possibles de la pyramide classique forme Chéops sur la croissance des plantes ».  Ne rigolez pas, il n’est pas seul : en voici un autre exemplaire pendable. Il s’agit de Yannick Van Doorne. On dirait du Garcimore, pourtant (le même ici avec son antenne à faire pousser la verveine) !!! Mon titre préféré du genre étant le « Tour de pommes de terre avec antenne type paratonnerre » (4) !!! Avec eux on n’est plus très loin des thèses de Rudolph Steiner ou plutôt de Martine Queyrel, présentée souvent comme « martyre » de la cause (car mise à l’écart par Fac, raconte-t-on !)). On n’est pas loin non plus de la thèse du réseau Hartmann, des radiesthésistes ! Des élucubrations préconisées aussi par Dan Winter, autre cas risible, fondateur de la « San Graal School of Sacred Geometry » avec sa pyramide « conçue en utilisant les plasmas de phase implosifs (?) conjugués à la physique diélectrique révolutionnaire du sacré ».  Oui, je sais, ça ne ne veut rien dire, mais ça nous offre un belle photo d’illuminés qui a même pensé à fabriquer un bidule portatif pour aller méditer au dehors. Ou dans son salon… Que voulez-vous donc ajouter à ça ? Un abonnement à vie à Nexus, peut-être ?

Allez, je vous laisse avec cette démonstration magistrale d’un grand partisan de Priore ! Faite en sandales (on peut entendre ça aussi, pour se faire une idée du personnage !). Un JPP bis ! On appellera ça gentiment les dégâts de YouTube…

 

 

(1) « La revue Nexus vient de se voir retirer, le 19 juillet dernier, le taux de TVA à 2,10 % attribué aux journaux de presse d’information inscrits sur ses registres. La commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAD) a en effet estimé :« En ce qui concerne Nexus, il ressort des pièces versées au dossier, et notamment des numéros 37 à 43, que cette publication, en contestant dans de nombreux articles les acquis positifs de la science, mettant en doute l’innocuité des vaccins, et, partant, le principe même de la vaccination ou celui des greffes d’organes, est susceptible, si elle est lue au premier degré, d’inquiéter les esprits les plus fragiles, et ne présente pas, de ce fait, le caractère d’intérêt général quant à la diffusion de la pensée requis par les textes. »Cette revue est en effet spécialisée dans tout ce qui est guerre contre la science, de la physique à la biologie en passant par les pratiques médicales. Elle souscrit à toutes les thèses les plus folles pourvu qu’elles soient contestataires et sectaires, voit des complots partout, mais se targue d’esprit libre.La revue proteste dans son éditorial de novembre 2006 en précisant : « Les avantages de la vaccination n’ont pourtant jamais été démontrés par aucune étude scientifique. » Nexus va donc passer à une TVA à 19,6 %, et annonce qu’elle va être contrainte d’augmenter son prix. C’est une bien mince contrainte pour un magazine de désinformation et d’apologie sectaire. »

(2) Ils croient surtout au bon docteur et au mauvais Etat qui l’aurait brimé. Or un intervenant de forum, répéré ici, Michel Storm, rappelle que c’est faux : « Mais ce qui les réunit, comme vous dites plus haut, est la tarte à la crème du complot (associé à celui de l’argent alors que les charlatans en sont les premiers bénéficiaires et ne font jamais rien gratuitement) : les méchants scientifiques, l’horrible OMS, les rationalistes sectaires, etc. Bref on veut faire taire tout ceux qui auraient une idée géniale. Jamais rien ne vient confirmer leurs soupçons, mais cela renforce leur croyance en constituant pour eux une preuve en soi qu’ils sont dans la vérité. C’est une forme de raisonnement circulaire dont il est assez difficile de sortir. […] La machine de Priore est le genre d’imposture comme on en voit souvent. Les postulats de l’ombrageux italien sont déjà douteux, il affirmait que « le cancer marque un dérangement dans le fonctionnement électrique de l’être » ! A partir de là, ses conclusions ne pouvaient qu’être foireuses. Il est faux de dire qu’il a été étouffé par la communauté scientifique, car il a bénéficié de plus de 20 millions de francs de subventions pour prouver ses affirmations mais n’a jamais voulu que ses expériences, soit-disant positives, soient répétées et vérifiées par d’autres (ce qui aurait été un gage de sa bonne foi et aurait chassé toute imposture ou biais expérimental). Refusant de se soumettre aux protocoles scientifiques, sous un prétexte paranoïaque fallacieux (les brevets c’est pas fait pour les chiens) , il n’a jamais fait la preuve de quoi que ce soit, préférant le culte du secret comme tous les ésotéristes. »

(3) oui, mais nuance, car voici ce qu’il dit exactement, le JPP  : « sauf informations contraire ceci clôt le dossier Bearden, un des fers de lance des pataphysiciens contemporains. Les actions de Bearden, acteur conscient ou mythomane manipulé servent aux Américains à déployer un rideau de fumée (comprenant également l’effet Biefeld-Brown) destiné à masquer des avancées beaucoup plus claires, comme la MHD appliquée au vol hypersonique. » Que ne dirait pas JPP pour nous faire croire à son B-2 à MHD, hein ?

petit-inventeurelectopolid(4) on retombe par personnage interposé sur l’extrême droite, car c’est l’écrivain Céline qui en avait parlé dans mort à crédit avec un personnage farfelu appelé chez lui « Courtial « (« Roger-Marin Courtial des Pereires »), grand fan de « l’agriculture tellurique »… à l’électricité. Pour le créer, Céline s’était inspiré d’un de ses amis, Henry de Graffigny (de son vrai nom Henri Raoul Marquis), un ingénieur haut-marnais, électricien de formation, qui, fut aussi aéronaute, et a surtout été le secrétaire de rédaction d’« Eurêka , revue et le rédacteur en chef de « La Science universelle ». En 1921, il avait ainsi expliqué à ses contemporains les ondes hertziennes avant tout le monde, avant de se lancer dans le roman d’anticipation. Dans l’un d’entre eux, il avait imaginé une ville en « Mésopotamie »,  appelée « Electropolis », fonctionnant entièrement grâce à l’électricité et autour de laquelle l’agriculture aurait été faite sous « électroculture » !!!. Selon Didier Desnouvaux , c’était davantage un « farfelu » et « délirant » qu’un vrai scientifique. Dans « Le Petit Inventeur » de 1924, Graffigny parle déjà, bien avant le laser, des « rayons qui tuent » mais aussi de ceux qui soignent… les plantes ou les êtres humains !

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Business

Loi Sapin 2 sur l’encadrement des lobbies : un vrai gruyère français…

Published by:

Au vu des déclarations ambitieuses du Président de la République et du ministre des finances, Michel Sapin, l’espoir était permis que le projet de loi « Sapin 2 », relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, marque une rupture radicale dans la vie de la République.

Promulguer enfin des règles limitant le pouvoir d’influence démesuré des lobbies sur la décision publique était souhaitable mais malheureusement, le projet de loi a fait pschitt…

 

Tel qu’il a été voté fin septembre 2016 par l’Assemblée nationale, l’article 13 du projet de loi fixant les règles de transparence, qui s’appliqueront aux représentants d’intérêts dans leurs rapports avec les pouvoirs publics, est un véritable gruyère.

Un répertoire unique et obligatoire des représentants d’intérêts sera bien créé mais les informations que ceux-ci devront renseigner ne permettront pas de savoir « qui est intervenu, à quel niveau, auprès des décideurs publics, pour améliorer, corriger, modifier une réforme, et quels ont été les arguments utilisés », comme l’avait promis François Hollande en janvier 2015.

Le coup de Jarnac du gouvernement

Le texte a été tricoté sur mesure jusqu’au dernier moment pour laisser passer des énormités, analyse notamment Claire Nouvian, présidente de l’association Bloom : « Par exemple, les associations de protection de la nature, de défense des droits de l’homme etc. seront considérées comme des lobbies à part entière mais pas le MEDEF, qui sera soustrait à toute déclaration au titre de leur mission de dialogue social ! »

Pire, le gouvernement a attendu la seconde lecture du texte pour déposer un amendement pernicieux retirant toute substance au texte. Ainsi, les lobbies devant se déclarer seront ceux ayant pour activité « principale ou régulière » d’influer sur la loi, et non plus ceux ayant pour activité « principale ou accessoire » d’influer sur la loi. « La subjectivité de la notion de régularité est une invitation pousse-au-crime à contourner la loi et faire preuve de mauvaise foi » regrette la fondatrice de Bloom.

Pour ceux qui se sentiraient malgré tout concernés par la définition des représentants d’intérêts, il leur faudra déclarer une série d’informations élémentaires (identité, champ d’activités, nombre de lobbyistes employés, chiffre d’affaires de l’année précédente) déjà en vigueur dans la plupart des registres de transparence existants tel que le registre européen. Si la définition des représentants d’intérêts ne retirait pas au texte tout son intérêt, on aurait pu mettre au crédit de la loi d’avoir au moins adopté le principe d’un bilan annuel rétroactif des activités d’influence menées auprès des décideurs publics.

La déception est d’autant plus grande que le gouvernement et le rapporteur du texte, le député socialiste Sébastien Denaja, avaient suscité des attentes fortes en tenant des propos initiaux sur l’ambition sans faille de co-construire avec l’Assemblée un texte exemplaire en matière de transparence et de probité.

Mais la réalité est toute autre : parfaitement aligné sur la ligne du gouvernement, Sébastien Denaja s’est obstinément opposé à toutes les mesures de ses collègues visant à mettre en œuvre une transparence réelle en forçant les lobbies à publier les positions, informations et propositions normatives qu’ils soumettaient aux décideurs publics.

La députée Geneviève Gaillard (PS) a pourtant alerté que sans un dispositif mettant en œuvre une transparence réelle des influences sur la loi, les actions législatives de l’Assemblée nationale seraient « dénuées de sens ». Une autre députée PS, l’ancienne ministre Delphine Batho, avait fait au cours du 1er débat dans l’Hémicycle une lecture savoureuse de ce qu’un compte-rendu officiel des « actions d’influence » pourrait générer comme vacuité grotesque si une réelle traçabilité des rencontres n’était pas établie, assortie d’une transmission des positions défendues.

Ces mesures ont été toutes rejetées par le rapporteur au titre que « trop d’informations tuent l’information ». Il en résulte une « loi molle » pour reprendre l’expression du député Charles de Courson (UDI) ou un texte s’apparentant à « un couteau sans lame dont on aurait retiré le manche » selon le député Gaby Charroux (Gauche démocrate et républicaine).

Cet épisode est à nouveau la preuve qu’il est impossible de demander à une assemblée d’édicter des règles qui la concernent au premier chef. Les députés qui sont l’une des principales cibles des représentants d’intérêts, ont été juge et partie dans cette affaire. Le résultat est donc sans surprise : les députés ne s’imposent aucune contrainte et s’assurent par les nombreuses failles du texte de ne pas avoir à déclarer leurs accointances avec les lobbies. Si les citoyens attendaient un corpus législatif apte à renouveler leur confiance envers leurs élus, il faudra attendre encore un peu…

 

Albert Ricchi

Business

Les Infos qui dérangent – No. 65

Published by:

Samsung annonce l’arrêt total de la production de son Galaxy Note 7 et demande de cesser d’utiliser ce téléphone

 

Après avoir ordonné l’arrêt des ventes de son nouveau modèle de téléphone intelligent – le Galaxy Note 7 –, le géant sud-coréen Samsung Electronics met un terme à sa production en raison des risques d’incendies et d’explosions qu’il comporte.

Le groupe avait lancé le Galaxy Note 7 au cours de l’été en Asie et en Amérique du Nord, mais l’appareil n’aura pas survécu assez longtemps pour être vendu en Europe.

« Nous avons récemment réajusté les volumes de production pour permettre une enquête exhaustive et un contrôle de qualité, mais en faisant de la sécurité du consommateur notre préoccupation numéro un, nous sommes parvenus à la décision finale d’arrêter la production du Galaxy Note 7 », a déclaré la compagnie dans un communiqué.

Samsung, qui avait déjà procédé à deux rappels, a demandé à tous les détenteurs de son dernier modèle de l’éteindre et de ne plus l’utiliser.

 

Lire la suite

Par:  RADIO-CANADA AVEC REUTERS, AGENCE FRANCE-PRESSE ET ASSOCIATED PRESS

ligne_grise

Après 6 jours, l’aide alimentaire arrive enfin en Haïti

Business

Une arme de destruction massive

Published by:

tv-esclavage     Fléau des libertés, léthargie de la pensée, la grande servitude télévisuelle acceptée, digérée et désirée par le spectateur passif, génocide et asservit les populations. C’est la grande force et l’efficace outil du pouvoir que d’être parvenu à vous faire aimer les chaines qui anesthésient vos raisonnements, masquent ou travestissent la réalité par des mensonges que vous acceptez comme vérité. N’avalez pas ce que l’on veut vous faire croire, réfléchissez, cherchez et testez le par vous-même. La télévision est l’apanage de la grossièreté, elle ne s’adresse pas à la raison mais aux passions, à l’émotion, au binaire. On aime ou on n’aime pas mais, on ne réfléchit pas. Elle vous empêche de penser les causes en vous abreuvant des effets qu’elle vous impose. Elle vous donne sa vérité à croire comme la seule et l’unique. Ne chercher pas à comprendre, les médias vous le disent, voyez cette publicité débile sur certains articles : « Vue à la télévision », croyez vous que ce soit un gage de qualité, d’honnêteté ? Le meilleur moyen de tuer la lecture, d’étouffer la curiosité, d’abandonner ses projets de voyages, de refuser de sortir entre amis, c’est d’allumer cette bonimenteuse.

tv-manipulation

La télévision est une arme de destruction massive, elle est devenue un objet de culte dans tous les foyers. Les chaises, les fauteuils et les canapés sont tous tournés vers cet objet de dévotion, tel les croyants vers la Mecque ou le crucifix. Elle a envahi toutes les pièces de votre habitation, salon, cuisine, chambre… C’est le dispositif de référence des gouvernements pour asservir les populations, le saint Graal des multinationales pour calibrer, gérer et réduire l’homme à sa seule fonction de consommateur. Elle est là pour vous faire du pathos, de l’émotion facile, de l’émotion gratuite, faisant abstraction de la raison. C’est une grande manipulatrice qui vous fabrique des désirs et exacerbe les passions les plus malsaines. Plusieurs heures par jour les citoyens viennent religieusement s’abreuver à la bonne parole médiatique. Elle vous donne à consommer de l’information manipulée, pré-dirigée et contrôlée. Elle vous rince le cerveau avec des émissions de téléréalité expurgées de la plus petite trace d’intelligence. Vous distrait aux séries accoutumant à la violence, à la trahison et aux amours impossibles. C’est une religion planétaire qui a ses adeptes dans tous les pays. Le pixel a remplacé la chair, la simulation le réel, le phantasme la réalité. Fabuleux outil d’images falsifiées, de discours mensongers et de nuisibles propagandes.

tv-esclave

Nous pouvons faire un parallèle avec l’allégorie de la caverne de Platon où les ombres projetées étaient prises pour certitude. Il en va de même pour la télévision où la virtualité fabriquée vous est assénée comme évidence. Le temps télévisuel dilue le passé et l’avenir dans un présent fictif. Ses minutes médiatiques sont mensongères. Elles abolissent le temps de la réflexion, le temps de l’intelligence, de la pensée. Les médias et la télévision cultivent, alimentent et imposent le nihilisme. La télévision vole des pans entiers de votre vie en vous confinant dans une inactivité cérébrale préjudiciable afin d’offrir du temps de cerveau disponible pour Coca cola (en autres). Elle est faite pour ceux qui, n’ayant rien à dire, tiennent absolument à le faire savoir. Les médias vous servent une vérité toute faite, packagée, validée par l’image préfabriquée. Circulez il n’y a rien à discuter, à débattre, interdit d’analyser les causes, contentez vous des effets et, si vous n’avalez pas la soupe, c’est que vous n’avez rien compris alors, on va vous réexpliquer jusqu’à l’indigestion tacite, l’acceptation automatique. Elle est faite pour que vous restiez des imbéciles mal informés et dociles. La télévision, c’est le monde qui s’effondre sur le monde. Débranchez l’instrument et luttez contre cette dérive temporelle qu’il vous impose sur le temps qu’il vous vole, reprenez le contrôle de vos vies.

Bien sur on m’objectera qu’il est facile de ne pas subir, il suffit d’appuyer sur le bouton « OFF », qu’on peut choisir ce que l’on regarde et que nous ne sommes pas accroc à la boite à sottises, que ce n’est pas elle qui nous maitrise etc etc… Un buveur régulier est persuadé qu’il n’est pas alcoolique et qu’il peut arrêter quand il veut, la bonne blague ! Demandez aux adhérents des AAA ce qu’ils en pensent. Amis de la zapette vous n’êtes pas dépendants dites vous ! Alors le test est simple : « Débranchez votre télévision et voyez le temps que vous tenez sans rallumer l’essoreuse à neurones. » Ainsi vous serez seul juge de la manière dont vous consommerez les précieuses secondes de votre vie. La télévision n’exige du spectateur qu’un seul acte de courage mais il est surhumain, c’est de l’éteindre. Enfin libéré, vous découvrirez qu’une fenêtre est plus transparente qu’un écran et que la vie qu’on y voit s’exprimer peut encore vous surprendre et vous grandir. Nous n’avons pas d’emprise sur le temps qui passe mais nous avons le choix de savoir quoi faire de ce temps qui passe et, celui-ci n’a de sens que par ce que l’on décide d’en faire. Vous ne pouvez changer le passé ni interférer sur l’avenir cependant, vous êtes maître de votre présent alors densifiez le car, chaque minute de votre vie est unique. C’est dans cet espace que réside votre trésor temporel.

tv-ordure

Evidemment l’instrument télévision en tant que tel n’est pas responsable des inepties qu’il émet. Tout comme une machine à laver n’est pas responsable de la qualité de la lessive qu’on y introduit. Si en sortie le linge est sale ou qu’il a déteint, c’est que le produit est inapproprié ou volontairement placé là, pour y obtenir le résultat catastrophique que l’on constate. De même pour la télévision, le problème vient de l’utilisation purement libérale qui en est fait, de ce qu’en fait le marché : « Un pur dispositif à abrutir et à consommer ». Il est triste et dommageable que cette fabuleuse invention de communication ne serve pas la vérité, la connaissance, la culture. Qu’elle rende les hommes malheureux à force de débiter ses mensonges, de vomir ses catastrophes et alimenter la peur dans le seul but de servir une élite corrompue et assoiffée de pouvoir.

Ce sur quoi nous n’avons pas de pouvoir, il faut y consentir par contre, ceux sur quoi nous avons le pouvoir, il faut le vouloir. C’est l’aléatoire qui mène le monde mais nous pouvons, avec de la volonté, réécrire et changer les chaines causales. Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito. Le vouloir, c’est l’homme en mouvement, celui qui restant éveillé, lutte pour ne pas subir.

Business

L’été de la désinformation (10) : des conclusions à partir de textes de faussaires

Published by:

Le 30 août  2015, Stop Mensonges nous sort une de ses plus belles « une » :  son responsable, l’ineffable « Freeman » a retrouvé un texte qui se balade depuis des années sur le net, un texte apocalyptique censé contenir la préfiguration de la 3eme guerre mondiale, pas moins.  Ce n’est pas la première fois qu’il nous fait rire, mais là c’est aux éclats.  Car ce torchon est un hoax bien connu, qui réfère à une vieille tradition inaugurée par un joyeux farceur, comme on va le voir … et d’autres beaucoup moins drôles, hélas.  Plongeon dans les abysses incommensurables des hoax recopiés à l’envie par des gens fort liés à une galaxie réactionnaire ultra-catholique, mais aussi où apparaissent les fanatiques des… « reptiliens » et autres zigotos.  Bienvenue dans le monde glauque des admirateurs de faussaires !

topm-pikeLe titre de StopMensonges est incompréhensible pour le commun des mortels : personne n’est censé d’emblée connaître les dénommés « Pike » et Mazzini ». sauf, bien sûr, les habitués des thèses farfelues.  Et dans le genre, celle-ci est… grandiose, à vrai dire.  Commençons par le dénommé « Pike ».  Pike, autrement dit Albert Pike, mort en 1891, un avocat sécessionniste, et qui ne peut qu’attirer nos imbéciles, puisqu’il était… franc-maçon.  Il était même devenu le chef du « Suprême Conseil de la Juridiction Sud » du « Rite écossais ancien et accepté« , dont il avait réécrit les rites.  A part cette activité, bien circonscrite et bien documentée, nul n’avait entendu parler de lui ailleurs… jusque 1958, ou un ancien sous-marinier anglo-canadien William James Guy Carr (décédé l’année suivante) devenu écrivain tendance chrétienne, un anti communiste forcé et un anti franc-maçon à la fois – il était le chef de la Fédération nationale des chrétiens laïcs de Toronto, un repère d’anticommunistes – annonce qu’il a découvert une « lettre », secrète, bien sûr, qu’aurait écrite Pike en 1871 à Giuseppe Mazzini, le nationaliste italien et activiste partisan de l’insurrection, membre des carbonari.  Cette lettre contient l’annonce d’une future guerre mondiale, ou plutôt en prophétise pas moins de trois, la dernière étant provoquée par le « monde musulman ».pike  Evidemment, on tique tout de suite, à en lire ce contenu qui parle de nazisme 60 ans avant son émergence véritable  ou de « sionisme »est un peu trop calqué sur les thèses de Huntington.  Le terme sionisme a effectivement été créé par Nathan Birnbaum… en 1890… A bien regarder, on découvre assez rapidement que la lettre d’origine n’est pas celle-là, et que même celle de Carr a été modifiée récemment.  Même le Daily Mail, pas avare de colporter des idioties, pourtant, doute de la véracité de ce fameux texte, c’est dire.  Mais il illustre son propos de la photo de l’auteur des attentats de Paris  et d’un groupe indéterminé de Tchétchènes !

Carr, des conclusions erronées à partir de faits réels
_35Pour les retrouver, il faut aussi pouvoir consulter l’original, mais avant même de lire ce dernier, on peut déjà commencer par celui de Carr, et les retouches supplémentaires qui ont été apportées.  On peut aussi tenter de cerner le but caché de Carr, avec son hoax premier.  L’homme a une bien étrange carrière derrière lui : après avoir en effet servi au Service canadien du renseignement pendant la Seconde Guerre mondiale , l’ancien militaire devenu écrivain a rédigé d’abord « Hell’s Angels of the Deep » (en 1932) sur sa vie de sous-marinier puis « Echecs dans le Nord » –Checkmate in the North-the axis planned to invade America », en (1944), un livre où il a annonçait sans preuve aucune que les allsous-marin-usemands avaient prévu de débarquer au Canada, à Goose Bay, endroit où il était devenu « senior officier ».  Etrange assertion, qui aurait pu reposer sur ce dont je vous ai parlé ici, après cette découverte étonnante de juillet 2012 (vidéo ici)  » (*) A vrai dire, pas tout à fait : en juillet 2004, les vestiges de l’U-215 de la 9ème Flottille (ici à droite en photo), aux mains du capitaine Fritz Hoeckner avaient été découverts à 200 kilomètres au sud de Shelburne, dans la presqu’île de Nova Scotia, à 90 mètres de profondeur » avais-je aussi écrit.  Mais visiblement, les visites d’U-Boot n’étaient pas en vue de créer une base fixe (la photo est celle d’un sous-marin au large des côtes US).  Ces visites régulières ont été bien documentées et la conclusion connue (voir ici pourquoi) : « le fleuve Saint-Laurent n’a donc jamais représenté une cible prioritaire pour les Allemands ».  Carr avait donc tout faux !  Mais peu importe, pour lui, la seconde guerre terminée, il a effectué une série de conférences ayant pour thèmes essentiels l’anticommunisme et la « conspiration franc-maçonne »… dans ces conférences, il s’en prenait à chaque fois aux Rockefeller et aux Rothschild !!!  Une obsession !  C’est avant tout un agitateur antisémite, dans la droite lignée des années 30…  ci-dessous les deux premiers ouvrages de Carr (1930 et 1940), sur les sous-marins de la première guerre mondiale (il écrira aussi une trilogie de l’histoire navale) : on notera le premier, qui signifie « au pifomètre », mais qui contient déjà le mot « Dieu ».  Il y évoque l’odyssée de l’E-14 dans les Dardanelles (son épave n’a été retrouvée qu’en 2012, voir ici)

two-bookqs-carr

Une base illuminait et… antisémite

 adam_weishauptLe texte clé de Carr « Des pions sur l’échiquier » lisible sur le net dans son intégralité,  est en réalité une apologie des… Illuminati, comme le précise son traducteur français : au cours des dix-huit chapitres de son livre, William Guy Carr nous dévoile en effet tout le programme de domination universelle forgé par les «Illumines» — «Ceux qui dé tiennent la Lumière» — nom du petit groupe d’une trentaine d’hommes environ, organisé de 1770 à 1776 par Adam Weishaupt, un luciférien de la plus belle espèce. Les «Illuminés», appellation générique, historiquement exacte, s’applique en fait de nos jours à leurs descendants spirituels et charnels, les «Illuminati», chefs actuels, secrets et réels de la Subversion Mondiale, dont la Franc-Maçonnerie est l’élément le plus efficace, et des Forces Occultes dont le Communisme est de loin l’élément le plus redoutable. C’est ce petit groupe de hauts subversifs qui tend à former un Gouvernement Mondial et travaille actuellement d’arrache-pied à la constitution des États-Unis d’Europe, piédestal obligatoire de la République Universelle d’après un «document controversé capital», aujourd’hui censuré… W.G. Carr veut nous dévoiler les machinations occultes destinées à provoquer les diverses révolutions et guerres, qui, pour répondre aux projets des Illuminati, ont ensanglanté le monde depuis 1773 et il présente les preuves à l’appui de sa thèse. Pour consolider leur pouvoir et asseoir leur puissance, les Illuminati ne reculent devant rien : spéculations financières gigantesques, sociétés secrètes, infiltrations d’agents à tous les niveaux, formation de groupes et d’agents révolutionnaires, massacres, assassinats, campagnes de diffamation, chantage, corruption, etc. »  Ah, on l’avait raté celle-là : Carr était partisan de la thèse Illuminati !  Mais pas que cela : il a aussi répandu les thèses antisémites : « Carr a a promu la variante antisémite du conspirationnisme avec des livres tels que Pawns in the Game et Red Fog over America. Carr estime qu’un complot juif Illuminati bancaire utilise le contrôle mental transmis par  radio au nom de Lucifer pour construire un gouvernement mondial. Le lien secret de l’intrigue était soi-disant les réunions internationales Bilderberger sur la politique bancaire. Le groupe groupe antisémite Noontide Press distribue Pawns in the Game depuis de nombreuses années » note  Political Research Associates.

Une prose nauséabonde toujours éditée en France par des ultra-catholiques !

adessa

L’ouvrage est sorti en France aux Éditions Saint-Remi, installées depuis 1997 à Cadillac, en Gironde (région qui est le fief d’un certain Juppé et dont la ville dirigée par un maire… PS (1)).  Un rapide coup d’œil sur leur catalogue montre des catholiques tendance ultra traditionalistes , éditant un livre sur le « Secret de Fatima » mais aussi et du même auteur « La mitre aux symboles sfrance-juiveataniques de Benoît XVI (???) « . Une mitre dénoncée, quel hasard, par les Sedevacantistes. Pour ceux qui l’ignorent, ce sont des extrémistes qui affirment que les papes depuis Pie XII et Jean XXIII sont tous deux des usurpateurs.  Leur plus célèbre membre étant Vincent Reynouard, le négationniste emprisonné comme tel.  Reynouard se réclame aussi être « national-socialiste », c’est à dire… nazi.  Saint-Rémi édite aussi de Carr, outre celui déjà cité « Les plans de la synagogue de satan », « La secte des illuminés », « Débat sur la conspiration contre le christ (testament) », « Le poison du diable », « Satan, prince de ce monde » « La conspiration internationale » et la Conspiration mondiale »… mais aussi les livres  d’Edouard Dumont dont le « le testament d’un antisémite », ou encore « Les arabes sous le joug judéo-soviétique », par Louis Bielsky il figure comme « polonais antisémite » dans « Conspiracy Theories in the United States and the Middle East » :  ou encore « Impérialisme, judaïsme et communisme, ces trois forces qui dominent le monde », par István Bakony. Drumont à comme « ami », fondateur de l’association qui l’admire tant, Philippe Ploncard d’Assac,  ancien neurochirurgien, le propre fils du ministre de Pétain… un habitué de « StopMensonges ». assacQuel curieux  hasard !« Jacques Ploncard est surtout connu pour son antisémitisme, son antimaçonnisme et ses ouvrages relevant de la théorie du complot. Son discours est à rapprocher de celui de ses confrères Henry CostonXavier Vallat et Maurice Bardèche. Il était apprécié de Pierre Dominique (Rivarol) et des catholiques conservateurs » indique Wikipedia… A noter que les Editions St-Rémi éditent toujours « La France juive« , de Drumont (voir ci-dessus à gauche), un ouvrage interdit de publication… à Alain Soral.  La Justice semble avoir quelques fâcheux oublis, parfois, il semble… « La justice reproche à ces ouvrages les délits « d’injure envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion déterminée », de « négation de crime contre l’humanité » et de « provocation à la haine raciale ».  A Cadillac, Bruno Saglio  (un ancien séminariste, qu’on peut l’entendre ici sur Radio-Courtoisie) est aussi le responsable, éditeur du magazine « La Voix des Francs Catholiques ».

 Les protocoles de Cadillac ?

image007A Cadillac, on roule (sur les presses)… à droite.  Fort à droite, même. Et on imprime des tas de choses, dont des faux considérés par les fascisants comme étant des vrais.  Car les fameuses éditions ont aussi au catalogue « Red Fog over America » de Carr,  autrement dit  » la conspiration internationale les protocoles – explication du complot  » qui a été imprimé chez Saint-Rémi en 2012.  Or dans cet ouvrage, on trouve une référence plus que douteuse à un certain ouvrage, qui fait figure d’archétype de ce type de pensée antisémite.  Mais lisons donc, plutôt Carr : « Les agents du démon prônent la dictature par opposition aux régimes constitutionnels.  Ce sont les Illuminati qui ont conçu et mis en œuvre le Plan à long terme visant, en définitive, à la domination mondiale, comme en témoigne le grand nombre de fois où il est question de cela dans leurs Protocoles. Ce complot diabolique a été conçu dans le but précis d’annihiler le plan de Dieu pour la Création ainsi que d’instituer à sa place le despotisme et la tyrannie de Satan. Si l’on veut en fournir des preuves, il faut étudier de très près le document publié sous le titre « Les Protocoles des Sages de Sion* », sans perdre de vue qu’abstraction faite des arguments quant à sa source et à son origine, il constitue sans le moindre doute « Le Complot », « Le Plan à long terme », « La Machination », « La Conspiration » – quel que soit le nom qu’on veuille lui donner – par lequel un groupe relativement réduit d’hommes immensément riches, rusés et influents use de l’OR, du mensonge et de la tromperie pour subvertir et pervertir l’espèce humaine ».proto L’astérisque renvoie bien à cette note  : « Disponible aux éditions Saint-Remi, Traduction de Nilus – Édition intégrale – Nouvelle édition à partir de l’édition de 1943 des Editions C.E.A. Paris, 2008, 122 p., 14 € ». Oui, vous avez bien lu : Carr accepte tel quel l’ouvrage des « Protocoles », c’est à dire comme vrai document et Saint-Rémi, même l’édite, et en vante même le contenu.  Or, comme chacun sait, cet ouvrage, manipulation antisémite, aussi surnommé « Programme juif de conquête du monde » est un faux grossier, rédigé par Mathieu Golovinski, à partir du « Dialogue aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu », publié par le journaliste Maurice Joly en 1864, qui ciblait… Napoléon III !!!  « Les Protocoles des Sages de Sion, le célèbre faux fabriqué contre les juifs, ont été rédigés en France au début du siècle par un intrigant russe.  L’auteur est enfin identifié. Les ravages, eux, continuent » écrit ici la PHDN lire l’explication qui suit).. il faut savoir que ce faux, Adolf Hitler lui-même y fait expressément référence dans son ouvrage, Mein Kampf, publié en 1925 ! C’est l’ouverture des archives russes, en 1992, qui a permis de remonter le fil de la fabrication des Protocoles, destinés au départ à « aider » le tsar.  En somme Carr, anticommuniste, a en réalité fait la promotion d’un ouvrage rédigé par un notable bolchevique (car il avait changé de camp en 1917 en se prétendant « médecin » au service des « rouges » et en devenant le conseiller de Trotsky !)… le livre avait été révélé pour la première fois par le par le Times de Londres le 8 mai 1920….

Un très vieil hoax d’un farceur anticlérical

bible-taxilCela ne nous dit toujours pas où Carr aurait-il bien pu dénicher ce fameux courrier entre Pike et Mazzini. On a prétendu que ce fameux texte avait été « détenu par la bibliothèque la British Museum ». Celle-ci a dû reconnaître qu’elle n’avait jamais contenu ce genre de texte. Une autre théorie aurait voulu que la lettre d’origine  aurait été« conservée plutôt à Washington » et qu’elle aurait été « exposée une seule fois au British Museum Library et nulle part ailleurs », étant ensuite restée dans un endroit « secret ».  Selon l’ineffable Jean Lombard, prétendu « historien » (ses délires sont ici (2)), elle aurait été déposée à Temple House, au siège du rite écossais de Washington « mais sa consultation est interdite ».  En fait de secret, cet hoax que les extrémistes ont bien du mal à établir la vraie provenance, n’est que la résultante d’un gigantesque canular monté de toutes pièces en 1885 par un des rois du genre, j’ai nommé  Marie Joseph Gabriel Antoine-Pagès… alias Léo Taxil, un journaliste anticlérical genre virulent.  Il venait juste de se faire virer de sa loge maçonnique quand il a entrepris de s’en venger en montant un bobard monumental.  Pour cela, il invente d’abord un personnage féminin, Diana Vaughan, présentée comme un  jeune et belle américaine, devenue selon lui Grande Maîtresse du Rite Palladium Rectifié (qui n’existe pas !).  Puis il affirme sans sourire que le Grand Commandeur du Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté, n’est qu’un vil « luciférien » puisqu’il discute avec avec Satan en personne « trois heures tous les vendredis ».  C’est grotesque, mais ça va marche au delà de ses espérances… car le séisme va être violent chez les opposants à la franc-maçonnerie, dont l’Eglise bien sûr.  Le «  Grand Commandeur du Suprême Conseil«  choisi par Taxil étant justement… Albert Pike.

Un joyeux drille provocateur

104739692_oTaxil est avant tout un joyeux drille amateurs de fausses infos (il a inventé le Gorafi avant l’heure !) :  A Marseille, il répandra la fausse annonce de la présence de requins dans le port. « A Genève, avec un ami Marseillais, ils répandent le bruit qu’il existe sous le lac Léman les restes d’une ville celtique engloutie et des savants et des curieux viennent sur place vérifier… qu’il n’y a rien. Et comme il faut vivre, on dit que les deux amis commercialisent  des bonbons aphrodisiaques, sous le nom bien trouvé de « bonbons du sérail ».  C’est allé loin, avec lui. Il a fait, c’est sûr, de la prison ferme pour « annonces diffamatoires.  « Il revient en France  une fois amnistié et il se met à écrire des ouvrages anticléricaux souvent orduriers et pornographiques qui lui valent pas mal d’argent et aussi de nouveaux ennuis judiciaires. Ces livres se partagent entre romans et enquêtes mettant à jour les turpitudes du clergé.  Selon certaines affirmations, Taxil aurait été aussi informateur de police sur les milieux d’extrême-gauche à un moment où la république se méfie des « Rouges »..En 1879 il est condamné en correctionnelle pour offense envers l’Eglise catholique »…

L’église à dos

180px-therese_von_lisieuxlisieux-of-arcL’homme n’a pas en effet que les francs-maçons sur le dos:  l’Eglise catholique à de quoi lui en vouloir en effet : Sainte-Thèrèse de Lisieux, encore bien jeune, avait cherché à correspondre avec Diana Vaughan pour « l »aider à se convertir à la chrétienté », et Taxil avait utilisé sa photo déguisée en Jeanne d’Arc (elle adorait se déguiser, c’est vrai, exemple à droite ici !)) pour railler l’Eglise. » Elle déchira en miettes la lettre de remerciements de Diana Vaughan que Léo Taxil lui a fait parvenir en juillet 1896 en réponse à la sienne, et s’en alla la jeter à la fumière du jardin ». Le cardinal Rodriguez, du Chili, auteur de « The Mysteries of Freemasonry Unveiled, » en 1925, avait pourtant lui aussi affirmé que la lettre était exacte, et cela à partir de la lecture du livre « Le Diable au XIXème Siècle » écrit par « Bataille », à savoir le confrère de Taxil, le docteur Hacks, les deux ayant tenu la plume pour rédiger le faux document ! Avec Taxil, ça va loin en effet :  le premier Congrès Antimaçonnique de Trente du 26 septembre 1896, organisé par la Ligue internationale antimaçonnique (créée trois avant seulement), c’est à dire aussi par le Vatican, voit ses travaux obnubilés par une seule question : Diana Vaughan existe-t-elle ou non ? Les 36 évêques présents hésitent… et ne se prononcent pas, car aussi Taxil, convoqué, tarde à répondre à la demande.  Il fait traîner les choses exprès ! Parmi les fondateurs on trouve un certain Kostka de Borgia, (de son vrai nom Jules Doinel, un  ancien franc-maçon, passé catholique avant de sombrer dans l’occultisme…).

Obligé d’avouer la mystification

vaughan

Mais désormais acculé, Taxil  (Antoine Jogand-Pagès) est forcé d’avouer l’imposture. Il avoue officiellement être à l’origine de « la plus colossale mystification des temps modernes » le soir du 19 avril 1897 dans la salle de la Société de géographie, où « Diana » devait ce soir-là faire (enfin) son apparition (comme illustration ci-dessus dans un journal allemand, Vaughan révélant son côte « satanique » aux prêtres.  Il avait bien engagé une comédienne pour jouer le rôle de Vaughan, mais ses premiers essais de confrontation avaient tourné court et « Diana » parlait bien trop, affirmant qu’elle s’est rendue dans le temple maçonnique d’Edimbourg pour se faire tancer par son responsable qui affirme que non, elle n’y avait jamais mis les pieds.taxil4 Taxil, ce soir-là s’était régalé et s’était bien marré, comme il l’a dit lui-même : «  Ajoutez à cela, si vous voulez, un fond de fumisterie dans le caractère ; – on n’est pas impunément fils de Marseille ! – Oui, ajoutez ce délicieux plaisir, que la plupart ignorent, mais qui est bien réel, allez ! Cette joie intime que l’on éprouve à jouer un bon tour à un adversaire, sans méchan­ceté, pour s’amuser, pour rire un brin… »  il révélera aussi comment il avait dégoté » « Diana », en mentant une fois de plus : « peu de temps avant de retrouver mon camarade d’enfance, le docteur, les nécessités de ma profession m’avaient fait rencontrer une copiste dactylographe, qui était une des représentantes pour l’Europe d’une des grandes fabriques de machines à écrire des Etats-Unis. J’eus à lui donner à recopier bon nombre de manuscrits à cette époque. Je vis une femme intelligente, active, voyageant parfois pour ses affaires ; avec cela, d’humeur enjouée, et d’une élégante simplicité… Mais je ne pouvais mieux tomber. Personne, mieux que Mlle Vaughan n’était apte à me seconder. Toute la question était : accepterait-elle ? »…. et elle l’avait fait : en fait, elle n’a sûrement jamais existé ailleurs que dans l’imagination de Taxil !!! Trop drôle !

 

Retour à la fameuse (fausse) lettre (première version)

taxil-books3Quant à la fameuse lettre, on y vient. Elle était apparue… en France, trois ans après la mort d’Albert Pike. Taxil admettra aussi qu’il l’avait rédigée en lui donnant comme titre d’origine  « Albert Pike, Souverain Pontife de la Franc-maçonnerie universelle, instructions pour les Conseils suprêmes  33ème degré dans le monde, 14 juillet 1889. » Elle était justement, parue dans le fameux ouvrage « Le Diable au XIXème Siècle » ( (Volume 2, Chapitre XXXV, pages 594-606), entièrement rédigée par Taxil et Hacks !!!  » En voici un large extrait  : « Dans les premiers jours du mois d’août 1871, c’est-à-dire moins d’un an après la constitution du Palladisme (rite suprême), le « docte pontife luciférien », Albert Pike reçut de Mazzini une importante lettre. Le chef d’action politique de la franc-maçonnerie universelle invitait le chef suprême et dogmatique de la secte à tracer un plan de campagne précis en vue de la destruction du catholicisme romain (…) De cette réunion des onze plus hautes lumières de la secte infernale, de ce conciliabule diabolique qui dura sept jours (du 9 au 15 août), sortit, mûrement délibéré, et inspiré sans aucun doute par Satan en personne, le document suivant (traduit du texte original qui est en latin)… »  (extraits) :

Le  Pape-Errant, pasteur d’un troupeau dispersé, …sera recueilli, après expulsions sur expulsions, par l’autocrate slave, qui affectera de lui rendre de grands honneurs. L’adonaisme tentera alors de se reconstituer comme avant l’expulsion de Rome; le Pape-Errant étant près de mourir en Russie, l’autocrate impérial se prosternera à ses pieds, et les nations pratiquant jusque-là l’orthodoxie, c’est à dire le religion schismatique d’Orient, se rallieront assez rapidement à l’ancien catholicisme romain…

Son successeur {du Pape chassé de Rome] sera un slave; le siège de la Papauté adonaite sera établi dans la ville septentrionale de Pierre [Saint Petersbourg], sous la réserve de reconquérir Rome. …

(…)

L’athéisme étant mauvais par lui-même et détournant de son vrai but toute œuvre de rénovation humanitaire antichrétienne, il nous faut le canaliser et le mêler aux doctrines sociales les plus exagérées, qui sont destinées à l’insuccès final, ne pouvant qu’occasionner un bouleversement momentané, immédiatement suivi d’une énergique réaction. 

(…) 

C’est pourquoi, lorsque l’empire autocratique de Russie sera devenu la citadelle de l’adonaisme papiste, nous déchaînerons les révolutionnaires nihilistes et athées, et nous provoquerons un formidable cataclysme social, qui montrera bien aux nations, et dans toute son horreur, l’effet de l’incroyance absolue, mère de la sauvagerie et du plus sanglant désordre. Alors, partout, les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité folle des révoltés, extermineront ces destructeurs de la civilisation; et les innombrables désabusés de l’adonaisme, dont l’âme déiste sera jusqu’à ce moment restée sans boussole, ayant soif d’idéal, mais ne sachant à quel dieu décerner leurs hommages, recevront la Vraie Lumière, par la manifestation universelle de la pure doctrine luciférienne, rendue enfin publique, manifestation qui surgira du mouvement général de réaction, à la suite de l’écrasement de l’athéisme et de l’adonaisme, tous deux vers le même temps vaincus et exterminés ».

Le problème, c’est que dans le document original de Taxil, il n’y a aucune allusion aux trois guerres mondiales : « On note toutefois que si Le Diable au XIXème siècle est bien  la source de Carr (directement ou indirectement, par la lecture du Cardinal Gonzalez) il n’est nullement trace des trois guerres mondiales dans cette lettre fastidieuse avec ses formules lucifériennes qui ont un petit air de pacotille (non dépourvu d’humour d’ailleurs, comme l’indique la phrase : « Suit une formule diabolique d’introduction au discours, que votre dactylographe a censuré par prudence »). Reste la seule solution ; celle comme quoi Carr aurait rajouté lui-même les allusions aux trois guerres mondiales. Un Carr qui a aussi écrit que « bien avant que Marconi a inventé sans fil (radio), les scientifiques qu’étaient des Illuminati avaient permis à Pike et les chefs de ses conseils pour communiquer secrètement. »  Carr était aussi un illuminé au sens premier… et il était resté avant tout un militaire, obsédé par l’anticommunisme… les juifs, et les franc-maçons !

La 3eme guerra bien conventionnelle de Carr :

pawns_in_the_gameDans les « Pions sur l’échiquier », de la même façon, il ne parle pourtant pas au départ des « musulmans », mais des russes ou plutôt des soviétiques pour fomenter le brasier final : « la Troisième Guerre Mondiale commencera sans avertissement préliminaire si ce sont les dictateurs communistes Orientaux qui la déclenchent. On provoquera une grève générale internationale dans tous les pays capitalistes. Cette action sera calculée de façon à engendrer la paralysie à laquelle nous avons fait référence précédemment. « Les avions communistes bombarderont tous les centres industriels pour réduire à néant le potentiel militaire des États-Unis et du Canada et tuer le plus possible de population afin d’amener rapidement la capitulation et l’asservissement. La Grande-Bretagne sera probablement gratifiée du même traitement. Des Gaz détruisant le système nerveux pourraient être utilisés dans les zones industrielles que l’ennemi ne souhaite pas détruire. Les Forces Soviétiques occuperont les zones minières d’un bout à l’autre du Canada Septentrional. Les zones occupées seront utilisées comme bases d’opérations pour les objectifs situés vers le Sud. La grève générale internationale immobilisera les navires dans les ports du monde et rendra impossible les ravitaillements destinés à la Grande-Bretagne. image001-2Un blocus des îles Britanniques par les sous-marins Soviétiques empêchera toutes les fuites. Le peuple de Grande-Bretagne sera condamné à mourir de faim s’il ne se soumet pas dans les quatre semaines de l’ouverture des hostilités. Les membres de l’« Underground» communiste de toutes les villes du monde occidental évacueront les zones visées juste avant les attaques. Les armées de l’« Underground» reviendront et investiront les zones dévastées dès que le signal de «Fin d’Alerte» aura été donné. La Cinquième Colonne Communiste capturera et liquidera toutes les personnes dont les noms figurent sur la liste noire. On se débarrassera ainsi des Internationalistes Occidentaux en moins de temps qu’il n’en a fallu pour qu’ils se débarrassent de leurs adversaires Nazis lors des Procès de Nuremberg. » Ouah, avouez qu’il faisait peur… à l’époque ! Pour « expliquer » cette haine du communisme, Carr répandra l’idée dans sa propre biographie « qu’en 1907 à l’âge de douze ans, l’auteur fut endoctriné par deux révolutionnaires bolcheviques qui voyageaient sur le même bateau que lui, à destination de l’Orient. Mais à la différence des autres, il ne fut pas dupe. Malgré son jeune âge, il décida de garder un esprit libre et d’enquêter à fond sur ces questions avant d’en tirer des conclusions. Ses enquêtes et ses études sur les différents aspects de la Conspiration Internationale l’ont emmené dans presque tous les pays du monde. »

La (fausse) lettre, version 2.0

image002-1En revanche, Carr, selon un observateur, s’avère être aussi idiot que les suiveurs de sa fausse lettre :« Lorsque Mazzini mourut en 1872,Pike fit d’un autre dirigeant révolutionnaire Italien, Adriano Lemmi, son successeur. La succession de Lemmi revint ensuite à Lénine  et à Trotsky »,  déclare Carr. Résumons-nous : Des juifs ennemis du Christ ont organisé depuis des siècles, notamment depuis le 18ème siècle, la subversion, et ont cherché à imposer l’athéisme et le communisme, non pour ces idées elles-mêmes mais pour faire triompher à la fin du luciféranisme. A ce stade on peimage011ut se demander si Carr croyait vraiment à ce qu’il racontait ou s’il n’était pas à sa manière, un Léo Taxil canadien… »  écrit l’auteur de cette remarque fort bien placée.  Si Taxil était un mystificateur, Carr en est un autre, en effet.  Et effectivement, car c’est bien lui qui ajoute le fameux paragraphe sur la 3eme guerre mondiale, paru dans « Des Pions sur l’échiquier » sorti on le rappelle en 1955  : « la Troisième Guerre Mondiale doit être fomentée grâce aux divergences que les agents des Illuminati attiseront entre Sionistes Politiques et dirigeants du monde Musulman. On doit diriger la guerre de façon à amener la destruction de l’Islam (le Monde Arabe y compris, la religion de Mahomet) et du Sionisme Politique (comprenant l’État d’Israël). Dans le même temps, les autres nations une fois de plus divisées entre elles à ce propos, seront acculées à se combattre jusqu’à un état de destruction physique, mentale, spirituelle et économique totale ».Albert Pike n’a donc jamais prophétisé la 3eme guerre mondiale, ni des deux premières d’ailleurs ! En photo, William Guy Carr en uniforme, au sortir de la messe de l’aumônier général des forces armées canadiennes, le père Nelligan (Carr est l’officier à sa gauche).  L’ajout sur les trois guerres mondiales est donc bien postérieur à l’ouvrage de Taxil-Bataille, comme l’a démontré Terry Melanson, pourtant lui-même grand fan des Illuminati.  En 1955, un an avant l’affaire de Suez et l’avènement de Nasser, qui gagnera son bras de fer contre . Le Royaume-Uni, la France et Israël… sous la pression conjointe des Etats-Unis et de Moscou ! La Conférence de Bandung d’avril 1955 l’ayant consacré comme leader des pays arabes. C’est lui aussi qui fait plier les Saoud en mettant en place Faycal, après que son frère ait été surpris à vouloir l’assassiner !!! Logique que dans l’esprit tourmenté de Carr le monde musulman devienne un autre pion sur l’échiquier mondial !

Les influences

barruel« Le livre de Carr a été influencé par des gens comme Nesta Webster, Edith Starr Miller, et Léo Taxil . Il se réfère également aux théories de l’abbé Augustin Barreur (édité aussi à Cadillac, voire ici à droite !) et John Robison (l’auteur de « Preuve d’une conspiration contre toutes les religions et les gouvernements d’Europe fomentées les assemblées secrètes des francs-maçons et des illuminés »), les deux colporteurs du complot, qui a affirmé que la Révolution française était un complot maçonnique, qui était lié a la secte Illimunati allemande d’Adam Weishaupt, qui en fait, est morte avec Weishaupt lui-même. Les Illuminati ont perdu tout le pouvoir qu’il avait, parce qu’il ont été révélés au gouvernement bavarois, par la franc-maçonnerie et des jésuites. Ainsi, tous les autres gouvernements du monde ont été dûment informés où il fallait chercher. Elle  n’est pas restée cachée plus longtemps, ce dont elle avait besoin impérativement pour fonctionner. Aussi, rappelez-vous, que Carr affirme qu’il a appris la lettre par le cardinal José María Caro Rodríguez, de Santiago du Chili, l’auteur anti-maçonnique, du « Mystère de la Franc-Maçonnerie Dévoilée », de sorte que le Cardinal a eu aussi une influence sur Carr ». On ne saurait mieux dire ! Cette détestation des philosophes des Lumières et de la Révolution Française, on la retrouve chez des gens comme Marion Sigault, et sa façon de mener l’histoire à sa guise, ou chez Jean-Marc Vivenza, ce musicien « bruitiste » membre au départ du groupuscule 3eme voie (celui de Jean-Gilles Malliarakis devenu celui d’Ayoub, interdit par décision gouvernementale, il en réfute l’inscription en discussion dans Wikipedia) qui a fini lui aussi « Illuministe », après être passé par la case… franc-maçonne et l’admiration de Nâgârjuna, moine bouddhiste des IIe et IIIe siècles !

Un dernier coup de peinture… et après la dissémination d’extrême droite

unknownEt les dernières retouches alors ? Elles sont tardives et datent de… 2003. Leur auteur est un anglais du nom de Michael Haupt, et  son site « threeworldwars.com » a été bâti en réponse au terrorisme djihadiste et l’invasion américaine de l’Irak. « Soutenu par les connaissances acquises à partir d’une vue de conspiration de l’histoire et un cataclysme imminent évident, les mots de William Guy Carr, attribué à Albert Pike, semblaient prédire précisément les circonstances terribles qui se déroulent au Moyen-Orient ». Haupt reprendra Carr, en le paraphrasant souvent, mais en le modifiant aussi. Le faux texte de Pike sera ainsi repris tel quel par Henry Macow jonescet ancien universitaire canadien, antiféministe et pro-conspiration juive, obnubilé par le groupe Skull and Bones, auteur du livre « Illuminati – Le Culte qui a Détourné Le Monde »… Macow a aussi défini que le judaïsme était un « cancer ». Et que les Beatles étaient aussi des Illuminati (???).. ancien ami de Jeff Rense, extrémiste de droite US lui aussi, il est désormais fâché avec et les deux s’invectivent depuis par sites interposés. Puis il y a eu aussi Alex Jones, Walter J. Veith,  Bill Schnoebelen,  Texe Marrs, David Icke, Pat Robertson, David Bay, Kevin McNeil-Smith de « freemasonrywatch.org, » et  David Allen Rivera qui ont eux aussi repris telle quelle la fausse lettre de Pike : chez l’extrême droite on recopie et on ne vérifie pas. Suivez ici la discussion entre le suprémaciste blanc Jones et le partisan des reptiliens Ickle, ça vaut son pesant de rigolade quand ils parlent de la véracité de la lettre de Pike… (ci-dessous le « reptilien » Ickle, qui parle des « 3 guerres mondiales » annoncées par Pike !

Epilogue
reptilien-ickle-pikeAu final, ça donnera ça chez ceux qui sont incapables de rechercher si ce qu’ils ont pu lire ici et là à un fondement ou pas, et il y en a encore plein sur le net, comme celui-ci : «  Abert Pike savait car personne ne pouvait prédire avec autant de précisions ce qui allait se passer des dizaines d’années à l’avance ! Personne, sauf les illuminatis : la précision de la lettre de Pike enlève toute possibilité de théorie du complot , cette lettre est LA confirmation pour les plus septiques qu’il existe bien un groupe nommés illuminatis (elle vient appuyer des données historiques et quenelleempiriques qu’on possède sur eux, pour ceux qui connaissent la question….) , et que c’est ce groupe qui a, entre autre, tenté de lancé la 3e guerre mondiale en Syrie. Ainsi , cette lettre explique 145 ans à l’avance la situation contemporaine au moyen orient, et par ricochet, elle  nous permet d’entrevoir ce qui vient de se passer en Syrie :  des forces (« colombes » ou « chapeau bancs ») s’opposent aux plans de ces illuminatis , mais à la fin ils semblent toujours gagner : c’est du moins ce qui s’est passé jusqu’a présent  » . C’est signé « le LibrePenseur« . A savoir Salim Alibi. Un (ex) fan de Soral, et ex-Dieudonné… un antisémite, en tout cas (écoutez-ça aussi, on croît rêver , une telle bêtise et une telle inculture !). Trois joyeux « quenellistes », ensemble, il n’y pas si longtemps encore… pas si loin que ça de devenir… des adeptes des « reptiliens » (avant aussi de s’invectiver mutuellement sur le net)  !

 


(1) coïncidence, celui qui avait posté l’explication des symboles de la mitre sur Facebook, en affirmant que « Benoît XVI est donc au service de la Bête[La Franc-maçonnerie], du Faux-Prophète[Le Sionisme] et de l’Antéchrist, » a été… interné d’office en psychiatrie en février 2015 en Gironde, après une condamnation pour exercice illégal de la médecine. Belge, mais camerounais d’origine, il avait été interdit d’exercer au CHU de Brugmann, radié du conseil de l’’ordre des médecins belges en 2012 et condamné pour exercice illégal de la médecine par le tribunal correctionnel de Libourne, à trois mois de prison avec sursis, le 27 mai 2014… A peine enfermé, il criait… au complot ! Sa radiation avait été prononcée après de graves insultes et accusations comme l’extrême droite en a l’habitude. La propre fille du personnage avait été mise sous la responsabilité d »une juge, qu’il avait aussitôt déclarée membre d’un réseau pédophile inventé de toutes pièces ! (nota : dans plusieurs textes, Tueche disait avoir pratiqué à Lille, à la Clinique de la Louvière et se prétendait « spécialiste en chirurgie cardiaque et transplantation  d’organes »). Il avait été diagnostiqué atteint d’une « psychose paranoïde délirante grave avecanosognosie, dangereuse pour l’activité de  la médecine ». Putride ! Un des ses derniers Twitts disait « Alain Soral fait de la pub pour le Talmud »…!!!

(2) « Jean Lombard, « historien », écrivait en 1984 (il a lui aussi montré la lettre de Carr) : «  Si l’on permet le déclenchement de la Troisième Guerre mondiale, la dévastation sera si considérable que les Internationalistes en arriveront à prétendre que seul un Gouvernement Mondial soutenu par une force de police internationale permettra de résoudre les différents problèmes nationaux et internationaux, rendant impossible de nouvelles guerres. Cet argument paraîtra logique à de nombreuses personnes…  » (La face cachée de l’histoire moderne, p. 553) » Ça vient d’ici. Lombard, alias  » Jean Lombard Coeurderoy » n’a rien d’un historien sérieux, plus que réactionnaire,  même s’il se revendique « diplômé de l’Ecole des Chartes… en 1927″.  Sa bio indique surtout ce curieux événement : « pendant la Guerre, il fut affecté aux services de renseignements. Inquiété à la « Libération » pour avoir dépouillé les bibliothèques et les archives des loges maçonniques en Algérie, il fut incarcéré pendant quelque temps et radié de la Bibliothèque »… à noter dans sa présentation chez Saint-Rémi de l’hommage appuyé à Franco… son ouvrage avait été préfacé par Henri Massis, de l’Action Française, disciple du catholicisme contre révolutionnaire Jean Ousset (on reste dans les mêmes parages idéologiques). Il était devenu  membre en 1941 du Conseil national mis en place par Vichy et , membre en 1943 du conseil supérieur du travail obligatoire et des chantiers de jeunesse présidé par Abel Bonnard. En 1944, il figurera sur la  « Liste des écrivains indésirables »… il restera Membre du comité d’honneur de l’Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Business

François Hollande – Hors course ?

Published by:

quand-hollande-se-vantait-d-etre-paye-a-ne-rien-faire-642x330

Suicide politique, stratégie indéchiffrable, régler ses comptes avant d’abandonner ses troupes dans la tempête ou au contraire repartir à la conquête d’un autre mandat.

Les éditorialistes s’en donnent à coeur joie depuis la sortie du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, « Un Président ne devrait pas dire ça… »

Toujours est-il qu’il y a du flottement en Hollandie, pire que ça, de la consternation même chez les plus inconditionnels suporters de François Hollande. Déjà que la galère gouvernementale avait des fuites après les départs des Montebourg, Filippetti, Hamon, Macron, sans oublier les mutins frondeurs qui rament contre leur camp.

Fallait-il vraiment que le président en rajoute une couche pour s’enfoncer encore un peu plus dans une impopularité chronique qui tourne autour de 15 à 18%.

 

quand-hollande-se-vantait-d-etre-paye-a-ne-rien-faire

Dans les bonnes feuilles que la presse a bien voulu sélectionner pour nous, c’est-à-dire les extraits les plus polémiques d’un pavé de 600 pages, Hollande dézingue à tout va. Même et surtout les magistrats qui pourtant l’estimaient plus que l’ancien Chef de l’Etat. Mais quelle mouche a piqué le Président lorsqu’il a prononcé cette phrase, où il décrit la justice comme…

« Une institution de lâcheté. C’est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux… On n’aime pas le politique »

Autant se tirer une balle dans le pied. D’ailleurs Sarkozy, « le petit De Gaulle » qui est un modèle de vertu et qui sait ce que le mot salir la fonction présidentielle veut dire, ne l’a pas loupé lors du premier débat de la primaire de droite…

« Je me demande jusqu’où François Hollande va salir et détruire la fonction présidentielle. Quel mépris, « Les pauvres des sans-dents, les sportifs des décérébrés, les magistrats des lâches, jusqu’où ira-t-il ? Mais le plus préoccupant, c’est un président de la République qui met entre les mains de journalistes sous influence des documents confidentiels. Le scandale est là »,

Vous noterez au passage le soutien du FN par la voix de Florian Philippot…

« Les attaques très sévères de magistrats contre un président de la République sont difficilement tolérables pour tous ceux qui sont attachés à la fonction présidentielle et au respect républicain qu’on lui doit ».

Les soucis actuels avec la justice du parti « aux mains propres » a sans doute influencé les propos du vice-président de Marine Le Pen.

Les magistrats « humiliés » par celui qui est le garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire, avaient vivement réagi après la découverte des propos sur la justice de François Hollande. Comment pouvait-il en être autrement. Le premier président de la Cour de cassation, Bertrand Louvel, a déclaré que ces confidences posaient « un problème institutionnel ». « Il n’est pas concevable que la charge de président puisse être utilisée par son titulaire pour contribuer à diffuser parmi les Français une vision aussi dégradante de leur justice ».

Mais lorsque Hollande semble prendre la défense de son ennemi numéro un, on croit rêver…

Au sujet de la géolocalisation de Nicolas Sarkozy, alias Paul Bismuth, il avait confié aux journalistes…

« S’il n’y a rien dans le dossier, c’est choquant, c’est vrai. C’est hélas le comportement de la justice ».

Mais ne vous y trompez pas, Hollande est plus que jamais dans la détestation du président des Républicains…

« Les cassettes » de Patrick Buisson, « sont très importantes, non pas qu’elles révèlent quoi que ce soit, il n’y a pas de secrets d’État, mais elles vont révéler ce qu’est ce type. Sa grossièreté, sa méchanceté, son cynisme ».

C’est vrai qu’un Président devrait d’abord assurer sa tâche plutôt que de s’épancher en révélations qu’il pourrait faire à la fin de son mandat. Combien d’autres confidences dans un livre rédigé grâce à 60 rendez-vous avec les journalistes. Mais que faut-il lui reprocher le plus ? Sa sincérité ou sa naïveté, son incapacité à rentrer dans la fonction qu’il occupe, son égocentrisme, son obsession de laisser une trace dans l’Histoire, son incompétence, ses constantes hésitations ?

Si François Hollande était réélu en 2017, cela serait probablement la surprise du siècle. Ce livre sera plus vraisemblablement son testament politique, car de toute façon dans l’état actuel du pays on ne voudra voir que son côté négatif. L’homme normal est probablement maintenant hors course. Dans ce cas qui prendra la suite pour tenter de recoller un PS en lambeaux ; Valls, Macron, Montebourg ?

Business

Borys, journaliste de la Twitter génération, piégé par Sputnik

Published by:

convoi-1

On trouve de tout sur internet, c’est bien connu.  La dernière découverte en date est en fait un Tweet, commis par un jeune canadien se présentant comme journaliste indépendant et itinérant, ayant couvert récemment le conflit ukrainien, après avoir fait ses classes à Toronto.  C’est un garçon pressé, semble-t-il, qui annonce qu’il peut se rendre en très peu de temps sur une zone de conflit pour en revenir avec des articles ou des reportages pris sur le vif.  La génération de l’instant.  Celle du manque de recul.  Il possède  différentes casquettes, l’une d’entre elles étant celle de BellingCat (hélas pour eux comme on va le voir).  Cette fois-ci, il n’a pas eu à sortir de son pays pour répandre une bourde phénoménale, aussitôt reprise par les médias Pro-Poutine.  Celle d’avions américains que l’on maquillerait en avions russes, pour commettre des  opérations de type « false flags ».  Récit d’une terrible bévue journalistique.

Un reportage plus que léger

C’est l’inévitable Sputnik News, la remplaçante  RIA Novosti, de Dmitri Konstantinovich Kisselev, qui s’est jetée sur l’occasion.  Kisselev a vite vu en effet ce que pouvait lui apporter la bourde commise par  le journaliste canadien auto-proclamé Christian Borys, qui sillonne le monde depuis quelque temps et écrit un peu partout, pour VICE, The Guardian, RFERL, The Daily Beast, ouMaclean’s Mag (un hebdo canadien appelé aussi l’Actualité en français), entre autres.  Un jeune journaliste « freelance », auteur d’article tels que celui-ci, sur la construction d’un drone en Ukraine, le projet Dmytrasevych, un engin appelé un peu pompeusement « People’Drone PD1″, réputé « imbrouillable » par les russes, qui disposent pourtant de stations plus qu’efficaces, comme on le sait, un appareil construit de plus en « crowdfunding« , selon lui !!! drone-borysSur Vice, il a réalisé un reportage vidéo sur cette façon de récupérer des pièces diverses ou des produits de loisirs pour en faire des surveillants de champs de bataille. Il y montre une propension douteuse à se mettre lui-même en scène, qui n’augure rien de bon.  La réputation du drone ne tient que par la parole de ses constructeurs, et son efficacité, peut paraître bien aléatoire.  « Il ne peut pas être brouillé car il est complètement crypté« , clame son inventeur, avec beaucoup d’assurance.  Mieux encore, car  toujours selon le même; s’il perd le lien avec son propriétaire, « il est réglé pour rentrer tout seul au bercail grâce à son « Inertial Navigation System« .  L’engin ressemble beaucoup en fait à un AAI RQ-7 Shadow, de taille plus réduite, un engin qui a volé pour la première fois en… 1991.  Un autre, à 6 hélices est également montré, capable également de.. bombarder, selon ses concepteurs (mais la démonstration n’est pas faite).  Une « étude encore en développement« , paraît-il (sur ce point les drones piégés de Daesh semblent bien plus dangereux).  Le reportage se terminait sur une charge contre Poutine, effectuée par un officiel ukrainien sur les « 14 violations du cessez-le-feu de la région ».

Un autre drone

droneTout cela paraît bien léger, à vrai dire, comme reportage.  Et Borys de se coller un casque sur la tête et un gilet pare-balles alors que le test montré l’est manifestement dans une zone hors de danger un petit « coup de pouce » à sa crédibilité, qui sombre en fait dans l’anecdotique (2) ; d’autres drones issus du marché domestique ont servi à autre chose, comme ici, avec une découverte plutôt sidérante faite il y a deux ans.  Boris en faisait-il déjà un peu trop ?  C’est la question légitime qui vient à l’esprit, au regard de la vidéo. Quelque temps auparavant, le même Borys avait pourtant évoqué usage par les troupes russes d’un drone… acheté aux israéliens, un modèle Searcher II, d’IAI, développement du Scout et du Pioneer.  L’affaire avait été révélée par le site BellingCat.  J’ai évoqué ici-même en juin 2015 sa découverte.  L’achat avait été relaté en 2009 par… Sputnik news, qui aurait mieux eu fait de ne pas en parler à l’époque !  L’aide de rappeler que Poutine se fournissait en Israël avait dû être diversement apprécié à Moscou, qui ne cessait de charger le pays de tous les maux de la Terre comme on le sait.  Boris s’était-il fait ce jour-là un ennemi dont on connaît le désir irrépressible de vengeance ? On est pas loin de le croire à lire ce qui va suivre…

Bien tendre sur Radio Free Europe

Le même Boris, on le trouve aussi sur RadioFree Europe (et là aussi, et là également, sa mère étant fleuriste).  Et notamment sur un reportage sur le surprenant appel à Mikheil Saakachvili fait par Petro Poroshenko : l’association surprise de deux magouilleurs connus, à l’évidence.  Il y citait aussi le rôle trouble de Yulia Marushevska, une ancienne  étudiante en littérature et histoire, qui avait connu son heure de gloire lors des troubles Maidan, et qui avait depuis rejoint l’équipe de Saakachvili « pour lutter contre la corruption », Saakachvili étant lui-même présenté comme « le visage émoussé de la réforme et de la lutte contre la corruption » Marushevska, « la YouTubeuse » devenue coqueluche des médias occidentaux, nommée responsable des douanes du port, salarié 150 euros seulement, on croyait rêver !  Les deux étant appelés par Poroshenko pour juguler l’importante corruption régnant à Odessa. %d0%bc%d0%b0%d1%80%d1%83%d1%88%d0%b5%d0%b2L’idée de base expliquée par Borys étant de surveiller le port non plus par des hommes mais par… des ordinateurs. « Natalia Sherpa (nota : elle est âgée de 26 ans seulement) et Lyuba Shipvich sont deux membres de l’équipe pour exécuter le plan de numérisation. Les deux ont quitté leur travail aux États-Unis – Shyrpa en tant que gestionnaire de projet numérique et Shipvich comme ingénieur logiciel – pour faire du bénévolat à Odessa. Ils affirment qu’ils sont venus à Odessa inspirés par le message de Saakachvili comme quoi les systèmes corrompus peuvent être modifiés ». «Nous mettons en place un site communautaire où les citoyens peuvent exprimer des plaintes concernant la corruption spécifiquement à Yulia [Marushevska], » dit Shipvich. «Nous avons également numérisé le paquet des réformes d’Odessa afin qu’il montre toutes les contrats inclus dans la proposition. Il est construit de telle sorte que les avocats peuvent donner leurs avis juridiques sur les projets de loi proposés, et les citoyens peuvent alors suggérer des changements sur les contrats. » Etrange façon de lutter contre la corruption (qui prête à tous les soupçons, y compris d’espionnage) ! Et étrange conclusion, en forme d’avertissement bien (trop ?) policé : « Les sondages nationaux d’opinion ont indiqué à plusieurs reprises que Saakachvili est le politicien le plus populaire en Ukraine – ce qui est remarquable pour quelqu’un qui n’a pas eu la citoyenneté accordée, avant le début de cette année, par décret présidentiel (…) L’attrait d’un étranger peut bien jouer pendant un certain temps dans toute l’arène politique, mais un gouverneur franc-tireur essayant de tirer sur la poignée familière d’un système corrompu dans Odessa pourrait être sur le point de tester ses propres limites« .  Celle, quelque temps plus tard de songer surtout à devenir premier ministre tant qu’à faire ?  Voilà Christian Borys, après avoir attaqué Poutine, venu faire l’apologie de l’intrusion US en Ukraine, sur la radio de propagande US la plus connue au monde !!! L’homme qui ne met que 5 heures pour rejoindre l’Ukraine à partir de Montréal se serait-il fait avoir cette fois-ci par les russes eux-mêmes avec son dernier Tweet ?

Une légéreté qui nuit aujourd’hui à BellingCat

osaCar il n’écrit pas que sur le site de propagande américain : on le trouve aussi, chez… BellingCat.  Un média réputé indépendant, créé comme on le sait au départ par un chômeur anglais appelé sur le net Brown Moses, qui par simple curiosité est devenu un spécialiste de l’étude des images sur le net en Syrie, notamment. Il y avait décrit les attaques chimiques du régime d’Hassad, comme la livraison de roquettes de « manpads croates » (des M79 Osa) fournis par les USA aux insurgés, une histoire gênante pour les USA, qui avait été reprise par le New-York Times et The Guardian.  Chez BellingCat, l’imposante enquête sur le tir de missile sur l’avion de ligne de la Malaysian du vol MH17 avait été très, très, perturbante pour les fans de Poutine.  Car le site était arrivé à la même conclusion que celle de l’enquête hollandaise du Joint Investigation Team (JIT), deux ans plus tard.  Celle d’un tir effectif de missile Buk effectué par des séparatistes ukrainiens… armés par Moscou.  La traque des photos de BellingCat avait été exemplaire, pour retrouver le parcours de l’engin promené sur les routes par un semi-remorque civil.  Deux ans de recherches pour accuser formellement les amis de Poutine d’être les responsables du massacre. mh-17-enquete Unrapport accablant pour la Russie, qui à partir de là pouvait en vouloir… aux enquêteurs hollandais… comme à BellingCat, qui a fait à vrai dire l’essentiel du travail (notez ici que quand Sputnik news présente les résultats de l’enquête, il utilise le « mauvais » côté de l’avant de l’avion (le droit), qui a reçu la charge de grenaille du Buk du coté gauche du cockpit, ce qu’on distingue très bien sur le cliché ci-contre). On ne se refait pas, pour désinformer chez Poutine (chez ces supporters « humanistes » aussi) ! Aussi n’est-ce pas vraiment de voir hier Sputnik News se féliciter d’un Tweet de notre ami Borys… tant ce dernier s’est montré ridicule, dernièrement.  Faire du journalisme nécessite aussi un savoir (et une formation, qu’il ne semble pas avoir reçue, ou alors il n’en a rien retenu !), et là, pour l’occasion, notre jeune prétendant s’est montré bien démuni en la matière… et bien impétueux.

Le tweet ridicule qui tend la perche à Poutine

C’est donc Sputnik news qui a sauté sur l’occasion de s’attaquer indirectement à BellingCat en reprenant à la volée un post non vérifié et inconséquent de Borys, journaliste trop pressé. Ce Tweet, posté le 8 octobre, le voici :

twitt-borys

escadron-su-34Le Tweet, maladroit, pour le moins,  aux yeux des connaisseurs de l’aviation (il est repris ici tel quelpar un italien), aaussitôt été repris par Sputnik News pour qui il représente en fait une véritable aubaine : « un déguisement à grande échelle est en train d’être mis en place au sein des troupes aériennes des États-Unis: ils changent la panoplie de couleurs de leurs chasseurs F-18 en celles que portent les appareils russes Su-34. Dorénavant, seuls les spécialistes pourront distinguer les aéronefs américains des russes… » écrit en effet le site deux jours plus tard, signe qu’il a fait vite en besogne pour le récupérer et se l’approprier… et ruiner ainsi le Tweet fort mal formulé de notre bien léger Borys !!! Selon le contenu defullback2s deux, en effet, sur le net, les américains auraient donc peints sciemment leurs appareils pour les faire davantage ressembler à des avions russes.  En fait, le dernier cri chez les Agressors en matière de camouflage est celui copié sur le T-50 ou le Su-27, dit« Splinter » (chez lesFighting Omars« , repeints ainsi dès 2012, alors que les T-50 avaient reçu la même… en avril 2010).  En somme, il a fallu deux ans pour que les américains copient le nouveau schéma de camouflage russe ! Or ce même T-50 en a changé en novembre 2013, pour la fameuse couleur « aubergine » : voir ici et les deux types). Le Su-34 n’avait jusqu’ici pas été aperçu en dehors de la Russie. Le gros avvfc-12-hornetsion n’a pas été produit en masse depuis son apparition en 1990 (appelé alorsSu-27IB/KU (Istrebitel Bombard- Irovshchik;chasseur-bombardier), à train principal simple. En 1996, trois exemplaires seulement avaient été terminés. Il n’a été mis en service que 14 ans après le premier vol, le 20 mars 2014. Difficile d’estimer combien il y en a exactement aujourd’hui en service : sur la photo ci-dessus en date de février 2013,  10 exemplaires formant la première escadrille semblent être au complet: cinq en ancienne livrée bicolore, cinq unis.  Les ateliers de Sukkhoi en fabriquent 3 par an seulement.  En somme, il y en a moins de 30 exemplaires aujourd’hui, ou à peu près : une seconde escadrille a été annoncée comme complétée en 2014.  f-18-russianL’un d’entre eux a connu quelques déboires comme ici à droite, en juin 2015, lorsque ses deux parachutes de queue d’un appareil ne se sont pas ouverts. Les Su-34 couleur foncée ont été observés pour la première fois au salon Maks de 2013.. mais ce n’est pas avant novembre 2014 que les occidentaux ont pu les apercevoir ainsi peints au large de la Norvège, avec ce jour-là d’ailleurs une manœuvre jugée « agressive » (celle de ses Mig 31 d’escorte).  C’est en septembre 2015 qu’ils ont été déployés à Lattaquié en Syrie.  Six appareils seulement (quatre en un premier temps, ajoutés aux 12 Su-24 Fencer déjà présents; plus les 12 Su-25 Frogfoot) soit le 1/5 du type d’avions existants environ.  L’engin demeure donc rare, et ce n’est donc pas une surprise que son schéma de camouflage neuf n’ait pas encore été repris par les « Agressors » américains, sauf… fort récemment, et à ce jour sur un seul exemplaire biplace de la VFC-12 (ici à gauche).  Sur le cliché, en prime, l’avion n’a même pas de réacteur gauche de monté ! De là à ce qu’il rejoigne ainsi la Syrie…

Une accusation grotesque

Et Sputnik News (et RT !) d’embrayer pourtant sur la possibilité d’un vol de ce genre d’avion « déguisé » pour aller bombarder un convoi de ravitaillement humanitaire, sciemment bombardépar des Su-34 et leurs bombes bien répertoriées ((ici une reprise de son Tweet, suivi de tout un laïus sur un « false flag » US en préparation... là c’est sur Reddit, et ici dans le site des Anonymous-Fawkes qui a fait de même (3).

convoi

La belle, la superbe occasion qu’offre ainsi ici Borys aux russes, par sa méconnaissance totale du monde de l’aviation, offrant ainsi à Poutine de se dédouaner d’une agression caractérisée ! BellingCat,à l’occasion, ayant en effet relié les bombardements aux charges emportées par les fameux Su-34 russes… Les russes ayant fermement nié y être pour quelque chose… dans Sputnik News le 20 septembre ; rejetant la complicité sur les « casques blancs » :  » Le ministère a souligné que l’auteur de l’incendie, ainsi que son objectif peut être connu par les membres de l’organisation «Casques blancs» qui a la connexion avec  les terroristes d’Al-Nusra avant qui ont «accidentellement» été au bon moment et dans le bon endroit pour placer des caméras ».  Un bon nombre de pro-Poutine ont en effet en détestation ces pompiers volontaires, pressentis récemment pour recevoir le Prix Nobel de la Paix, telle l’ineffable Vanessa Beeley, autre pasionaria de Bachar el Assad (elle est ici tout sourire à sa gauche). On la trouve souvent sur le site de 21CenturyWire de Patrick Henningsenn, abonné à RT.  Ce dernier est relayé en France par le Saker Francophone, qui relaie par exemple Fayed Hasan, l’admirateur du Hezbollah.  Pour Henningsen, les russes ne sont pas, bien entendu responsables du crash du MH17.  Avant de lancer son propre site, Henningsen était, on le rappelle, l’éditeur associé  du fascisant Alex Jones. En 2013, il avait aussi écrit que l’engin volant inventé par l’escroc M.T. Keshe était à l’origine de la capture du drone US par les iraniens !!!

 

Sputnik dans ses œuvres : une reprise de volée !

sosieEt Sputnik d’en rajouter lourdement, à sa façon, deux jours plus tard à peine après le Tweet du canadien trop pressé (ici à gauche) : « Le fait est que l’on peut voir les ailes repliables de l’aéronef américain seulement quand il est au sol, et les bouts verticaux de la queue du F-18 diffèrent de l’appareil russe par leur pente sur les côtés. Ainsi, si l’on enregistre l’appareil américain à l’aide d’une caméra semi-professionnelle alors qu’il nous survole, il sera impossible de le distinguer du Su-34. Le seul signe distinctif que le F-18 « rénové » a gardé est l’étoile blanche sur fond sombre. Pourtant, sur sa queue on trouve aussi une étoile rouge, la même que portent les avions russes. Il est à noter que « les travaux de peinture » ont commencé justement après que le chef de la diplomatie américaine John Kerry a demandé à l’opposition syrienne de fournir des vidéos prouvant les « crimes russes contre la population civile (syrienne, ndlr) ». Cette information est apparue suite à une « fuite » de la conversation audio entre le secrétaire d’Etat américain et des opposants (les casques blancs). Y aurait-il un lien de causalité, se demande M.Borys… » (à noter que c’est doublement faux, car les avions russes envoyés en Syrie… n’ont pas d’étoiles rouges, elle ont été effacées ou masquées, et l’exemplaire peint comme un Su-34 ne porte absolument pas d’étoile non plus, mais plutôt l’insigne des Marines US !). Et triplement aussi, voire quadruplement, l’histoire de Kerry étant un autre ragot et le Predator sorti du chapeau une bien mince parade face aux terribles accusations. Celles de crime de guerre, tout simplement !

Des ravages de Twitter chez les apprentis journalistes

hornet-agressorOn ne sait ce qui lui a traversé la tête, à notre canadien, pour écrire pareille bourde et la laisser envahir le net via Twitter. Car chacun sait que ces avions « peints comme des avions russes » ne sont jamais sortis des Etats-Unis, puisqu’ils servent exclusivement à des entraînements au combat aérien, sous le nom générique « d’Agressors ». Je vous ai même expliqué ici (un des épisodes est visible ici) quels étaient les mercenaires qui les avaient remplacés.L’escadron de la Navy US utilisait ses Hornets de l’escadrille 55 des Agressors de Nellis, jusqu’en 2014, date à laquelle les contraintes budgétaires ont arrêté son fonctionnement. Cela avait commencé il y a bien longtemps, avec d’autres appareils. Tous des avions d’entraînement, au départ. Aucun n’a jamais été envoyé sur un quelconque front de conflit. Un bon nombre de « vieux agresseurs » attendent leur fin probable en plein désert désormais, à l’AMARG de la basede Davis-Monthan en Arizona. Le fait est connu, archivé, répertorié… et même Youtubé… la photo dont s’est servi Borys provient d’ailleurs de là. D’un exercice TopGun de 2013 sur la base de Beaufort !

youtube

 

Inconséquence et irresponsabilité

avion-grisEn un seul Tweet inconséquent, Christian Borys a offert une perche aux amis de Poutine, qui ont bien sû en profiter. Et ils ne se se sont pas faits prier, en effet : ils sont une armée pour ça, à scruter le net à la gloire de leur maître. Il a beau eu avoirtenté de se rattraper après, alors que des internautes lui avaient fait remarqué l’idiotie de son premier Tweet, c’était déjà trop tard. Jamais un seul avion américain porteur de ce type de décoration n’a été montré à l’extérieur des Etats-Unis. Aucun n’a volé en Syrie, pas plus qu’ailleurs. La livrée de cet avion amené par les russes en Syrie arbore un coloris foncé, [Ad: copie-ecran-reloaded]depuis 2011 (on les présente comme couleur « aubergine » sur le dessus chez les maquettistes).  Celui qu’on peut voir ici (ci-dessus, l’image provient de… Sputnik !). C’est le Su-30SM qui a gardé ses couleurs d’origine. Et celui-là n’est pas fondamentalement un bombardier (tout en étant multiple). Mais trop tard, les amis de Poutine, si nombreux et si actifs sur le net avaient déjà repris l’idée… comme le montre ce Tweet ci-dessus, à droite. Une idée reprise aussi à la volée par Michael Shigorin, shigorinalias Michael Oleksandrovych, employé de Anna-News (3), fan de Linux et porte-voix des séparatistes ukrainiens pro-Poutine, dénoncé ici en tant que tel (voici ce qu’il diffuse comme montage immonde !). Son message étant encore plus fielleux : « Comment ça un nouveau False Flag ? L’US Air Force sera surprise si en ce cas un « avion russe » sera abattu par ceux qui savent toujours mieux que les autres »… allusion évidente au crash du MH17… Borys donnant ainsi un argument aux partisans des séparatistes ukrainiens pro-Poutine, et les laissant même s’exprimer dans son propre compte Twitter !

borysNon, décidément, on ne peut informer via Twitter, et encore moins s’en servir pour faire œuvre de journaliste (ici ses premiers papiers de 2014 au Toronto Standard, où il proposait déjà… de le « suivre sur Twitter »).  De propagandiste, en revanche… parfois consciemment, et parfois par bêtise ou méconnaissance c’est donc possible, la preuve aujourd’hui.  A ce jour, hélas, le canadien a montré qu’il était capable de faire les deux.  Et c’est là tout le problème le concernant.  L’homme qui se vante de se rendre sur les zones de combat en moins de 5 heures ferait mieux de se poser un peu plus souvent, et de réfléchir à ce qu’il écrit, avant de se noyer dans la pire facilité de la Twittitude… on ne peut que lui conseiller de laisser son casque lourd et son gilet pare-balles au bercail, et de retourner s’inscrire dans une bonne école de journalisme, plutôt.  Il est pourtant conscient de ce qu’il vit aujourd’hui, c’est ça qui est affligeant.  Dans une (rapide) biographie , on lui avait posé la question « comment les médias sociaux ont-ils changé (pour vous) l’information ? »  Sa réponse avait pourtant été celle-ci :  « c’est instantané et c’est partout. Une histoire peut se développer dans un village en Ukraine et devenir tendance à New York en quelques minutes ».Comme le coup du Tweet annonçant que les avions américains se déguisaient en avion russes. A part que là, c’est lui, l’auteur du Tweet qui a déjà fait, hélas, le tour de la Terre (4) !!! Borys, laisse donc tomber ton portable deux minutes… et arrête donc de Tweeter à tout va !

Evidemment, l’ineffable Laurent Freeman embraye lui aussi dans le processus:  Encore une faute des juifs (cf « la cabale » chez lui), cet usage du pistolet à peinture…

 

(1) une radio ouvertement de propagande  : « une radio et un groupe de communication privés financés par le Congrès des États-Unis « 

(2) il récidive ici avec cette photo et ce commentaire : « Christian Borys a passé l’été dernier sur les lignes de front de la bataille dans l’est de l’Ukraine pour couvrir la guerre entre les rebelles pro-russes et les forces armées ukrainiennes. Revêtir un casque de combat et une tenue militaire complète, la seule différence visible entre lui et les soldats habillés en costume similaire était le mot « PRESS » hardiment cousu dans son gilet pare-balles. Et, bien sûr, son appareil photo ». Cela semble un peu de la rodomontade, hélas. D’autres journalistes n’ont pas mis en scène leur action en zone de guerre. Dans le même article, on explique qu’il n’a ecommencé à faire dans le journalisme qu’en 2015 pour se reconnecter à ses racines »…  pressel’article expliquant qu’il est devenu bien vite producteur sur place d’une émission régulière de télévision sur le net : « plus récemment, Christian a fait équipe avec une organisation de médias indépendants à Kievappelée Hromadske pour devenir le producteur exécutif de The Sunday Show, le seul programme de langue anglaise couvrant les événements dans la région. Hromadske est également l’un des seuls organismes de presse en ligne indépendants en Ukraine, en utilisant YouTube et les médias sociaux comme débouchés pour les nouvelles non filtrées de rapports à travers le pays ». Voilà qui va vite en besogne, et manque singulièrement de recul, semble-t-il. L’éthique journalistique faisant place au « YouTubisme »… à noter aussi que l’indépendance du site semble discutable. Selon Wikipedia, les fonds de la chaîne proviendraient de Hollande, et de… George Soros. « En juin 2014, Hromadske TV avait reçu 558.842  hryvnias(1 euro équivaut à 28,04  hryvnias) du gouvernement du Canada, 394.181 de la Fondation Fritt Ord, 287.898 de l’ambassade des États-Unis à Kiev, 207.402  d’une vente aux enchères organisée par «Dukat» (l’Auction House ) et 1.875.180  des contributeurs individuels »… pas sûr que l’on puisse parler de totale indépendance, à ce rythme.

(3)  « L’objectif des bénévoles d’ANNA-News (qui sévit aussi sur Facebook !) est une information véridique, l’analyse et la prévision des événements directement liés au problème de la sécurité nationale de la Russie et de ses alliés stratégiques dans les conditions politico-militaires actuelles de la redistribution mondiale, la nécessité de protéger son propre peuple, le territoire et les intérêts nationaux, en tenant compte de la nature mondiale et la spécificité guerre de l’information mondiale »…

(4) celui là est tombé à pieds joints dans le panneau :  « Ibra Timité », le 10 octobre 2016 à 22:55 en forum a écrit en effet que « Tout est possible avec ces raclures. Le false flag est une de leurs armes favorites. Il y aura malheureusement toujours des niais pour tomber dans le panneau, malheureusement… J’espère cependant que les russes seront vigilants et abattront ces avions si ceux-ci font des choses pas très claires. Mais le problème est que les gens sont trahis par leurs perceptions ! Certains n’arrivent toujours pas à voir les dirigeants étasuniens pour ce qu’ils sont, des criminels de la pire espèce. Pour ma part je ne discute plus avec les gens qui sont complètement aveuglés parce que c’est une perte de temps et ça m’énerve. «  En fait de niais….

Nota : l’original de la photo du Horet peint couleur « aubergine » est ici, sur Warplane Porn. Le gag, c’est que les Marines manquent actuellement de F-18; le budget du F-35 ayant tout dévoré, et en juin dernier, ils cherchaient comment ressortir du tombeau de Davis-Monthan trente anciens F-18 C pour les remettre à jour ! Les Marines n’avaient pas eu la prudence de la Navy de commander des Super-Hornets en attendant un hypothétique F-35… et comme ils aiment aussi s’amuser avec leur éternel adversaire… ou peindre leurs appareils différemment… pas étonnant qu’ils aient été tentés de mettre en marche leur compresseur une nouvelle fois…

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Business

Nucléaire, le syndrome du Titanic

Published by:

paris_sous_la_neige-460x330

L’aveuglement des lobbys qui se refusent à imaginer s’être trompés pendant tant d’années, ajouté aux sommes faramineuses déjà dépensées, font du nucléaire l’histoire même de l’échec prévisible.

Tout comme pour le Titanic, lui qui était réputé insubmersible, les tenants de cette énergie étaient convaincus qu’elle était l’avenir, et malgré les catastrophes récentes, ils se refusent encore à imaginer pouvoir s’être trompé… et pourtant.

Tchernobyl avait changé la donne : on découvrait que l’accident nucléaire majeur était possible, et Fukushima, toujours en cours, a enfoncé le clou.

Vient aujourd’hui le problème Cigéo, solution irresponsable qui consisterait à enterrer des déchets dont certains seront encore dangereux dans 100 000 ans, mettant en évidence que la décision du choix nucléaire a occulté volontairement l’absence totale de solution concernant ces déchets.

Là ou l’affaire se corse, c’est qu’à l’approche de l’hiver, dont nombreux affirment qu’il sera dur, les exploitants des centrales s’inquiètent.

À ce jour, 23 des 58 réacteurs nucléaires du pays sont à l’arrêt pour des raisons diverses… pannes, inspections, ou en service réduit, et en haut lieu, on commence à s’inquiéter.

« Pourvu que l’hiver soit doux »… c’est le leitmotiv que l’on peut entendre dans le petit monde du secteur de l’énergie.

Or, c’est le contraire qui semble s’annoncer, si l’on veut bien croire certains prévisionnistes, lesquels annoncent que cet hiver serait le plus froid depuis les 100 dernières années.

Le météorologue allemand Domink Jung évoque un hiver anormalement froid, en se basant sur les cartes et les modèles établis par son service météorologique national, et selon lui, les températures les plus basses seront enregistrées durant les mois de janvier et février, avec absence de dégel au printemps…

Jo Bastardi, du service météorologique AccuWeather ne dit pas autre chose, ajoutant que la diminution de l’activité solaire durant cette période accentuera la chute des températures, prévision que partage Elena Volosiouk, spécialiste du centre météorologique Fobos. lien

Ces prévisions pessimistes ne sont pas partagées par tous, dont par exemple le site « lameteo.org  », qui se flattant d’une fiabilité de 61%, assure qu’il faut être très prudent quand à ses prévisions catastrophiques. lien

paris_sous_la_neige

 

Quoi qu’il en soit, nous serons fixés sous peu…

Mais revenons à nos réacteurs…

Il est prévu que la moitié de ceux qui sont arrêtés redémarrent sous peu, mais au moins 7devront rester à l’arrêt jusqu’à la fin de l’année.

Ajoutons qu’à la demande de l’ASN, des «  investigations » sont menées par EDF et Areva sur des générateurs de vapeur, ce qui laisse supposer d’éventuels arrêts supplémentaires.

4 réacteurs supplémentaires pourraient encore être arrêtés (Tricastin 2 et 4, Fessenheim 1 et Gravelines 4), mais en haut lieu, on se veut rassurant.

EDF affirme : « si des tranches supplémentaires devaient être indisponibles, en prenant des hypothèses pénalisantes, vague de froid notamment, on a encore des marges avant d’arriver à des situations potentielles de baisse de tension par exemple ».

Le gestionnaire du réseau RTE relativise lui aussi : « nous allons voir comment la disponibilité nucléaire s’agrège avec les autres moyens de production, les interconnexions et les scénarios climatiques de Météo France. On ne peut pas tirer d’enseignements à partir d’une seule donnée ».

Même si le jargon utilisé est propre à cacher une évidente crainte, on sent bien, entre les lignes, qu’il existe une sourde inquiétude.

Or ces fermetures de réacteurs font grimper le prix de l’électricité, qui rappelons le, dépend pour les ¾ du nucléaire.

En effet, concernant le prix du MWh, 40 €, s’il est vrai qu’il avait connu une jolie baisse début 2016, on peut légitimement s’inquiéter de sa remontée, plus de 50%, par rapport au point bas du printemps. lien

Il est donc à craindre que le portemonnaie des français qui se sont tournés vers l’électricité pour leur chauffage soit largement sollicité pour l’hiver à venir.

Pour finir sur une relative bonne nouvelle, le ministre de l’intérieur a adressé le 3 octobredernier une instruction élargissant à 20 km autour d’une centrale nucléaire, en cas d’accident nucléaire majeur… ce qui est une avancée encore trop modeste si l’on se souvient que la radioactivité relâchée par Fukushima a largement dépassé la limite des 30 km.

Cette mesure préconise aussi l’évacuation immédiate dans un rayon de 5 km, ce qui est largement insuffisant au vu des récentes catastrophes nucléaires majeures. lien

On se souvient que l’ANCCLI (association nationale des comités et commissions locales d’information) réclamait une extension à 80 km, ainsi qu’une distribution d’iode dans un rayon de50 km. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « n’accuse pas ton puits d’être trop profond, c’est seulement ta corde qui est trop courte ».

L’image illustrant l’article vient de agoravox

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Business

Bob Dylan, 1961-1971 : la révolte sans la révolution

Published by:

dylan-5-489x330

Peut-être plus que John Kennedy, dont le mythe et le style n’ont que peu survécu à sa mort (et dont la personne est désormais très controversée), Martin Luther King, courageux mais vite assimilé, Herbert Marcuse, visionnaire mais entendu uniquement par une élite intellectuelle, Bob Dylan a marqué de son empreinte les Etats-Unis dans les années soixante.
Texte publié sur mon blog en 2014, écrit dans les années 1970.

Bernard Gensane

 

Peut-être plus que John Kennedy, dont le mythe et le style n’ont que peu survécu à sa mort (et dont la personne est désormais très controversée), Martin Luther King, courageux mais vite assimilé, Herbert Marcuse, visionnaire mais entendu uniquement par une élite intellectuelle, Bob Dylan a marqué de son empreinte les Etats-Unis dans les années soixante.

 

C’est qu’il a su, dans une période placée sous le signe de la guerre “ chaude ”, des tensions raciales, du complexe militaro-industriel, de la poussée technologique et du conflit des générations entretenir de façon originale, riche et heureuse, la communication sans laquelle une société se désagrège.

 

Dylan fut presque un dieu, ce qu’il n’avait pas voulu. Mais, dans le même temps, il fut diable car telle était assurément la portée de ses textes et de ses musiques. Pendant plusieurs années, il a mené une lutte âpre contre les valeurs de la société dominante avec, pour seule arme, une « symphonie des mots ». Il a révélé les tares et les contradictions du système, dénoncé l’absurdité et la turpitude des rapports humains en vigueur (à commencer par le racisme) et a été – avec quelques autres – à l’origine de la plus formidable campagne jamais ourdie aux Etats-Unis contre une guerre. C’est un peu facile, mais, rétrospectivement, on cherche encore le “ Dylan ” des guerres d’Irak et d’Afghanistan, à commencer par Dylan lui-même.

 

On peut imaginer ce qu’auraient pu être les Etats-Unis de ces années de tensions exacerbées sans Dylan. On peut se représenter le comportement de toute une jeunesse égarée, nihiliste et prête à tout en l’absence d’un prophète, d’un porte-parole calme, froid, détaché et sur de lui. Car si ce personnage intangible, quasi-mythique, a exacerbé, il a aussi temporisé et catalysé, ce qui a permis aux insatisfaits de tous âges et de tous bords de construire et non de détruire.

 

Robert Zimmerman, alias Bob Dylan, est né le 24 mai 1941 à Duluth, une ville moyenne située à la frontière du Minnesota et du Wisconsin. Ses grands-parents ont fui les pogroms de l’Europe de l’Est. Il reçoit le nom juif de Shabtai Zisel ben Avraham. Les parents de Bob jouissent d’un statut social moyen, mais la famille ne connaît pas la gêne grâce à l’emploi du père à la Standard Oil. En 1947, les Zimmerman s’installent à Hibbing, la ville possédant la plus grande mine à ciel ouvert du monde. La cité est conservatrice, très chrétienne. Le père de Bob fréquente le Rotary Club et la loge juive maçonnique B’nai Brith.

 

Très tôt, le jeune Robert ressent l’injustice sociale, qu’il dénoncera plus tard vigoureusement, et l’ennui. Son adolescence est ponctuée d’une série de fugues au cours desquelles il découvre les États-Unis. En 1953, à l’âge de 12 ans, il suit en tournée le guitariste de blues Big Joe Williams qui va lui communiquer l’émotion, les sensations propres à la musique populaire noire. En 1956, il compose sa première chanson dédiée, ô surprise, Brigitte Bardot (qui, à la même époque, fait également fantasmer Lennon et McCartney). Il écoute la musique country de Hank Williams et celle des musiciens de blues tels John Lee Hooker ou Muddy Waters.

 

En 1959, il s’inscrit à l’université de Minneapolis pour y suivre des cours d’art et s’installe dans le quartier étudiant de Dinkytown où évoluent toutes sortes d’artistes de la Beat Generation. Sa carrière estudiantine durera moins d’un an. Il découvre la musique folk (Pete Seeger en particulier). Il prend alors le pseudonyme de Bob Dylan, non pas sous l’influence du poète gallois Dylan Thomas mais parce que l’un de ses oncles se nommait Dillion. Il changera de nom légalement en 1962.

Son premier engagement d’importance date d’avril 1961, où il joue à New York en première partie de John Lee Hooker. Il fait à l’époque l’une des rencontres les plus importantes de sa vie en la personne de Woodie Guthrie (1912-1967), atteint de la chorée de Huntington. Il se plonge dans Bound for Glory, l’autobiographie du chanteur. Guthrie se situe très nettement à gauche. Sur toutes ses guitares, on pouvait lire « This machine kills fascists »).

 

Il écrivit plusieurs chansons à la gloire de Sacco et Vanzetti, exécutés en 1927. Dylan est frappé par la similitude de leurs personnalités et de leurs styles : même conscience sociale, même refus du modèle dominant étasunien, même simplicité des thèmes, même aptitude à transformer les mots les plus simples en images poétiques. Sur les conseils de Guthrie, Dylan s’installe à Greenwich Village et se produit pour un temps au Gerde Folk’s City. En 1961, CBS le découvre et lui fait enregistrer son premier disque intitulé simplement Bob Dylan.

 

bob-dylan

Le disque Bob Dylan s’inscrit parfaitement dans la veine folk. Le chanteur interprète des chansons traditionnelles (“ House of the Rising Sun ” [voir mon analyse dans LGS de cette chanson et de quelques interprétations], “ Freight Train Blues ”), adapte d’anciens succès (“ You’re No Good ”, “ Highway 51 ”) tandis que sa contribution en tant qu’auteur est assez maigre, si l’on excepte la très belle “ Song to Woodie ”, dédiée à Guthrie.

 

Immédiatement, Dylan se distingue du flot des autres chanteurs folk. Il s’accompagne exclusivement à la guitare sèche et à l’harmonica. Sa voix rauque est surprenante et désagréable au point d’en devenir prenante et agréable. À mi-chemin entre le beatnick et l’enfant de chœur, il échappe à tous les stéréotypes : les chveux sont longs et bouclés, les vêtements sont négligés, les yeux de myope se cachent derrière d’épaisses lunettes noires, il méprise, pour le moment, l’argent et l’estime. Repoussant l’étiquette de chanteur engagé, il se veut le chroniqueur et le révélateur acerbe du malheur des humains et de leur aliénation matérielle et spirituelle.

 

En mai 1963, il produit The Freewheeling Bob Dylan (En roue libre). Cet album, disque de platine aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, assoit définitivement sa notoriété. Il contient “ Blowing in the Wind ” qui va devenir l’hymne des droits civiques. Sur tous les campus, on va la fredonner pendant un an du matin au soir et du soir au matin. La chanson attaque sans indulgence l’apathie, le non-engagement et l’indifférence de la majorité silencieuse face aux problèmes les plus brûlants qui corrodent les États-Unis. Elle va également devenir la bannière de ceux qui luttent pour l’intégration des Noirs alors qu’en fait deux vers seulement étaient spécifiquement consacrés à ce problème :

 

How many years can some people exist
Before they’re allowed to be free

 

Combien de temps encore devront vivre certains
Avant d’avoir le droit d’être libres.

 

Le ton de la chanson n’était point vindicatif ou hargneux. Dylan se contentait de poser des questions sans y répondre vraiment. Toutefois, il se réservait le droit de faire observer que la réponse existait puisqu’elle soufflait dans le vent.

 

dylan

Il y avait dans ce 33 tours deux chansons d’une violence rare pour l’époque : “ The Masters of War ”, les marchands de canons du complexe militaro-industriel et “ Oxford Town ”, inspirée par l’arrivée dans l’université du Mississipi du Noir James Meredith, un ancien soldat de l’armée de l’air étasunienne :

 

You that never done nothing
But build to destroy
You play with my world
Like it’s your little toy
You put a gun in my hand
And you hide from my eyes
And you turn and run farther when the fast bullets fly

 

Vous qui n’avez jamais rien fait
Que de construire pour détruire
Vous jouez avec mon univers
Comme si c’était votre joujou
Vous mettez un fusil dans ma main
Et vous vous cachez à ma vue
Et vous vous sauvez en courant
Quand les balles se mettent à siffler

 

He went down to Offord Town
Guns and Clubs followed him down
And because his face was brown
Me and my gal and my gal’s son
We got met with a tear gas bomb

 

Il est arrivé à Oxford Town
Harcelé par les fusils et las matraques
Seulement parce que sa figure était brune
Moi et ma femme et le fils de ma femme
On a été reçus à coups de bombes lacrymogènes.

 

Racisme anti-Noirs, racisme anti-jeunes. Dylan chante la fraternité et l’égalité raciale. On salue en sa personne celui qui réveille la conscience du pays. Allen Ginsberg, qui reconnut avoir pleuré lorsqu’il entendit pour la première fois “ A Hard Rain’s Gonna Fall ” : il avait « trouvé son archange » :

 

Oh enfin la radio parle
Invitation bleue
L’angélique Dylan chante pour la nation
Sa tendresse perce l’éther
Douces prières sur les ondes.

 

Pour clôturer le festival de Newport, ce festival qui, selon Jerry Rubin (qui deviendra reaganien dans les années quatre-vingt), ne réunissait que des libéraux et des curés, les participants avaient l’habitude d’entonner la traditionnelle chanson intégrationniste “ We Shall Overcome ”. Mais en 1963 le public obtient que “ Blowing in the Wind ” termine en apothéose la grande fête annuelle de la musique folk.

 

Dès lors, la popularité de Dylan est immense. Par lucidité, par crainte ( ?), il soupçonne la récupération, à gauche comme à droite. Il choisit alors d’être seul dans la foule, libre par rapport à l’engagement soudain – et on le sait désormais, qui ne durera pas – de toute une jeunesse, poète contre le militantisme politique.

 

En 1964, Dylan propose The Times They Are a-Changing et Another Side of Bob Dylan, dans la continuation logique de Freewheeling. La voix est plus assurée, les mélodies plus recherchées mais le style n’a pas vraiment évolué : un troubadour solitaire exprime le monde tel qu’il le ressent. La chanson “ The Times They Are a-Changing ” est immédiatement politique. Vingt ans après sa création, Dylan dira qu’elle était engagée, et aussi influencée par les ballades écossaises ou irlandaises (« Come All Ye Bold Highway Men, Come All Ye Tender Hearted Maidens »). « J’ai voulu écrire une chanson forte », expliquera-t-il, avec des strophes courtes s’empilant les unes sur les autres de manière hypnotique :

 

Come senators congressmen
Please heed the call
Don’t stand in the doorway
Don’t block up the hall

 

Come mothers and fathers
Throughout the land
And don’t criticize
What you can’t understand
Your sons and your daughters
Are beyond your command

 

The line it is drawn
The curse it is cast
The slow one now
Will later be fast
As the present now
Will later be past

 

The order is rapidly changing
And the first one now
Will later be last
For the times they are a-changing

 

Approchez sénateurs députés
Faites attention on vous appelle
Ne restez pas dans la porte
Ne bloquez pas le passage

 

Approchez mères et pères
Dans tout le pays
Et ne critiquez pas
Ce que vous ne pouvez comprendre
Vos fils et vos filles vous ont échappé

La ligne est tracée
Le sort est jeté
Qui est lent aujourd’hui
Ira vite demain
Tout comme le présent
Sera bientôt le passé
L’ordre des choses change rapidement
Et le premier aujourd’hui
Sera le dernier demain
Car les temps sont en train de changer

 

Avec Another Side, le ton n’est plus tout à faite le même. Fini la protest song. Le disque ne contient aucune chanson politique mais des expériences vécues ou rêvées, aux limites du surréalisme. La chanson “ My Back Pages ” rejette tout idéal politique et exprime la désillusion de Dylan par rapport à la folk songcontestataire. Avant, dit-il, il était « bien plus vieux ». Aujourd’hui, il se sent « plus jeune ». Dans ces deux disques, des chansons d’amour sourdent l’affliction et le désarroi sentimental d’un homme dont il est facile d’imaginer qu’il éprouve quelques difficultés dans sa relation aux femmes :

 

You say you’re looking for someone
Who’s never weak but always strong
To protect you and defend you
Someone to open each and every door
Who’ll pick you up each time you fall

A lover for your life and nothing more
But it ain’t me babe
No no no it ain’t me babe

 

Tu dis que tu cherches quelqu’un
Qui ne serait jamais faible mais toujours fort
Pour te protéger et te défendre
Quelqu’un qui t’ouvrirait toutes les portes
Qui te ramasserait chaque fois que tu tomberait
Un amant pour la vie et rien d’autre
Mais ce n’est pas moi ma chérie
Non non non ce n’est pas moi

 

Adieu la tendresse adolescente des chansons d’amour des deux premiers disques. Place aux débats adultes.

 

De mars 1965 à mai 1966, Dylan est au sommet de son art. Notons qu’au même moment la pop music anglo-étasunienne atteint une densité et une diversité créatrice qu’elle ne retrouvera peut-être jamais plus. Pour Dylan, il y a d’abord Bringing it All Back Home, dont le titre même symbolise le retour du poète vers des espaces intérieurs. De ce disque que l’on peut considérer comme le premier album de folk-rock (enregistré d’abord en acoustique puis en électrique), on peut retenir deux chansons, l’une qui tranche par sa violence caustique et l’autre par sa poésie surréaliste. “ Subterrenean Homesick Blues ” met en scène les petits Blancs aliénés par le système. Déclassés involontaires, ils ploient sous l’autorité sournoise, inflexible et inhumaine de l’ordre et de la morale établis.

 

Le premier vers de la chanson juxtapose distillation de la codéine et paysage politique :

 

Johnny’s in the basement mixing up the medicine
I’m on the pavement thinkin’ about the Government

 

Johnny est au sous-sol et mélange les médicaments
Je suis sur le trottoir et je pense au gouvernement

 

La chanson décrit également les conflits qui bouillonnaient entre les travailleurs et la société bien pensante et la contreculture de la décennies :

 

Walk on your tiptoes
Don’t try no dose
Better stay away from those
That carry around the firehose
Keep a clean nose
Watch the palin-clothes
You don’t need a weatherman to know which way the wind blows


[…]
Don’t steal don’t lift
Twenty years of schooling
An they put you on the day shift
Look out kid
They keept it all hid
Better jump down a manhole
Light yourself a candle
Don’t wear sandals
Don’t wanna be a bum
You better chew gum
The pump don’t work

 

Cause the vandals took the handles
Marche sur tes doigts de pied
N’essaie pas la drogue
Vaut mieux te tenir à l’écart
De ceux qui brandissent des lances à incendie
Mouche ton nez
Fais attention aux flics en civil
Tu n’as pas besoin de l’homme météo
Pour savoir d’où souffle le vent


[…]
Ne vole pas ne chaparde pas
Vingt ans à l’école
Et ils te font faire les trois-huit
Fais attention petit
On te cache tout
Tu ferais mieux de sauter dans un trou d’égout
Allume-toi une bougie
Ne porte pas de sandales
Tu ne veux pas être un clodo
Alors mâche du chewing gum
La pompe ne fonctionne pas
Car les vandales ont pris les poignées

 

La chanson fait clairement référence à la répression contre les manifestations pour les droits civiques (les lances à incendies). Elle annonce le groupe d’extrême gauche des Weathermen (qui tireront leur nom de la chanson). Plus généralement, comme l’écrivit Andy Gill, un des meilleurs spécialistes de Dylan, « toute une génération arriva à saisir l’air du temps au travers du tourbillon verbal de cette chanson. » Enfin, elle est très connu pour son célèbre clip vidéo, apparu pour la première fois au début du film de D.A. Pennebaker Don’t Look Back, où l’on voit le chanteur, dans une rue de Londres montrant des pancartes où sont inscrits des extraits de la chanson.

 

“ Mr Tambourine Man ” fut inspirée par un véritable et énorme tambourin, mais surtout par la culture de la drogue, omniprésente aux Etats-Unis dans certains milieux dès 1964. Le « magic swirling ship » du début de la chanson rappelle assurément “ Le bateau ivre ” de Rimbaud :

 

Though I know that evening’s empire
Has returned into sand
Vanished from my hand
Left me blind here to stand
But still not sleeping
My weariness amazes me
I’m branded on my feet
I have no one to meet
And the ancient empty streets
Too dead for dreaming


[…]
Then take me disappearing
Through the smoke rings of my mind
Down the foggy ruins of time
Far past the frozen leaves
The haunted frightened trees
Out to the windy beach


[…]
Let me forget about tody until tomoeeow
Je sais que l’empire du soir
Est retourné à l’état de sable
Aglissé de mes mains
Et m’a laissé aveugle
Mais pas encore endormi
Ma lassitude m’étonne
Mes pieds sont marqués au fer
Je n’ai personne à voir
Et les rues anciennes vides
Et mortes m’empêchent de rêver


[…]
Fais-moi disparaître
Dans les cercles de fumée de mon esprit
Dans les ruines brumeuses du temps
Très loin des feuillages gelés
Des arbres hantés et effrayés
Vers la plage de grand vent


[…]
Laisse-moi oublier aujourd’hui jusqu’à demain

 

But even the president of the United States
Sometimes must have to stand naked
Même le président des Etats-Unis
Doit parfois être nu


[…]
And if my thought-dreams could be seen
They’d probably put my head in a guillotine
Si l’on pouvait voir mes pensées
On verrait probablement ma tête sous une guillotine

 

Il n’en reste pas moins qu’avec Bringing it Dylan a rompu les liens qui l’unissaient à Joan Baez et la gauche traditionnelle. Il refuse par ailleurs de suivre la mode peace and love des hippies. Il s’enfonce seul dans un tunnel cahotique et fantasmagorique. Il fourbit ses armes : lucidité, dérision, images fantastiques, humour sarcastique et grinçant, visions absurdes et fabuleuses. Son œuvre devient noire, infernale et sublime.

 

Avec Another Side of Bob Dylan s’achève ce que les exégètes ont appelé sa « première période ». En deux ans, le chanteur-chroniqueur a tout remis en question : mode de vie et de pensée, style et expression, finalité de l’art populaire. Le rock des années cinquante avait – éventuellement – exprimé le refus nihiliste de révoltés exubérants. Réécoutons, par exemple, “ Jailhouse Rock ” par Elvis Presley en 1957.

 

Mais le rock rébellion a vite fait long feu. Frank Sintra l’a qualifié d’« aphrodisiaque dégoûtant ». Les racistes du Sud sont horrifiés à l’idée que la jeunesse saine et puisse être « contaminée par la musique des nègres qui les ramène à l’état d’animal ». Le sénateur McCarthy voit la main des communistes. Communistes, sûrement pas. Du n’importe quoi, parfois. Souvenons-nous de Jerry Lee Lewis qui met le feu à son piano avant de s’enfuir avec son épouse âgée de treize ans alors qu’il n’a pas encore divorcé de sa deuxième femme. Little Richard abandonne sa carrière de rocker et enregistre des gospels avec Quincy Jones. Elvis Presley part faire son service militaire en Allemagne avant d’enregistrer une version en anglais d’“ O Sole Mio ”. Chuck Berry se retrouve en prison pour vingt mois pour proxénétisme. Eddie Cochran, Buddy Holly et Richie Valens décèdent dans des accidents de transport. Gene Vincent se casse la hanche. Les États-Unis bien pensants imposent Paul Anka et Pat Boone.

 

Dylan, témoin de son temps, a réfléchi. Et ce qu’il avait à dire n’en eut que plus de portée. Très curieusement, son « message » fut entendu hors des EÉtats-Unis par des millions de jeunes qui connaissaient trois bribes d’anglais. Personne ne comprenait mais tout le monde savait peu ou prou de quoi il parlait.

 

Au festival de Newport de juillet 1965, Dylan connaît la plus grande humiliation de sa carrière, celle d’être sifflé par ses admirateurs les plus inconditionnels. L’artiste a compris que l’avenir est dans l’électricité. En écoutant les Beatles, les Rolling Stones ou les Beach Boys, il sait bien que l’universalité du langage pop passe par l’électricité. Il a engagé le guitariste Mike Bloomfield pour enregistrer son nouvel album, mi-acoustique, mi-électrique, Bringing it All Back Home. Cet album sera classé numéro un au Royaume-Uni mais sixième seulement aux États-Unis. Dylan va rompre à la fois avec le son acoustique et avec les méthodes et la phraséologie des libéraux de la folk song. Bref, le 24 juillet 1965, à Newport, Dylan monte sur scène avec le Paul Butterfiled Blues Band et entonne “ Like a Rolling Stone ” sous les huées.

 

En rompant de la sorte, Dylan suit à sa manière l’exemple des étudiants de la nouvelle gauche étasunienne. Lorsque, dès 1964, les étudiants de gauche avaient commencé à mettre sur pied des « universités libres », les premiers cours affichaient une orientation essentiellement politique et sociale. Puis ces étudiants avaient diversifié leurs champs d’étude : Marshall McLuhan, psychédélisme, mysticisme oriental, environnement. Dans la même optique, Dylan est arrivé à la conclusion que s’il persistait dans le genre ballade sociale, il risquait la sclérose. Pour échapper à ce dilemme, il choisit de dépasser un certain rationalisme politique en versant dans le surréalisme psychédélisant (c’est de cette époque que datent ses premières expériences hallucinogènes). Comme l’a expliqué Thedore Roszak dans Vers une contre-culure(1972), le parcours intérieur de Dylan n’était en rien révolutionnaire : « le projet qui était celui des beatnicks du début des années cinquante (se remodeler eux-mêmes, remodeler leur mode de vie, leurs perceptions, leur sensibilité) l’emporte rapidement sur le désir de transformer les institutions ou les politiques. » Dylan avait fait le pas qui l’éloignait d’un certain gauchisme pour le rapprocher de la psychothérapie narcissique de Timothy Leary : « Turn on, tune in, drop out » (Branche-toi, mets-toi au diapason, décroche). Le tout, sans souiller son art, bien au contraire.

 

Dylan enregistre Highway 61 Revisited (qui comporte l’immense succès “ Like a Rolling Stone ”) et Blonde on Blonde, pour beaucoup son grand œuvre. La Highway 61 est l’autoroute qui va de la Nouvelle Orléans à la frontière canadienne, en passant par Duluth, la ville natale du chanteur. Elle symbolise le mouvement, le rêve, la liberté.

 

“ Ballad of a Thin Man ” est l’une des chansons les plus fortes, les plus connotantes que Dylan ait écrite :

 

Well, you walk into the room like a camel, and then you frown
You put your eyes in your pocket and your nose on the ground
There ought to be a law against you comin’ around
You should be made to wear earphones
’Cause something is happening and you don’t know what it is
Do you, Mr. Jones ?

 

Tu pénètres dans la pièce comme un chameau et tu fronces les sourcils
Tu mets tes yeux dans ta poche et ton nez sur le sol
Il devrait y avoir une loi pour t’empêcher de traîner par ici
On devrait t’obliger à porter des écouteurs
Parce qu’il se passe quelque chose et tu ne sais pas ce que sais
N’est-ce pas, Mr. Jones ?

 

On peut lire cette chanson comme la mise à mort de l’intellectuel libéral, lâche et crédule. La question « Do you, Mr. Jones ? » est froide et sournoise. Jamais Dylan n’a autant méprisé certains de ses prochains. Dylan, lui-même a donné une analyse beaucoup plus prosaïque de cette chanson :

 

« C’est un ramasseur de balles. Il porte aussi des bretelles. C’est une vraie personne. Vous le connaissez, mais pas sous ce nom… Je l’ai vu entrer dans la chambre, un soir, et il ressemblait à un chameau. Il a commencé à ranger ses yeux dans sa poche. Je lui ai demandé qui il était et il a dit « C’est Mr. Jones ». Alors j’ai demandé à ce chat « Il ne fait rien d’autre que ranger ses yeux dans sa poche ? » Et il m’a dit : « Il met son nez par terre ». Tout est là, c’est une histoire vraie ».

 

« C’est un ramasseur de balles. Il porte aussi des bretelles. C’est une vraie personne. Vous le connaissez, mais pas sous ce nom… Je l’ai vu entrer dans la chambre, un soir, et il ressemblait à un chameau. Il a commencé à ranger ses yeux dans sa poche. Je lui ai demandé qui il était et il a dit « C’est Mr. Jones ». Alors j’ai demandé à ce chat « Il ne fait rien d’autre que ranger ses yeux dans sa poche ? » Et il m’a dit : « Il met son nez par terre ». Tout est là, c’est une histoire vraie ».

 

Le Jones en question est peut-être le Rolling Stone Brian Jones au moment de sa déchéance, qui ne comprenait plus ce qui lui arrivait. Dylan met peut-être aussi en scène certains fantasmes homosexuels. Les symboles phalliques sont nombreux : « il te tend un os », « un crayon à la main », « un nain borgne », « avaleur de sabres », « il te rend ta gorge », « Ah, l’avaleur de sabres, il s’avance vers toi / puis il s’agenouille », « Voilà, je te rends ta gorge, merci de me l’avoir prêtée », « Donne-moi du lait ou rentre chez toi ».

 

Les États-Unis sont en guerre : Vietnam, émeutes raciales. Dylan ne fait rien pour apaiser les tensions : il agresse, désempare et égare ses admirateurs en leur offrant des visions délirantes. Dans “ Tombstone Blues ” :

 

The ghost of Bell Star
She hands down her wits
To Jezebel the nun
She violently knits
A bald wig for Jack the Ripper
Who sits
At the head of the chamber of commerce.

 

Le fantôme de Belle Star
Transmet ses pouvoirs
À Jezebel la nonne
Elle tricote violemment
Une perruque pour Jacques l’Éventreur
Qui préside
La Chambre de Commerce

 

“ Desolation Row ” est une histoire à dormir debout, une Apocalypse de tous les jours :

 

Now the moon is almost hidden
The stars are beginning to hide
The fortunetelling lady
Has even taken all her things inside
All except for Cain and Abel
And the hunchback of Notre Dame
Everybody is making love
Or else expecting rain
And the Good Samaritan, he’s dressing
He’s getting ready for the show
He’s going to the carnival tonight
On Desolation Row

[…]Einstein, disguised as Robin Hood
With his memories in a trunk
Passed this way an hour ago
With his friend, a jealous monk
He looked so immaculately frightful
As he bummed a cigarette
Then he went off sniffing drainpipes
And reciting the alphabet
Now you would not think to look at him
But he was famous long ago
For playing the electric violin
On Desolation Row

 

Maintenant la lune est presque cachée,
Les étoiles commencent à se cacher
La diseuse de bonne aventure
A même remballé toutes ses affaires
Tous à l’exception de Cain et Abel
Et du bossu de Notre-Dame,
Tout le monde fait l’amour
Ou encore attend la pluie
Et le Bon Samaritain, il s’habille
Il se prépare pour le spectacle
Il va au carnaval ce soir
Dans l’Allée de la Désolation

[…]Einstein déguisé en Robin des Bois
Avec ses souvenirs dans une malle
Est passé par ici il y a une heure,
Avec son ami, un moine jaloux
Il avait un air si immaculément effroyable,
Comme il mendiait une cigarette
Puis il alla renifler les gouttières
Et réciter l’alphabet
Aujourd’hui il ne vous viendrait pas à l’idée de le regarder,
Mais il fut célèbre autrefois,
Comme joueur de violon électrique
Dans l’Allée de la Désolation

 

“ Rainy Day Women # 12& 35 ” est la première chanson de Blonde on Blonde. Il s’agit d’un pamphlet politique vu sous l’angle de la drogue. Dylan relate la vie d’une femme noire persécutée par les Blancs. Il joue sur l’expression “ To get stoned ” qui signifie à la fois être lapidé et être drogué, bien qu’il se soit jamais défendu d’avoir jamais écrit une chanson sur la drogue :

 

Well, they’ll stone you when you’re walkin’ along the streets
They’ll stone you when you’re tryna keep your seat
They’ll stone you when you’re walkin’ on the floor
They’ll stone you when you’re walkin’ to the door
[…]

 

They’ll stone you and then say they all are brave

They’ll stone you when you’re set down in your grave
Everybody must get stoned

 

Ils te lapideront quand tu marcheras dans la rue
Ils te lapideront quand tu essaieras de garder ton siège
Ils te lapideront quand tu marcheras sur le sol
Ils te lapideront quand tu iras jusqu’à la porte
Ils te lapideront puis diront que tu es brave
Ils te lapideront quand tu seras dans ta tombe
Tout le monde doit être lapidé

 

Une bonne partie de la jeunesse occidentale entendit le message douloureux du poète, ses certitudes, ses convictions, ses interrogations. Cet apôtre de la guerre du langage ne pouvait qu’effaroucher l’Amérique raisonnable et conformiste. Prophète romantique pour les uns, juif drogué et gauchiste pour les autres, Dylan se vit submergé par le torrent de passions qu’il avait fortement contribué à déclencher. Alors, il s’effaça de la scène et se retira dans sa ferme de … Woddstock. Il accomplit un retour vers les choses simples pour rentrer de nouveau dans sa peau. Il dépassionna la foule de ses admirateurs, cessa d’être l’icône qu’il avait été quatre ans durant. Lorsqu’en 1968 il eut achevé cette reconversion existentielle, il revint sous les traits d’un nouveau Robert Zimmerman.

 

L’idole mythique avait vécu. L’homme ressuscitait.

 

La sortie de John Wesley Harding en décembre 1967, après deux ans de retraite, provoqua surprise et désenchantement. Dylan abandonne l’électricité et revient à des racines plus folk. Son écriture est très dépouillée, loin de la profusion surréaliste. Ce, au moment où les grands groupes de l’époque produisent des disques d’une grande complexité : Their Satanic Majestic Request (Rolling Stones), Smiley Smile (Beach Boys), Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band (Beatles). Dylan fait des enfants, se plonge dans la Bible (le disque comporte des dizaines d’allusions bibliques). John Wesley Hardin fut un célèbre hors-la-loi texan, mais l’acronyme JWH fait aussi penser à Yaweh. “ All Along the Watchtower ” renvoie au Livre d’Ésaïe : « Elle vit de la cavalerie, des cavaliers deux à deux, des cavaliers sur des ânes, des cavaliers sur des chameaux ; et elle était attentive, très attentive. Puis elle s’écria, comme un lion : Seigneur, je me tiens sur la tour toute la journée, et je suis à mon poste toutes les nuits ; et voici, il vient de la cavalerie, des cavaliers deux à deux ! Elle prit encore la parole, et dit : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, et toutes les images de ses dieux sont brisées par terre ! »

 

All along the watchtower, princes kept the view
While all the women came and went, barefoot servants, too.
Outside in the distance a wildcat did growl
Two riders were approaching, the wind began to howl.

 

Tout au long de la tour de guet, les princes ne cessaient de surveiller
Tandis que toutes les femmes allaient et venaient, des serviteurs aux pieds nus, aussi. Dehors au loin un chat sauvage grogna,
Deux cavaliers approchaient, le vent commença à hurler.

 

dylan-1

 

 

Dans Nashville Skyline, Dylan se remet une nouvelle fois en question. Il rejette les solutions utopistes de JWH. Le disque, une succession d’apologues rigoureux et allégoriques, ramèle le créateur vers l’aspect concret des choses. Nier les problèmes ne les résout pas. La chanson clé de ce très court album est “ I threw it All Away ”, une observation biographique sans concessions :

 

Once I had mountains in the palm of my hand,
And rivers that ran through ev’ry day.
I must have been mad,
I never knew what I had,
Until I threw it all away.

 

So if you find someone that gives you all of her love,
Take it to your heart, don’t let it stray,
For one thing that’s certain,
You will surely be a-hurtin’,
If you throw it all away.

[…]Autrefois j’avais des montagnes au creux de mes mains,
Et des rivières y coulaient tous les jours.
J’ai dû être fou,
Je n’ai jamais compris ce que j’avais,
Jusqu’à ce que je le jette.

 

Alors si tu trouves quelqu’un qui te donne tout son amour,
Enferme-le dans ton cœur, ne le laisse pas se perdre,
Car une chose est certaine,
Tu souffriras sûrement,
Si tu t’en dépouilles.

 

La chanson est lucide, triste sans être amère, empreinte de fatalisme et de remords mais point de cynisme ou de regrets. À la joie un peu forcée de JWH a succédé une conscience aigüe de la douleur. Dans sa quête du temps perdu, Dylan Dylan va transcender son affliction pour la transmuer en sagesse. La simplicité de son vocabulaire n’en est que plus purificatrice. Dans des chansons précédentes sur des amours faillies (“ Don’t Think Twice, it’s All Right ”, “ It Ain’t Me Babe ”, Dylan rejetait la faute sur l’autre. Cette fois, il assume.

 

Le disque s’inscrit également dans le cadre de l’opposition jour/nuit. La nuit représente l’ordre harmonique, donc social, des astres. « La nuit avec Peggy illumine mon avenir » (« Peggy night makes my future look so bright »). De l’éclat des étoiles jaillit la source de la vie et de l’amour. Inversement, la lumière du jour est mystificatrice, aliénante et antisociale. Témoin, par exemple “ Tell me That it Is Not True ”.


Un amoureux apprend par la rumeur publique que sa femme lui est in fidèle. Bien qu’il n’en laisse rien paraître, on le sent soupçonner la malveillance du quand-dira-t-on. Dylan critique ici une société qui empiète sur la vie privée :

 

They say that you’ve been seen with some other man,
That he’s tall, dark and handsome, and you’re holding his hand.
Darlin’, I’m a-countin’ on you,
Tell me that it isn’t true.


[…]

Les gens disent qu’on t’a vue avec un autre homme
Qu’il est grand brun et élégant et que tu lui tenais la main
Chérie, je compte sur toi
Pour me dire que ce n’est pas vrai.

 

Par son ambiguïté, ce disque représente un pas important dans le parcours intérieur de Dylan. En redéfinissant les rapports humains et en posant que la liberté de l’individu doit primer sur la volonté du groupe social, il fait œuvre “ progressiste ”. mais sur le plan de la forme, il utilise un idiome “ conservateur ”, le country and western de Nashville. Certes le country and western n’est pas en soi conservateur. C’est l’usage qu’en fait l’idéologie dominante qui le rend souvent ainsi, comme quand, dans les westerns, on massacre des Indiens au son de balades c&w. En 1968, Dylan déclarait : « Je ne fais pas de folk rock, ma musique est celle du sud des Etats-Unis. D’ailleurs, personne ne l’apprécie mieux que les habitants du Texas. » Dylan aurait donc volontairement changé de style mais aussi de public en délaissant une minorité contestataire (gauche estudiantine, hippies, intellectuels de la côte est etc…) au profit des adultes du prolétariat blanc, particulièrement celui des campagnes. Mais on peut également formuler l’hypothèse selon laquelle Dylan n’aurait jamais cessé de s’adresser au même public, Nashville Skyline étant alors la concrétisation artistique d’un itinéraire métaphysique menant le chanteur et ses adeptes de la ville vers les espaces ruraux dans une expérience plus mentale et sensuelle que physique et sociale.

 

Jusqu’à Nasville Skyline, les albums de Dylan renferment une logique interne indéniable : révolte dans Freewheelin, introspection dans Bringing it All Back Home, folk rock expérimental dans Highway 61 et Blonde on Blonde, résurgence de “ country ” dans Nashville, recherche du passé dans JWH. Ce ne sera pas le cas de Self Portrait (juin 1970) et New Morning (novembre 1970).

 

Dans les deux disques, le bon et le banal font bon ménage. Les innovations y côtoient les artifices commerciaux les plus éculés. Les vingt-quatre chansons de Self-Portrait où la contribution de Dylan en tant qu’auteur-compositeur est très mince (cinq nouvelles chansons) ne constituent en fait qu’un inventaire hétéroclite des goûts – à l’époque – du chanteur. On y trouve des redites (« Like a Rolling Stone », « She belongs to Me », de la chanson traditionnelle (« Days of “ 49 ” »), du “ folk-rock ” de bonne facture (« The Boxer »), du mauvais Presley (« Blue Moon »), une version guimauve et mal décalée de « Je t’appartiens » de Gilbert Bécaud (« Let it Be Me »), tout cela au son de guitares hawaïennes et d’un chœur féminin et susurrant.

 

Globalement, la critique rejettera cet “ autoportrait ” et respirera avec New Morning qui, n’annonce cela dit, en rien, une aube nouvelle. Dylan retrouve (reprend ?) sa voix nasillarde des débuts en abandonnant son timbre de faux crooner. La chanson la plus populaire du disque sera « If not for You », reprise par George Harrison.

 

dylan-2

 

 

Pas inintéressant est « Father of Night », une interprétation de la prière juive Amidah. « Day of the Locusts » est un souvenir cynique du très court séjour de Dylan à l’université Princeton quand il y reçut un doctorat Honoris Causa. À noter également « Sign on the Window », la chanson sans prétention d’un père de famille optimiste quant à son avenir :

 

Looks like a-nothing but rain . . .
Sure gonna be wet tonight on main street . . .
Hope that it don’t sleet.

 

Build me a cabin in Utah
Marry me a wife, catch rainbow trout
Have a bunch of kids who call me “Pa”
That must be what it’s all about
That must be what it’s all about

 

On dirait un rien, mais la pluie. . .
Sûr que le soir va être humide dans la rue principale. . .
Espérons qu’il n’y aura pas de neige fondue.

 

Me construire une petite maison dans l’Utah,
Me trouver une épouse, attraper des truites arc en ciel,
Avoir une flopée d’enfants qui m’appellent « papa »,
Ça doit être ça la vie,
Ça doit être ça la vie.

 

Au final, l’expression de l’album est plutôt plate, avec un réel manque d’imagination, dans la forme plus que dans le fond.

 

Quel fut l’apport de Dylan durant ces riches années ?

 

En premier lieu, l’œuvre du chanteur se pose comme une synthèse habile du blues et de la musique traditionnelle blanche. Dylan a voulu intégrer le blues au patrimoine musical de son pays en l’utilisant comme un genre “ folk ” parmi d’autres. En greffant le blues comme un anticorps. La synthèse blues-folk et le transfert qu’opéra Dylan entre ces deux genres débouchèrent sur une vision du monde complexe, contradictoire. Dans ses folks “ bluesés ” et dans ses blues “ folklorisés ”, le créateur mit l’accent sur deux points importants : la culture, le “ way of life ” étasunien sont oppressifs et aliénants ; et pourtant personne n’y peut rien car la fatalité dans tout son déterminisme règle nos vies. Par certains côtés, Dylan justifia les espoirs délirants que de nombreux contestataires avaient mis en lui. Mais on peut voir aussi une bonne partie de son œuvre de l’époque comme lénifiante, voire récupératrice.

 

Dans “ A Hard Rain’s Gonna Fall ” (The Freewheeling Bob Dylan), Dylan projetait le présent dans l’avenir et l’on tressaillait à la vue d’images (objectives et subjectives) qui étaient à la fois des visions futuristes et des constats axés sur le présent.

 

Oh, where have you been, my blue-eyed son ?
Oh, where have you been, my darling young one ?
I’ve stumbled on the side of twelve misty mountains,
I’ve walked and I’ve crawled on six crooked highways,
I’ve stepped in the middle of seven sad forests,
I’ve been out in front of a dozen dead oceans,
I’ve been ten thousand miles in the mouth of a graveyard,
And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, and it’s a hard,
And it’s a hard rain’s a-gonna fall.

 

Où as-tu été, mon fils aux yeux bleus ?
Où as-tu été, mon cher petit ?
J’ai trébuché sur le bord de douze montagnes brumeuses,
J’ai marché et j’ai rampé sur six routes tordues,
J’ai marché au cœur de sept forêts tristes,
Je me suis retrouvé devant une douzaine d’océans morts,
J’ai marché dix mille miles dans la bouche d’un cimetière,
Et c’est une pluie torrentielle qui va tomber.

[…]I saw a newborn baby with wild wolves all around it
I saw a highway of diamonds with nobody on it,
I saw a black branch with blood that kept drippin’,
I saw a room full of men with their hammers a-bleedin’,
I saw a white ladder all covered with water,
I saw ten thousand talkers whose tongues were all broken,
I saw guns and sharp swords in the hands of young children,

 

J’ai vu un nouveau né entouré de loups sauvages,
J’ai vu une route de diamants avec personne dessus,
J’ai vu une branche noire dégoulinante de sang,
J’ai vu une pièce pleine d’hommes avec leurs marteaux qui saignaient,
J’ai vu une échelle blanche toute couverte d’eau,
J’ai vus dix mille bavards dont la langue était brisée,
J’ai vu des fusils et des épées effilées dans la main de jeunes enfants

 

Le mélange d’onirisme et de réel était saisissant sans que l’on sache très bien où Dylan voulait nous emmener (l’échelle blanche couverte d’eau). La pluie torrentielle renvoyait-t-elle au danger nucléaire ou à l’image biblique d’un déluge qui noierait toutes les iniquités du monde ?

 

Autre chanson « engagée » : “ The Lonesome Death of Hattie Caroll ” (The Times they Are-a-Changing). Dans un bar (histoire vraie), un Blanc tue une serveuse noire qui ne lui avait pas amené son bourbon assez rapidement. Il sera condamné à six mois de prison. Dylan expose les faits froidement mais émaille sa chanson de détails larmoyants qui auraient fait pleurer les lecteurs de Harriet Beecher-Stowe : elle avait donné naissance à dix enfants, ne s’asseyait jamais à table.

 

On retiendra néanmoins le rôle de catalyseur, d’éveilleur de consciences de Dylan, même s’il fit l’objet de manipulations et de récupérations.

 

Lorsqu’en 1960 John Kennedy parvient au pouvoir, la jeunesse estudiantine le soutient dans sa majorité. Mais quand, en 1961, il tente en vain d’investir Cuba, la confiance reflue. Un parti étudiant (Students for a Democratic Society) naît en 1964, principalement en opposition à la guerre du Vietnam.

 

 

dylan-3

 

Il comptera jusqu’à 100 000 adhérents en 1968. Bien que non marxiste, ce parti suscite l’inquiétude des pouvoirs publics. Pour assagir cette jeunesse contestataire et pour satisfaire aux demandes du mouvement du pasteur Martin Luther King, l’administration démocrate propose plusieurs lois-cadres en faveur des Noirs. À cette politique jugée paternaliste, le monde des campus répond par un durcissement dans la radicalisation. Encouragé par le Student Nonviolent Coordinating Comittee (comité de coordination non violent des étudiants, un des principaux organismes du mouvement des droits civiques afro-américains), le SDS se détourne de ses préoccupations plutôt corporatistes et porte la lutte au plan social et politique. Dès lors, la contestation gagne en vigueur ce qu’elle perd peut-être en cohérence. Le SNCC accepte le principe de l’action violente (voir les émeutes du Watts à Los Angeles, 34 morts, 1 000 blessés), expulse les quelques militants blancs de son sein. Acculés à l’extrémisme, ceux-ci politisent davantage leur lutte, prennent nettement position contre la guerre du Vietnam (le principe de conscription fait que tout étudiant peut être enrôlé) et contre l’impérialisme en général, tout en dénonçant les liens qui unissent l’université (Berkeley en particulier) au Pentagone.

 

dylan-4

 

Le point de non-retour est franchi. Le libéralisme est mort. Ces étudiants se détournent du rock qu’ils jugent trop fabriqué et trop lié à des intérêts commerciaux. Ils lui préfèrent des genres plus traditionnels, plus établis dans la conscience collective du pays : le country and western et la folk song. Cette démarche est dictée par des préoccupations de dépouillement esthétique et de purisme idéologique. Ces deux genres ne sont pas chantournés. La forme est simple et le message direct.

 

Le show business apprécia le retour en force du country and western. N’exprimait-il pas en profondeur la mentalité de l’Amérique des pionniers, son individualisme farouche, son goût pour une morale austère, son esprit de la frontière ? Quant à la folk song, le show business saurait en avaliser l’impact idéologique, ce genre exprimant une vision du monde non conformiste et généreuse, parfaitement analysable et assimilable par la critique. Dans un premier temps, “ Blowing in the Wind ” choquera par sa virulence. Dans un second temps, les mass medias transformeront sa philosophie contestataire et utopique en philosophie oppositionnelle. À la gauche chantante étasunienne, on offrira même un festival rituel parce qu’annuel (Newport).

 

Dès le début de sa carrière, le chanteur fut plus ou moins fabriqué par sa maison de disques (CBS) et son producteur Albert Grossman. Grossman n’était guère apprécié du monde folk, nettement marqué à gauche, pour qui il n’était rien d’autre qu’un requin.

 

dylan-5

 

Pourtant, l’homme avait du flair. C’est, par exemple, lui qui réunit Peter Yarrow, Noel Stookey et Mary Travers en un groupe (Peter, Paul and Mary). Le jeune Dylan aimait et avait confiance en Grossman qui l’hébergea (avec Joan Baez) dans sa maison de Woodstock où, plus tard, le chanteur achèterait une propriété. La photo de couverture de Bringing it All Back Home fut prise dans la résidence de Grossman. Le personnage féminin tout habillé de rouge, sur la pochette du disque, n’est autre que la femme de Grossman.

 

 

dylan-6

 

Dylan rompit les contrats qu’il avait signés avec Grossman en 1970, après avoir compris que le producteur avait raflé – le plus légalement du monde – 50% des droits de ses chansons.

 

Dans son deuxième trente-trois tours (Freewheeling), Grossman et CBS lui firent exprimer l’optique de gauche du parti étudiant Students for a Democratic Society. « Masters of War » (1963) fulmine contre les marchands de canons, les voue aux foudres de l’enfer mais ne démystifie pas le fameux complexe militaro-industriel dénoncé par l’ancien président Eisenhower. La critique reste platement morale :

 

Jésus lui-même ne pardonnerait jamais
Ce que vous faites

 

Dans le poignant blues parlé « Talking World War III Blues », Dylan propose une vision du type l’Eden et après, ou alors appelle à la rescousse la “ légendaire sagesse ” du président Lincoln :

 

Well, I spied me a girl and before she could leave
« Let’s go and play Adam and Eve »
I took her by the hand and my heart it was thumpin’
When she said, « Hey man, you crazy or sumpin’
You see what happened last time they started ».


Half of the people can be part right all of the time
Some of the people can be all right part of the time
But all of the people can’t be all right all of the time
I think Abraham Lincoln said that
« I’ll let you be in my dreams if I can be in yours »
I said that.

 

Je repérai une fille et avant qu’elle n’ait pu me quitter
Je lui dis
« Si on jouait à Adam et Eve »
Je lui pris la main, mon cœur battait
Quand elle me dit « Dis-donc mon bonhomme, tu es fou ou quoi
Tu as vu ce qui est arrivé la première fois que tout a commencé

La moitié des gens peuvent avoir en partie raison tout le temps
Certains peuvent être parfois dans le vrai
Mais personne ne peut avoir entièrement raison tout le temps
C’est ce qu’à dit, je crois, Abraham Lincoln
Je te ferai entrer dans mes rêves si tu me fais entrer dans les tiens
Moi, j’ai dit cela.

 

Dylan n’était pas aussi libre que le titre trompeusement alléchant de son album le laissait entendre. Invité de l’“ Ed Sullivan Show ”, le programme de variété le plus suivi des Etats-Unis, Dylan propose de chanter « Talking John Birch Society Blues ». Dans cette chanson très satirique, un narrateur parano, membre (en secret) de la société raciste bien connue, cherche des communistes partout, jusque dans la cuvette de ses toilettes. Il est très inquiet que le drapeau de son pays comporte des bandes rouges ! Comme il ne trouve de communistes nulle part, il se demande si lui-même n’est pas communiste. Il mène l’enquête dans sa propre tête. Ed Sullivan était tout à fait d’accord pour que Dylan interprète cette chanson. Mais l’entourage refusa. CBS en profita pour interdire à Dylan d’enregistrer la chanson.

 

À cette époque, la vision du monde qu’exprime Dylan est bien moins révolutionnaire qu’idéaliste. En écoutant Dylan, les jeunes se regardent mais n’agissent guère. Le chanteur n’est que le miroir de leurs débats intérieurs.

 

En 1966, la guerre du Vietnam bat son plein. Dans les universités, les étudiants de gauche font grève sur grève et organisent des « teach-ins » (des forums, des débats sans ordre du jour). D’autres, plus radicaux, quittent les campus et constituent des communautés rurales et urbaines (un exemple ici). Haight Ashbury à San Francisco, l’East Village à New York deviennent des pôles d’attraction pour les hippies.

 


Face à ce phénomène de rejet radical, le pouvoir reste quelque temps perplexe. Puis il entrevoit une possibilité de récupération. Ces jeunes commettent en effet trois « maladresses ». Au lieu de porter la bonne parole dans tous les coins et recoins du pays, ils s’isolent du reste de la société. Face à la brutalité et l’ampleur de l’engagement militaire au Vietnam, ils restent passifs, préférant un message « d’amour et de paix » à l’action militante. Enfin, au lieu de démystifier le matérialisme et le puritanisme de leurs parents, ils se jettent dans les bras de Vichnou ou dans le giron d’autres croyances exotiques.

 

 

dylan-7

 

En bonne logique, les grands noms de la pop music du moment créent des œuvres exprimant une posture du retrait (“ She’s Leaving Home ” des Beatles), des sentiments pacifistes (“ San Francisco ” de Scott McKenzie, le goût pour les voyages hallucinogènes : “ Mr Tambourine Man ” de Dylan :

 

Take me for a trip upon your magic swirling ship
All my senses have been stripped
My hands can’t feel to grip
My toes too numb to step
Wait only for my bootheels to be wandering


[…]
Then take me disappearin’ through the smoke rings of my mind
Down the foggy ruins of time, far past the frozen leaves
The haunted, frightened trees, out to the windy beach
Far from the twisted reach of crazy sorrow
Emmène-moi dans un voyage dans ton bateau magique tourbillonnant
Tous mes sens ont été dépouillés
Mes mains ne peuvent agripper
Mes orteils sont trop engourdis pour faire un pas
Ils attendent seulement que les talons de mes bottes vagabondent


[…]
Puis fais-moi disparaître dans les volutes de fumée de mon esprit
Dans les ruines brumeuses du temps, loin des feuillages gelés
Des arbres effrayés et hantés, vers la plage venteuse
Hors de l’atteinte tordue du chagrin fou

 

On pense aussi à la critique prêchi-prêcha du système : “ Subterrenean Homesick Blues ” de Dylan ou, caricature de toutes les chansons « engagées » de l’époque, “ The Eve of Destruction ” de Barry Mc Guire :

 

The eastern world, it is explodin’.

Violence flarin’, bullets loadin’

You’re old enough to kill, but not for votin’

You don’t believe in war, but what’s that gun you’re totin’

And even the Jordan River has bodies floatin’

 

Le monde oriental, il est en train d’exploser
La violence s’embrase, les balles sont dans le chargeur
Tu es assez vieux pour tuer, mais pas pour voter
Tu ne crois pas en la guerre, mais c’est quoi ce flingue que tu trimballes ?
Et même sur le fleuve Jourdain flottent des cadavres

 

Par l’art, le champ des luttes fut intégré à la pop music. La musique devint un message en soi. Le talent, la poésie, le génie de vulgarisateur d’un créateur comme Dylan (“ Subterranean Homesick Blues ”puise dans les romans de Kerouac, dans la chanson “ Taking it Easy ” de Woodie Guthrie et dans “ Too Much Monkey Business ” de Chuck Berry), incitèrent les jeunes à penser la pop music en termes de culture autonome. Ce qui permit à la culture traditionnelle, vu le rapport des forces, de la digérer.

 

On peut alors peut-être avancer que, tant que les artistes énonceront le monde au lieu de l’annoncer, ils feront beaucoup de bruit pour rien.

 

Bernard Gensane

Son site:  http://bernard-gensane.over-blog.com/

PS : pour ceux qui douteraient encore de la poésie de la langue de Dylan, de sa prodigieuse inventivité, je recommande cet article (en anglais) de mon ami et néanmoins collègue, le linguiste Jean-Charles Khalifa.

Business

Grand guignol à Punta Cana (7)): quand on reparle de Franck Colin, mais pas que de lui

Published by:

Les boîtes de nuit rencontrées à l’épisode précédent ont généré, et génèrent encore, énormément d’argent. C’est en effet hautement rentable : comme pour les hypermarchés, les investissements architecturaux sont faibles, pour un entrepreneur, sauf chez certaines comme celle qui a connu son heure de gloire en Corse, dans les années 90, comme on va le voir. D’où les rancœurs chez ceux qui ont été évincés du juteux circuit, les inimitiés qui peuvent tourner à des règlements de compte chez les tempéraments plutôt sanguins… . De conflits qui se terminent soit par des exécutions à moto, soit par des explosions mémorables, en Corse, en général. Et au milieu de tout ça, quand ce ne sont pas des footballeurs, ce sont des vedettes du show-biz qui déferlent, voire notre Jojo national, dont on a oublié  une peu la famille et le rôle qu’a pris dans sa vie son beau-père (alors autant le rappeler ici au passage). Des vedettes qui circulent en yacht, montrés comme billes de verre au milieu de la cour chez les élèves de maternelle : plus le yacht est grand, et plus elles sont admirées. Mais pour en avoir un de bonne taille, il faut être fortuné. Sauf chez un constructeur bien particulier, qui va se ruiner à en prêter plein à des…  truands notoires, mêlés à des trafics de drogue. Tous ces gens ont exercé une influence certaine chez Franck Colin, visiblement hypnotisé par tout cet argent visible et palpable, gagné parfois dans d’étranges circonstances, dont certaines restées ignorées des journalistes, qui n’ont pas assez épluché les journaux… roumains, pourtant plein d’informations. Ni non plus les moldaves, comme on va le voir.

 

L’argent généré par les boîtes de nuit rend certains nerveux, c’est bien connu. L’une d’entre elles va être réduite en miettes à l’explosif… et révéler en même temps les  liens entre le beau-père de Johnny et la famille Lantieri, si intéressée par le Cercle de jeux Concorde, à Paris. L’un des fils Lantieri, Paul, en 2010, était toujours en cavale depuis 2007 (ici à gauche filmé par FR3), mais trois ans plus tard il se livrera à l’étonnement général à la justice« En 2006, les policiers s’intéressent à Paul Lantieri, gérant d’un restaurant d’Aix-en-Provence, « La Rotonde », dont les conditions de rachat, six ans plus tôt, avaient intrigué la justice. Le 4 avril 2006, il a aidé à l’hospitalisation discrète d’Ange-Toussaint Federici, blessé lors dans la fusillade du bar des « Marronniers » à Marseille, au cours de laquelle ont été abattus un caïd local et deux de ses proches« . Mais ces liens n’ont pas empêché André Boudou de vouloir créer un boîte de nuit en Corse même. « Une troisième Amnesia voit le jour en France, plus précisément sur la commune de Bonifacio, petite ville située sur une falaise de calcaire. IMG_0002Nous sommes en 1995, année de la rencontre entre « Letti » et « Johnny » à Miami, et la Corse, notamment le sud, sort tout juste d’une élection présidentielle tumultueuse où gangsters et nationalistes jouent les francs-tireurs (…) ans plus tard, le 15 avril 2000, la boîte de nuit est tout simplement pulvérisée (ici ce qu’il en rest aujourd’hui). Des policiers attribuent l’explosion à un groupe de jeunes truands ayant l’intention de s’installer en Corse-du-sud : la Bande de la Casinca (1) aurait, avant l’attentat, abattu des membres de la famille C. présentée comme proche des Lantieri. Après l’attentat, vécu comme un ultimatum, « Paul Lantieri aurait préféré s’exiler sur Aix-en-Provence ». Ce serait donc Lantieri qui avait été visé dans l’explosion de la boîte d’André Boudou. Mais le même Boudou va mettre du temps à reconnaître qu’il le « connait » :  « Depuis la falaise de Bonifacio, les badauds ne peuvent que constater les dégâts : cinq charges de nitrate-fuel, de cent kilos chacune, ont pulvérisé l’Amnesia. L’attentat du 15 avril 2000 n’étant pas revendiqué, les enquêteurs découvrent très vite une coïncidence pour le moins troublante : cinq jours avant l’explosion, le 10 avril, l’administration fiscale avait adressé au parquet d’Ajaccio une plainte pour fraude fiscale contre Paul Lantieri (…) Si les bons comptes font les bons amis, il arrive aussi qu’un grand boum vienne simplifier les procédures fiscales, voire résoudre quelques petites tensions autour des caisses enregistreuses. Pressé de répondre aux questions d’un journaliste, André Boudou admet un lien d’amitié avec « Monsieur Paul Lantieri avec lequel, dit-il, il « a passé le dernier réveillon de fin d’année dans la montagne corse ». hallyday boudouQuand on sait que les frères Lantieri ont monté une Société civile immobilière et une SARL, la première louant les murs à la seconde, la seconde ne payant jamais le loyer à la première, et qu’une autre société gérée par Jean-Baptiste Lantieri aurait fourni en boissons l’Amnesia pour une somme globale de 900 000 francs, qui n’aurait pas été payée et qui n’aurait pas non plus été réclamée par « solidarité familiale », alors, oui, on peut comprendre l’embarras de Boudou. Son gendre n’est-il pas le « parrain » de la discothèque ? Plus tard, obligé de s’expliquer sur le montage financier d’une autre boîte parisienne en 2003, il déclarera au sujet des Lantieri : « Ce sont des amis très proches et des hommes d’affaires très sérieux que j’estime […]. Mais ils n’interviennent absolument pas dans le projet de l’Amnesia Paris »... Ici, une photo signée Pure People montrant Johnny Hallyday, Laeticia et son père, André Boudou, à L’Amnésia le 25 mars 2004.

jojo ford GTUn Jojo dépensier et flambeur, (depuistoujours) mais qui engrange à chaque tournée des quantités astronomiques de billets.  Ses concerts monumentaux lui assurent en effet un train de vie hors du commun. Des concerts qui rapportent combien,on en a eu une petite idée en 2010 avec un fiasco mémorable, celui de sa venue à Saint-Martin-de-Seignanx,  petit bourg de 5000 habitants près de Dax. Le 18 juillet 200,  on y attendait des milliers de spectateurs, et il y en y eut en effet 19 000 de présents – seulement- dans le stade. Mais pas assez encore, visiblement pour financer le 1,4 million d’euros réclamé par la tournée dont 875 000 euros pour le seul producteur, et 36 500 pour la société « BC Organisation ». Tout ça en raison du déploiement habituel d’un concert de Johnny soit « une centaine de techniciens sur place, 30 semi-remorques, 7 autobus, 260 projecteur, 2 écrans géants de 140 m2, 400 m2 de bâches et 60 tonnes de matériel pour la scène (de 66 mètres) voulue comme un opéra en ruine et des gardes du corps très à l’affut ». Le comité des fêtes du village avait vu trop grand et laissé ce jour-là une ardoise de 550 000 euros à la mairie, dont 300 000 seulement courts par une garantie bancaire et un emprunt. Pour la maire du village, du Parti Radical (de gauche) supportrice de la première heure, de Jojo, qui sera quand même réélue plus tard, le fiasco n’avait même pas été évoqué dans le compte rendu de la soirée : «  Vidé, laminé, exténué, ruisselant, il est parti dans son Hummer tout noir, vers ailleurs, dans cette voiture stupéfiante dans laquelle il était venu quelques heures avant le spectacle, près des chapiteaux, à l’écart, pour se restaurer. Il y avait là Laetitia. Johnny a mangé tranquillement, a fumé une cigarette et a caressé tendrement les cheveux de Jade. Puis il a disparu dans sa loge. Avec celles des musiciens, des choristes, des repasseuses, de son producteur Jean-Claude Camus, elles formaient un cercle à l’intérieur duquel un jardin avait été aménagé : phoenix, agapanthes, bougainvillées. Un vrai petit Eden où ne manquaient que des oiseaux de paradis, des jaguars repus et des licornes pour donner une idée du bonheur parfait sur terre. C’est là qu’il a reçu, quelques minutes avant le concert, Christine Dardy, maire de Saint-Martin-de-Seignanx, et une poignée de bénévoles pour leur dire tout le bien qu’il pensait de l’organisation. C’est vrai, ce concert, était un pari fou et tous les bénévoles locaux peuvent être fiers de l’avoir gagné ». Et un peu moins fiers peut-être d’avoir perdu plus d’un demi-million d’euros, en l’occurence ! Un petit bout de vidéo (de mauvaise qualité) existe de ce mémorable concert..

Peu de temps après, Jojo se fâchait avec son producteur… un ami de trente ans. Ce dernier, un peu las, concluait :« Johnny est une star nationale qui a le train de vie d’une vedette internationale. Cela crée des besoins. En août dernier, par appât du gain, il m’a quitté, car je ne voulais pas m’aligner sur la somme très alléchante, 12 millions d’euros, qu’on venait de lui proposer pour une tournée en 2012 » expliquait-il.  En comparaison le contrat de Karim Benzema oscille entre 4 M€ et 8 M€ au Real de Madrid… l’un achète des yachts, l’autre une Bugatti Veyron. . Jojo, c’est simple, vit au dessus de ses moyens : « jusqu’au bout, il faudra assurer ce train de vie démentiel qu’un ancien conseiller fiscal, éléments à l’appui, situe « entre 200 000 et 400 000 euros mensuels ». « Et encore, précise-t-il, ce chiffre ne comprend pas le remboursement des maisons. Il couvre simplement les frais d’entretien, de personnel, les voitures, les déplacements en jet et les dépenses quotidiennes. » canard jojoEn 2014 encore , la famille Hallyday-Boudou était rattrapée par le fisc, avec un redressement fiscal croquignolet, portant sur… la discothèque Amnésie, encore elle !!! En 2012, le même fisc avait déjà réclamé 9 millions d’euros pour d’étranges montages fiscaux ! « Dans son édition du jour, Le Canard Enchaîné affirme qu’une enquête de la brigade natio­nale des enquêtes fiscales, déclen­chée en décembre 2010, a révélé un «réseau complexe de socié­tés au fonc­tion­ne­ment plutôt baroque», notam­ment des trans­ferts d’actifs au Luxem­bourg vers une société dont les action­naires comptent une autre entité domi­ci­liée au Libé­ria. Contacté par le Canard Enchaîné, le fondé de pouvoir du chan­teur, Pier­ric Carbon­neaux Le Perdriel, s’est refusé à tout commen­taire, ajou­tant qu’«(il) quitte toutes (ses) fonc­tions dans les socié­tés de M. Hally­day dans un délai d’un mois».

Car notre jojo national, devenu le beau fils d’André Boudou, que vient-il donc faire dans cette galère, ou plus exactement dans cette description du paysage qu’a contemplé Franck Colin pendant ces dernières années ? Par hasard, il faut l’avouer, c’est lui qui fait le lien avec cette faune et la relie à un constructeur de yacht qui va se révéler bien peu prudent… « C’est à Miami, où André Boudou vivait et exploitait une boîte de nuit, que Johnny Hallyday rencontre la fille et le père, en mars 1995. «Un ami m’a proposé de dîner avec Johnny un soir. Laeticia est venue. Ils ne se sont plus séparés.» Un an après, le couple est marié. Boudou commence à jeter un oeil sur l’entreprise Hallyday. «Il était pillé, j’ai fait le ménage.» A Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine), dans la résidence du chanteur, la famille Boudou s’installe, avec la grand-mère et l’arrière-grand-mère de Laeticia (décédée depuis). La «purge» commence. Elle va au-delà des pique-assiettes et «amuseurs» qui emplissaient la vie du chanteur ». shane1« Le rôle de Boudou a dépassé celui de simple nettoyeur des indésirables. Selon les proches du chanteur, c’est lui qui dégotte plusieurs yachts de Johnny. Il opine, mais jure avoir été opposé à la dernière acquisition de la star, un yacht de 6,4 millions d’euros, pas encore payé en totalité mais… déjà à vendre dans un port de la Côte d’Azur ». On retrouve assez vite lequel ce fameux yacht : « Et on se souvient surtout d’un yacht acheté 6,4 millions d’euros au milieu des années 2000. Gigantesque et ultra luxueux, shane2l’engin était surtout très mal conçu et devait au premier vent sérieux  rester au port. Ou même amarré il coûtait très cher car les caractéristiques techniques du bateau imposaient la présence permanente à bord d’un capitaine de la marine marchande d’un capitaine en second et d’un ingénieur pour les moteurs, Comme tout cet équipage tous était embauché à l’année,  au final la facture mensuelle s’élevait à près de 30 000 euros, beaucoup ,oui beaucoup d’argent pour un yacht dont Johnny ne se servait quasiment jamais. » Le yacht étant le Le Shane, un Mangusta 80 ‘hard top« , de chez Rodriguez, dans lequel se serait passé en 2003 un  événement oublié depuis par tout le monde (devenu ce genre de propos dans la presse, à mettre en correspondance avec une autre déclaration surprenante du chanteur).

jojo fochAujourd’hui, le même chante sa vie désordonnée et son rythme affolant dans le refrain de « Une vie à l’envers » de son tout dernier album (la vidéo ici c’est Johnny sur le porte-avions Foch en 1979, car il y effectivement donné un concert devant les Etendard de la Marine… juste avant que Fauret et Odos n’intègrent l’Aéronavale !)  :

Les hélicoptères, les avions, les nuits

Une vie à l’envers, à l’envers je vis.

Les hélicoptères, les avions, les nuits

Une vie à l’envers, à l’envers je vis.

 

attaque de 1990Rodriguez, et ses yachts ?  Une autre affaire dans l’affaire : pour le comprendre, il faut revenir encore une fois en arrière (c’est à tiroirs en effet et l’ouverture de l’un en enclenche un autre !) :  « le 1er mars 1990, sur une bretelle d’accès à l’autoroute, près de Mulhouse, des véhicules bloquent un fourgon de transport de fonds, des hommes cagoulés en jaillissent et, sous la menace de leurs armes, ils font main basse sur 300 kg de billets de banque (photo d’actualité ici à gauche). Un butin estimé à plus de cinq millions d’euros. Pas un coup de feu. Ni vu ni connu. Du travail d’artiste. Mais, à défaut de la moindre piste, la PJ de Marseille subodore que les truands ne sont pas forcément originaires de l’est de la France. Les policiers grattent un peu et parviennent à mettre un nom sur une partie des malfaiteurs. Il s’agit de « l’équipe de l’Opéra », dont Bernard Barresi est le maillon central. Mais celui-ci, bien informé, parvient à prendre la poudre d’escampette. En 1994, il est jugé par contumace et condamné à vingt ans de réclusion criminelle ». Plutôt adroit, Barresi a réussi à se faire oublier… pendant 20 ans, jusqu’à ce qu’une écoute de 2010 du clan Campanella lâche le nom de « Jambon« , ce qu’un policier ayant de la mémoire et plutôt subtil fait aussitôt bondir : la compagne de Barresi s’appelle en effet… Serrano. Les policiers qui épluchent son cas découvrent qu’elle « était la gérante d’Alba Sécurité, une société de 143 salariés basée à Gardanne, laquelle, selon le site Bakchich, aurait été sous contrat avec le conseil général des Bouches-du-Rhône et aurait fourni des centaines de « stadiers » lors des matchs de l’OM » (elle a été liquidée le 16 octobre 2012) : Barresi, alias « Jambon », était tout bêtement devenu businessman tranquille, via sa compagne !!! La suite, c’est une filature classique, qui ramène à… Rodriguez :

barresi« Un bateau de plaisance, ce fameux Yes, devient dès lors le nouveau fil d’Ariane des enquêteurs. Ils découvrent très vite que ce superbe yacht estimé à plus de 800 000 euros est en fait mis à la disposition de « Jambon », alias Barresi, par le PDG d’un groupe de renommée internationale, le groupe Rodriguez. Ils révèlent également qu’Alexandre Rodriguez dirige une entreprise aux multiples ramifications qui vont de la construction de navires de plaisance à leur revente en passant par leur réparation. Elle possède des bureaux de représentation aux États-Unis, à Dubai, à Genève. C’est au bord du lac Léman qu’Alexandre Rodriguez a employé au sein du groupe un certain Gérald Lafarge identifié par la suite comme étant Gérald Campanella. Décrypter la relation entre le magnat de la plaisance et « Bombelus » devient dès lors une priorité de l’enquête. Des machines à sous des bars marseillais à cet univers doré de la Côte d’Azur, le juge Philippe Dorcet doit désormais comprendre quel est le lien. L’affaire démontre en tout cas que le clan Barresi-Campanella est depuis longtemps sorti des routes traditionnelles du milieu pour s’acoquiner avec le monde des affaires. Les investigations traduisent  notamment la forte amitié qui lie Alexandre Rodriguez et Gérald Campanella. Ils partent ensemble en Floride avec leurs compagnes, roulent en Roll’s et dépensent sans compter dans les meilleurs établissements de Miami. C’est la belle vie, même si le groupe Rodriguez connaît depuis l’année 2008 quelques difficultés financières. Et ce sont justement ces difficultés qui semblent avoir rapproché le fils d’entrepreneur et le caïd. L’enquête permet rapidement de comprendre que l’emploi de Gérald Campanella à Genève est avant tout une couverture lui permettant de se mettre au vert durant sa cavale. C’est donc tout le clan qui bénéficie de la protection et de la manne Rodriguez. Si Jambon peut parader sur le Yes, Gérald lui peut frimer allègrement sur Bono, une autre superbe unité mouillée à proximité. Pour la petite histoire Barresi et Campanella sont des affectifs. Ils ont donné aux deux bateaux les noms de leurs chiens respectifs. L’affaire Rodriguez est d’autant pluyacht atlass juteuse que nos truands n’ont pas versé le moindre centime pour acquérir ces yachts de grand luxe avec menuiserie en acajou, siège en alcantara et tout ce qui va avec. Rodriguez, décidément généreux, met en fait gratuitement à disposition du gang ses belles unités.  troisième homme, Jean-Claude Pietrotti, joue lui aussi les petits Niarkos sur une troisième vedette, le Santo-Pietro »… Quand Barresi est arrêté « le couple s’apprête à embarquer sur l’Atlas  » (ici à gauche, photo Nice-Matin-La Provence), un yacht de 27 mètres qui appartient à Alexandre Rodriguez. Cet armateur de la Côte d’Azur qui a accroché dans sa cabine une toile de Dufy a l’habitude d’accueillir sur ses yachts les stars du show-business comme Johnny Hallyday » note le Point. Le 11 juin 201à, Alexandre Rodriguez, qui n’a que 25  ans, est mis en examen, pour « blanchiment, d’infraction à la législation sur les jeux et d’extorsion de fonds aggravée, recel de malfaiteurs, abus de biens sociaux» et il est écroué  par le juge Philippe Dorset. Même le New-York Times relatera l’arrestation, qui surprend dans le milieu.

serenityParmi ses clients les plus connus,  on comptait l’animateur français Arthur (exilé fiscal en Belgique !), avec le yacht de 27 mètres Serenity (ici à droite). Alexandre Rodriguez est alors « poursuivi pour abus de biens sociaux car, selon les enquêteurs, il a prêté «gratuitement» des yachts «qui se louent 3 000 euros la journée hors taxe, sans l’équipage ni le carburant». Il a aussi «salarié Gérald Campanella comme chauffeur». Il l’aurait rencontré sur un salon nautique, «il y a six ou sept ans». «Les autres s’étaient incrustés. Ils disaient qu’ils allaient acheter les yachts, les faisaient réparer gratos, mais ils ne les auraient jamais payés, dit un enquêteur. Ce qui les intéressait, c’est le blanchiment. Ils n’avaient pas besoin de hausser la voix.» Quatre yachts de Rodriguez ont été saisis, ainsi que 200 000 euros en cash. Mais aussi des faux papiers, des armes, des véhicules, des montres de luxe, et une quarantaine de machines à sous. Selon la police, l’un des suspects disposait de 70 téléphones portables.. » Le 6 août 2014, le groupe Rodriguez, exsangue financièrement, est placé en redressement judiciaire. L’un des chantiers est racheté par Claus Johansen, associé au  holding néerlandais Industrial and Marine Diesels. Dans « La Provence » du 26 mars 2012 voici ce qu’on décrit du train de vie que Campanella s’offrait à bord du yacht de Rodriguez : « la fouille du Yes, le yacht sur lequel Bernard Barresi est arrêté livre un aperçu de son train de vie : deux montres Audemars Piguet dont l’une d’une série limitée à 300 exemplaires. On retrouvera treize autres montres chez sa compagne, Carole Serrano, patronne d’Alba Sécurité, basée à Gardanne, aujourd’hui en redressement judiciaire. Le 4X4 Audi Q5 dans lequel il roule est celui de la société. « Bé » vit sous une fausse identité, sans carte bancaire. » Lorsque la firme Rodriguez est liquidée, elle a accumulé 96 millions d’euros de dettes ! Le juge chargé de l’enquête a aussi fait une découverte intéressante : « faut-il s’étonner si les investigations de la justice française conduisent dans le canton de Genève ? D’une part, Alexandre Rodiguez est domicilié à Corsier, une petite commune du canton de Genève. Par ailleurs, il est administrateur de la société Service de Navigation Plaisance (SNP) Boat Service, installée rue du Commerce à Genève. Une entreprise spécialisée dans l’achat, la location, la vente de bateaux neufs et d’occasions, ainsi que dans l’acquisition de places dans les ports, comme Bakchich l’a déjà raconté. »

03TUNEZ_250Au sortir de cette jeunesse quelque peu mouvementée, et de ces rencontres « formatrices » de la jet-set et des clients des boîtes de nuit tropéziennes, Franck Colin a aussi croisé Marc Chouraqui, fils de Gérard Chouraqui, l’ancien directeur général adjoint du groupe L’Oréal et riche à millions (il possède 25 Ferrari !). Marc lui-même étant lui aussi passionné de voitures : on le voit ici aux côtés du pilote nordiste François Delecour, sur Buggy SMG, lors de la 1ère « Transorientale » organisée par le champion belge René Metge, à partir de St -Pétersbourg. C’est Chouraqui qui l’oriente vers la Roumanie où il y a énormément d’argent à faire avec l’immobilier qui flambe là-bas, d’après lui, dans l’après Ceausescu et où tout se paye en espèces, ou en … lingots (ah tiens, les revoilà). Pas de taxes, pas d’impôts, que du benef brut !!! Mais pas que là : nos deux lascars ont aussi investi en… Moldavie voisine – voir la carte Quid ici à gauche (et ça aussi ça a été oublié par la presse, qui n’a pas beaucoup cherché, hélas !) . Avec des moyens surprenants pour faire un maximum d’argent au plus vite. On retrouve une trace hélas trop discrète de son passage dans un magazine roumain, National, en date dmoldavie_carteu 4 novembre 2014, qui raconte une histoire édifiante, sinon sidérante, question moralité, celle de l’achat d’un terrain fort particulier pour y construire un centre commercial… qui se situe en Moldavie : « Mark Chouraqui est le jeune milliardaire de 35 ans qui est en train d’apporter presque tous la mode mondiale à la capitale (…) Chouraqui est arrivé en Roumanie il ya quelques années, lorsque l’entreprise a ouvert ses portes. Pendant ce temps, l’entreprise a été combinée avec le plaisir, et ont passé à travers son lit Raicu, Lili Sandu, et d’autres modèles plus ou moins connus (…) Mark est d’origine française, mais titulaire d’un passeport suisse. Il réside sur la Côte d’Azur, à Moscou ou Bucarest et c’est un collectionneur de voitures de luxe. Chouraqui fait partie d’un club exclusif des propriétaires de Rolls Royce, et chaque fois qu’il vient à Bucarest il atterrit l’aéroport à Bucarest-Baneasa à bord d’un jet privé (l’histoire ne dit pas s’il s’agit du petit Falcon de SN-THS). En Roumanie, il a développé autour de 30 entreprises dans lesquelles est associé, entre autres,  Frank Colin, le mari de Maria Marinescu. Frank était au début le garde du corps du milliardaire, mais peu à peu il a gagné sa confiance et est arrivé à gérer une partie de l’entreprise. L’entreprise Chouraqui a été énormément aidé par son père, qui a dirigé la célèbre entreprise l’Oréal. » Le terrain acheté par Chouraqui et Colin était en effet… exceptionnel, c’est le mot, pour y construire un supermarché (?) : « nos sources nous ont révélé qu’à Chisinau le milliardaire a payé environ 4,3 millions d’euros pour deux hectares de terres. 
cimetière heroesL’enjeu d’affaires était énorme, car sont intervenus pour la transaction en faveur de l’ancien milliardaire le premier ministre de Bessarabie Tarlev et le président Vladimir Voroniq.  Aujourd’hui  Chouraqui veut y élever un centre commercial, ce qui a généré un scandale énorme. L’adjoint au maire de Chisinau, Nistor Grozavu, a essayé de bloquer le projet. « Je leur ai expliqué (à Mark Chouraqui et associés) qu’ils ne pouvaient pas y construire quelque chose. Avant le début des travaux, ils avaient dit vouloir y créer un marché pour des produits industriels, mais ils n’avaient obtenu aucun certificat d’autorisation et ni de planification. Car pour cela, ils  auraient du procéder en conformité avec les principes propres aux déplacements de cimetières militaires, « a déclaré Grozavu. En outre, le président de l’Association d’anciens combattants, Basil Zaiaţ, a menacé de poursuivre le gouvernement s’il changeait d’emplacement le cimetière -. « Nous exigeons l’annulation de l’accord pour le transfert du cimetière. La vente a eu lieu illégalement, parce que tout établissement, religieux ou monument militaire est protégé par la loi », a déclaré Zaiaţ ». Raser un cimetière militaire pour en faire un hyper !!!

jumbo1Il fallait oser !!! C’est tout simplement ahurissant ! La morale des jet-setters ? Elle n’existe pas, en boîte de nuit comme dans la vie courante ! Le cimetière appelé Botanica Heroes, contenait des tombes de soldats troupes roumains russes, autrichiens, tchèques, français, Grecs, Polonais, etc., morts dans les deux guerres mondiales en Bessarabia. Les soviétiques avaient abattu auparavant la chapelle-ossuaire construite à la mémoire des militaires roumains et étrangers. La vente proprement dite remontait à octobre 2007 avec un prix d’achat élevé à l’époque, note la presse – 70 millions de leus moldaves, (3,2 millions d’euros) à la compagnie « Buiucani Real Estate Holding«  LLC »jumbo2déclarée au nom des citoyens français Marc Gerard Georges Chouraqui comme le relève la presse locale. Le centre commercial Jumbo avait été construit, finalement «  le cimetière a été rasé et l’Institut de Pneumologie et de Physiologie, une maison d’habitation ont été construits sur l’emplacement (en 1959) et un magasin commercial Jumbo a été récemment érigé »  affirmaient le 23 avril 2008 les vétérans, qui avaient défini le même jour vouloir restaurer la partie du cimetière épargnée, devenue une véritable friche pleine de détritus! Les intervenants rappelant à l’occasion que la Heroes Cemetery est « soumis aux lois sur la protection du patrimoine culturel, et que la Moldavie fait partie de la Convention de Genève de 1949 sur la protection des victimes de la guerre. »

Chisinau, où le 13 juillet 2013 était pris dans le filet du service des douanes 2,08 kgs de cocaïne d’une valeur marchande estimée à 145 600  € dans les bagages d’un homme de 48 ans, habitant la République Dominicaine, arrivé directement à bord d’un vol de Punta Cana. Chisinau, le fief d’un certain Viktor Bout et de ses appareils décrits ici : « Ceux-là, ou les fameux Skylink Arabia, autre avions notoirement dévolus à la sphère de Viktor Bout et dont un bon nombre sera photographié le 4 avril 2009 par un spottteur doué de bons réflexes à… an72pecotox-airChisinau, encore cet endroit, dans le fief moldave du « maître de guerre ». L’Antonov 26 de Sky Link Arabia ER-AVB, l’Antonov 24 d’Air Moldova, ER-46417, l’Antonov 26 d’Air Moldova ER-26046, l’Antonov 24 de Sky Link Arabia ER-AZX, loué à une société moldave, Pecotox Air… (ici son Antonov 72, photo de Vaclav Hudela)  une firme signée… Victor Bout. On y voit même les vieux Ill-18 aux hélices bleues si prisés par AirCess et Air Pass, devenus Grixona, l’ER-ICB notamment (devenu vieux machin pour VIPs en ml de finances ?- les photos sont à hurler, à voir le degré zéro des finitions- !). La bonne vieille mule de transport du système Bout ! Sans oublier l’ Antonov 24 de Tandem Aero ER-46508, et encore et surtout l’Antonov 32 d’El Magal Aviation, matricule ST-NSP, qui ressemble comme deux gouttes d’eau avec son dessous de fuselage noir à celui de….Yaroshenko« . Yaroshenko étant ce pilote arrêté pour avoir tenté d’emporter de la coke du Venezuela vers la côte ouest de l’Afrique en très gros porteur (c’est un Ill-76 qui était prévu pour l’opération).  Le lien entre les deux Air Cocaïne : celui du Boeing 727 de Tarkint et celui du Falcon de Punta Cana. L’antonov 72 An-72-100 ER-AVE deviendra D2-MBW en Angola… il est vu ici en 2008 à Tallinn, en Estonie.

confidentialEn Moldavie, qui héberge rappelons-le en son sein l’incroyable Transnitrie, un trafic intense existe en effet, comme l’explique Wensley Clarkson dans  « Cocaine Confidential: True Stories Behind the World’s Most Notorious Narcotic » qui revient sur ces fameux avions Moldaves  « Le trafic de cocaïne en Moldavie, comme dans toutes les anciennes républiques soviétiques, a augmenté de façon spectaculaire depuis la disparition de l’Union soviétique. Les crimes économiques et liés à la drogue, résu220px-TransnistrianRegionMapltats les plus visibles et prévisibles de la situation économique qui se détériore dans les pays nouvellement indépendants, ont submergé les ressources humaines et financières qui leur sont consacrées. Le rôle de la Moldavie en tant que point de transbordement pour les drogues illicites est au cœur de toutes les connexions de ce pays à la cocaïne.  Sammy affirme même qu’un certain nombre de pilotes locaux – à l’origine formés dans l’armée – ont récemment été embauchés par les barons de la coke colombiennes pour déplacer un avion de ligne nouvellement acquis de la Moldavie vers la Roumanie, et ensuite vers la Guinée-Bissau, en Afrique de l’Ouest. ‘Tu vois ? Tout le monde est payé quand ils ont besoin de se déplacer de la cocaïne », dit Sammy. Ceci est seulement le début, mon ami. La Cocaïne va faire beaucoup de Moldaves très riche au cours des prochaines années. » La Moldavie, et le trafic d’armes de son enclave de la Transnitrie, cocaïne et armes étant étroitement liées. Un pays fort peu fiable, questions transactions économiques, donc, où tout se règle… en espèces !

air moldova airbusLa Moldavie, sujette à d’autres secousses avec l’implication d’hommes politiques véreux dans le circuit. L’histoire du trafic moldave est elle aussi une histoire à tiroirs,nous dit Moldova 24. C’est d’abord celle de la compagnie Air Moldova, justement, privatisée et vendue en 2000 à la société allemande Unistar Vencer, ou plus exactement Unistar Vencer s’était octroyé 49% des parts de l’entreprise. En fait c’était un beau tour de passe-passe.  Car le directeur de l’Administration de l’aviation moldave , Victor Topa, avait alors expliqué  fort sérieusement aux députés moldaves que la reprise d’Air Moldova par Unistar Vencer avait été accomplie par une augmentation des actifs de la société. Ce qui signifiait qu’Unistar avait ajouté des fonds dans les actifs d’Air Moldova et donc en était devenu propriétaire. Or  Unistar Vencer avait en fait comme propriétaire Victor Topa lui-même !!! Le terrain ayant été préparé depuis 1999 par le responsable en charge de laprivatisation des actifs des entreprises publiques, Vlad Filat, du  Parti libéral-démocrate de Moldavie (PLDM), alors futur premier ministre, un  fidèle ami de Victor Topa. Les avions d’Air Moldova ont ensuite été impliqués en Afrique dans des transports d’arme ou de drogue, payés en or ou en diamants, les pays où ils atterrissaient n’ayant pas de monnaie forte. Le nom d’un baron de la drogue était apparu auprès de celui de Victor Topa, lors de l’opération Cellmate, déclenchée par la DEA et l’UE. yak 42 air moldovaC’était une entreprise familiale : c’est Viorel Topa, alors à la tête de la Caisse d’épargne moldave (BEM), a avait fourni des prêts à Air Moldova : un million de dollars avaient ainsi été transférés chez Victor, en utilisant les comptes d’Air Moldova. Un transfert effectué par une obscure société offshore nommée Sparks Corporation. Rattrapé par la justice, Topa, devenu aussi ministre des transports en 2001 se voyait poursuivi par le procureur Andrei Nastase. Mais l’affaire s’était réglée comme par miracle quand la famille de Anastase part s’installer à Francfort, dans une maison… offerte par Victor Topa. Entretemps ce dernier s’était emparé de la banque Victoria, après voir extorqué (par la menace) à sa propriétaire Galina Proidisvet les droits de 15% que sa famille possédait encore, d’une valeur de  9.000.000 de dollars. « En 2011, le magazine allemand Der Spiegel avait scandalisé l’opinion publique avec une histoire qui prétendait que l’avion du gouvernement de Theodor Heuss, utilisé par la chancelière allemande Angela Merkel, avaitété vendu avec l’aide de certains investisseurs Est-européens à l’Iran (un Airbus A-310 devenu EP-MMX pour Mahan Air). Le problème était que l’avion était devenu une partie de la flotte iranienne, en violation de l’embargo européen imposé à l’Iran. Ce qui est illégal et scandaleux. Plus intéressant encore, l’avion avait été vendu par une société enregistrée à Gibraltar, sous le nom d’Aero Flight Limited, dont le titulaire principal est Avalon Services Limited, enregistrée aux Bahamas. Le propriétaire d’Aero Flight inscrite à Gibraltar est nul autre que Victor Topa. Il est intéressant de voir comment la mvlad filat goodême société, Aero Flight Limited, était également le propriétaire de Victoria Aircraft Lease, dans laquelle Vitor Topa et Vladimir Orsovschi étaient autrefois gestionnaires. Cette entreprise fut plus tard rebaptisée German Medical Diagnostic GmbH, dont le propriétaire était le German Diagnose Centrer. Et maintenant, retour au régime de privatisation d’Air Moldova. Étrangement similaire à elle est la manière dont la République de Moldova a perdu ses actions à la Banque d’épargne en 2013. Ça avait été fait de la même manière, par une augmentation de capital. Nos héros ont utilisé une méthode qui a été prouvée comme fructueuse grâce aux actions de Topa et Filat depuis 2000. Comme nous l’avons dit, rien n’est accidentel lorsque beaucoup d’argent est en jeu. Tant le hold-up d’Air Moldova que la fraude de BEM ont eu lieu dans des conditions politiques instables. Dans les deux cas, Filat (ici à gauche) tenait les postes-clés qui lui ont permis de camoufler ces méfaits ».  En Octobre 2011, Victor Topa a été condamné à 10 ans de prison pour extorsion suivie par l’acquisition de biens, en grandes proportions (telles les actions de VictoriaBank), l’APB, puis a été recherché par l’intermédiaire d’Interpol. En septembre 2015 le ministère de la Justice de la République de Moldova a adressé aux autorités allemandes demandent l’extradition de Victor et Viorel Topa. Vlad Filat a été arrêté en octobre dernier seulement pour la disparition de… 1 milliard de dollars de trois banques moldaves, pas moins (la Banque des Economies, Unibank et la Banque sociale). Dont 250 millions versés en pots de vin sur le compte de « Fortuna United », le nom de deux coquilles vides appartenant à Filat aux Seychelles ! Pour beaucoup, dans ce pays parmi les plus pauvres d’Europe, c’est « la fraude du siècle » ! Pour d’autres, c’est le « hold-up de tout un pays« , dont on a fait fort peu de cas hélas, en France, ou… au Canada !!!

colinAu passage, l’ancien petit caïd de Toulon visiblement dépourvu de scrupules, dans l’affaire du cimetière, a en effet épousé (en grande pompe dans un château français) une styliste roumaine, Maria Marinescu, nièce par alliance de l’ancien président Ion Iliescu, l’ancien président roumain (photo Var-Matin ici à droite (4))… et fait la fête à St-Trop le soir, dans des endroits où coule le Champagne et où est censé circuler de la coke, beaucoup de coke, comme on peut s’en douter. C’est alors qu’il a rencontré… Alain Castany : « son vieux copain, l’entrepreneur Olivier Jollin, lui a présenté alain Castany, un pilote chevronné bien connu au Bourget. C’est notamment lui qui s’occupe du jet privé d’Alexandre Balkany, le fils du sulfureux député-maire de Levallois. en échange de quelques milliers d’euros, Castany a bien volontiers accepté d’emmener Colin à Saint-Tropez. L’homme n’a pas beaucoup hésité avant de confier aux mains de cet inconnu la vie de sa petite famille, tant on lui a vanté les qualités de ce pilote exceptionnel. en plus d’être très professionnel, Alain Castany s’est de surcroît révélé drôle et sympathique. Il a même laissé son ils prendre quelques secondes le manche de l’appareil… Un numéro que le pilote a l’habitude de répéter avec ses clients fortunés ». Jollin qui est aussi un farceur dans le genre en appelant une de ses sociétés « Eliott » et l’autre « Ness », possède aussi Air Stream et Aircom, qui n’ont pas de rapport à l’aviation, ou SpringWest, mais aussi Ojo et Far West. Toutes ont leur siège au  59 bis rue Bonaparte, dans le VI eme !

colin mariéFranck Colin, abandonné ou trahi aujourd’hui par ses proches, ou par ses soutiens peu recommandables ? La presse roumaine people (ou « Spy News ») bruisse de l’annonce de la demande de divorce faire après un an d’incarcération (mais « pas reçue par le prisonnier », paraît-il !). Elle a aussi été mariée quelques mois à Alexandru Tiriac (à droite ici) fils du milliardaire Ion Tiriac que l’on connait bien ici en France : devenu l’homme le plus riche de Roumanie et la 840e fortune mondiale avec une fortune estimée à 1,1 milliard de dollars US selon le classement du magazine Forbes en business2 tiriac2007, c’était aussi le compère fort drôle sur les cours des doubles de démonstration avec Ilie Năstase (ils ont fait ensemble  294 matchs de double, dont 22 titres gagnés notamment les Internationaux de France detennis !). Etrange coïncidence (?) , Alexandru Tiriac a été acquitté en 2009 dans une affaire de trafic de cocaïne, lui aussi... l’épais dossier du procureur roumain l’ayant serré s’appelait  » « Cocaïne pour les VIP », et il comprenait la joueuse de tennis Raluca Sandu, (elle aussi devenue mannequin) la fille du président de la Fédération roumaine de football (FRF) Mircea Sandu, et un neveu de ce dernier. »Le fait que le fils d’homme d’affaires Ion Tiriac était un utilisateur de drogue a été confirmé hier au Tribunal de Bucarest, par Robert Mircea Sandu, quant à lui condamné à trois ans de prison pour des infractions sur la circulation d’armes et l’utilisation de drogues illicites » avait-on pu lire dans la presse roumaine. Depuis, les relations du fils (remarié depuis avec Iliana Lazariuc),  avec son père Ion, semblent plutôt tendues… La même épouse, sacrée la »roumaine la plus sexy« , est un ancien mannequin et l’ex-chanteuse dans un groupe appelé Trinity.  Maria Marinescu a été entendue longuement par la DIICOT roumaine à la demande des policiers français.

neacsuCar la belle Maria est aussi aujourd’hui soupçonnée de complicité,par la justice française, pour avoir tenté de supprimer des fichiers d’enregistrement de vols d’avions de son mari, à la demande de ce dernier (ce qui aggrave sensiblement son cas). Enfin pas elle directement : c’est un homme de main, appelé Daniel Neacsu, qui l’a fait à sa demande, car c’est dans l’agence de ce dernier, gérée par sa compagneBeatrice Tican (un régal pour la presse People) liée aussi semble-t-il à Adrian Cristea, un footballeur international roumain; que la tentative a été faite (les deux tourtereaux vivent une relation fort conflictuelle). Selon Neacsu, les billets étaient pour la France, mais il n’aurait rien précisé à la presse pour les destinations vers la République Dominicaine »(«  il a évité une réponse claire » dit la Presse : il a éludé en effet !) Neacsu, visiblement, servait aussi de gros bras (tatoué) auprès de Colin, et dans l’enquête est devenu une personne importante. groupe roumanieOr ses antécédents n’aident pas en sa faveur.  L’homme, avant un interrogatoire ayant duré 6 longues heures (en visio-conférence ?) , venait juste d’être entendu pour avoir agressé une femme dans la rue, car il fait aussi partie du groupe ultra violent et fascisant du « Sportivilor ». Un procès visant ce groupe de nervis s’était terminé en mai dernier par 5 mois fermes infligé à Neacsu, après 8 ans de procédure (il les avait déjà faits en préventive), pour chantage et extorsions de fonds sur des personnes vulnérables. Car à Bucarest, son groupe de gros bras (ici à droite) fait régner la terreur sur des petits commerçant, en les menaçant ou les humiliant. En août 2011, les policiers avaient filmé une incroyable bagarre de rues avec trois blessés par arme blanche au centre commercial de Bercent, contre le clan rival. En 2012, le 8 janvier, une énorme vague de perquisitions (14 en même temps) menée dans plusieurs faubourgs de Bucarest avait été déclenchée pour soupçons de trafic… de cocaïne, quel hasard, et d’armes contre ce même groupe du Sportivilor. En août, lors du procès consécutif à la bagarre de 2014, un membre du groupe rival (Metin) avait sorti un couteau en plein prétoire ! Tous les jours, depuis des années, les télévisions roumaines montrent les rixes entre les deux clans violents ou les arrestations à répétition de leurs leaders. On baigne en pleine pègre ! Pas sûr que le dénommé Neacsu ait été d’une grande aide pour blanchir le toulonnais Franck Colin et lui éviter d’être assimilé à ce même milieu ! L’encombrant nervis risque fort en effet de plomber la défense de Colin !!!

 

undercoverUn Franck Colin qui s’ennuie ferme depuis deux ans au fond de son cachot, etqui a eu le temps de réécrire tout ça à sa façon, en qualité de premier concerné, comme vient de le révéler le magazine Marianne. Dans un surprenant article, intitulé « Air Cocaïne: Les confidences du suspect Numéro Un »il se décrit désormais comme… aviseur, chargé d’infiltrer un réseau de trafiquants, pour des commanditaires restés fort mystérieux (voilà qui va faire bondir l’ami Marc Fievet !). Au passage, il fait des quatre de Punta Cana des trafiquants, tous sans exception ! Ce n’est en rien sa première déclaration de 2013. Selon lui-même, il aurait été l’envoyé de l’ « International Drug Enforcement Center » roumain, alors que le nom de l’agence nationale est la«  National Anti-drug Agency« , L’International Drug Enfoncement Center étant tchèque… et non pas roumaine ! On imagine fort mal l’ancien videur travailler pour les « haricots verts » (déformation amusante chez les douaniers français de « undercovered » !), du Service interministériel d’assistance technique (Siat) en effet.« Le jour de sa mise en examen chez le juge, à l’issue de sa garde à vue à Nanterre, Frank Colin s’était d’abord préoccupé de sa Rolex et de ses cartes de crédit qui n’auraient pas suivi avec sa fouille. Étrange personnage qui, gamin d’une cité défavorisé, laissé à lui-même par des parents séparés, a trouvé sa voie dans les sports de défense et un métier de portier en boîte de nuit » écrit la Provence. Un homme de la nuit, qui papillonnait, en quelque sorte, propulsé au grand jour et s’être brûlé les ailes pour s’être approché d’un peu trop près des projecteurs.

(1) La bande de la Casinca, ou Ceux de la Casinca, ou Bergers de Venzolasca

« Groupe criminel structuré dont les principaux membres, une centaine environ, sont originaires des villages de Venzolasca et de Vescovato situés en Haute-Corse – région de la Casinca, au sud de Bastia. La bande de la Casinca a commencé à braquer des banques sur le continent au milieu des années 1980. Par la suite, l’essentiel de ses membres a travaillé pour la Brise de mer, notamment en gérant les divers parcs de machines à sous clandestines autour de Marseille et de Paris, avant pour les uns de migrer en Amérique centrale, pour les autres d’investir le milieu du jeu et diverses activités légales.

Principaux personnages : Toussaint Acquaviva ; Jacques Buttafoghi (abattu en 2009) ; Ange-Toussaint Federici ; Jean-François Federici ; Pierre Federici ; Jean-Luc Germani ; Stéphane Luciani ; Jean-Fleur Perrin- Martin ; Antoine Quilichini ».

un bon article sur les « haricots verts » ici:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/10/01/01016-20111001ARTFIG00007-les-indics-dans-l-ombre-ils-informent-l-etat.php

Pour la Transnitrie, voir les 5 épisodes de  « Transnistria Trafficking Arms » sur You Tube (ci-dessous le 1er épisode).

 

Business

All About Estate Planning Attorney Orange

Published by:

22222222222Composing a last will and testament is one way of ensuring your estate is passed to your kids and other inheritors.

What exactly is a Estate Planning?

A family trust is a trust that you set up for the family and where you place your assets. Even if the trust is for the entire family, you continue in control of the fund. Nevertheless, setting up a family trust may be complicated and may need many records to prepare. Because of this, you have a need for an attorney who’s a specialist in this kind of trust. If you live in California, you’ll need the aid of a specialist in estate planning attorney Orange.

Advantages of Estate Planning

By setting up a family trust, you’ll enjoy several advantages. First, if you die, your beneficiaries don’t need to go to court simply to get their inheritance because they are able to do it with the help of your successor trustee. Another advantage is that you will not spend for probate proceedings that can take quite a while and cost a lot of money. To make sure that there are going to not be any issue with the disposition of your estate, hire the best estate planning attorney Orange. You’ll be guaranteed that your beneficiaries will be pleased with proceeding and that the state will not meddle with how you want your own estate to be disposed.

Internet

What my ip – What Do You Look For In A Good Web Host?

Published by:

You must find an internet host once you purchase your domain name. Have you been wondering the way to continue and where to start? What should you be looking for when reviewing businesses? Just how can you realize whether that business is dependable? This post is able to help you realize what to look for with web hosting.

If you’re hosting your site with a Linux based site, be certain the business you choose updates their information frequently, and at all levels. You do not want your page or be risky because your host isn’t properly keeping networks and their servers, so look.

If you aren’t content with the hosting services you’re receiving, start checking out back-up hosts. You’ll be ready to proceed to a new host, if the issue does not lend itself to an easy fix. You’ll avoid downtime and lost traffic to your website regardless of what caused the first difficulty.

Use a different firm for domain registration as opposed to enrolling it via your web hosting company. This way, you’ll keep control of the domain name if you decide to switch web. You might not have any control over your website’s enrollment, the host will. Also check what my ip is here.

Think hard and long before deciding you want to start your own web hosting service. Until you realize that you will likely spend inordinate amounts of time coping with this service, rather than focusing on the company that you just already have, this can look tempting. Use the expertise of those that have been doing it for years, and pay them what they’re worth.

Getting an internet site up and running takes more than simply choosing a catchy domain name, you will need a good hosting company, to begin with, as is evident by now. You’ll find it is easy to do which features you’ll need and if have a great idea of where you should look. Use what you have read here and you will be well on your own way to accomplishing your goals!

Business

Are There Risks In Reverse Mortgage Los Angeles?

Published by:

1111111111111Many homeowners have been sharing their horror stories about the reverse mortgage Los Angeles that they have taken out recently. Many of them do not understand that when they do take out this loan on their house, there is a possibility that either they or their spouse will die before it gets paid off in full. Some of these homeowners just do not understand all of the rules and regulations that come with getting a reverse mortgage on their home.

Borrowing on a Home

Lenders and investors generally suggest that owning a home jointly may be a bad idea. If the couple ends up filing for a reverse mortgage Los Angeles and one of them dies shortly after, there may be a strong risk that the widow or widower may lose the house entirely. This is why it is very important to talk with your agent before making such a big decision. It is important that both homeowners are 62 or older and they both need to be on the deed of the property.

Selling a Portion back to the Lender

Many homeowners do not quite understand that when getting a reverse mortgage Los Angeles, they are actually selling a small portion of their home back to the lender. This can be risky and a bit tricky for those who do not truly understand how the reverse mortgage will work. This is why it is very important that you ask the lenders any and all questions that you may have. With the right amount of knowledge about your reverse mortgage, you can be sure not to make the same mistakes that others have made. If you want to be sure to keep your home, follow the correct steps and the advice they give to you.

Business

Zoo Exhibit Construction Industry Experiences Rapid Growth as Park Visit Becomes Trendy

Published by:

55555555555Zoo has been rising in popularity as the leading destination for families and individuals wanting to have a fun-filled weekend or holiday. In most big cities, Zoo have been constructed to cater to the recreation needs of a populace that seeks respite from the busy and tiring modern day lifestyles. Because of this, zoo exhibit construction has become a lucrative undertaking.

The Four Steps in Zoo Exhibit Construction

If you are planning to invest in a Zoo, there are four steps to follow before actual construction is started. First is to consult with a zoo exhibit construction company. During this phase, discussions focus on the kind of materials to be used, the budget, shop drawings, and other pre-construction activities that are important before the start of construction.

After all aspects of the pre-construction phase have been agreed upon, a 3D model will be made and presented by the construction company. The constructor and the owners of the Zoo will be able to see how the park would look like. At this point, specific details can be added, improved, or removed when deemed unnecessary. Changes on the features of the Zoo can be made on the model until the customer is satisfied.

The next stage is the construction of the Zoo based on the 3D model. Owners should check the materials used and the workmanship to make sure that the Zoo adheres to the final model.

Once the park is already finished, owners can start filling it with rides, miniature palaces, buildings, and other structures. These man-made structures can be made of durable man-made materials for everybody’s safety. Other materials that can be used are fiberglass, metals, acrylic, and glass to name a few.

Once the steps are finished, you can expect a Zoo that can draw more and more customers and a healthy revene.

Business

For The Security of Your Home and Establishment, Contact Commercial Door Replacement Milwaukee

Published by:

22222222222Having a sturdy and well-functioning door could mean peace of mind at all times. Most door problems arise from a damaged frame or corroded hinges, which would never happen if your door is made of high quality materials. Dampness due to cold weather and salt eating up steal are the two culprits of damaged doors. However, with Commercial Door Replacement Milwaukee, you would never encounter these problems. The company has been known to make doors that could last a lifetime.

Guaranteed Durability

Doors made in Milwaukee are guaranteed to last a lifetime. With several decades in the door industry, the company has mastered the art of door making. From simple doors for the different rooms in your house to the steel doors of your garage and business establishment, Commercial Door Replacement Milwaukee is always ready to meet your needs. You are sure that the door installed at your home will last for many years to come.

Commercial Door Replacement Milwaukee also provides high security doors that can keep you and your family safe at all times. Made of steel frames, the door made by this company helps save energy as it insulates your home from heat or cold coming from the outside. You can enjoy doors that do not need locks anymore. Milwaukee locksmiths are known to make doors that can be opened by punching codes. You can share your code with people you trust, ensuring your safety, the safety of your business, and that of your family.
If you are into house rental business, Commercial Door Replacement Milwaukee makes doors that comply with the latest safety requirements. The company offers affordable services that are all designed to provide customers with utmost satisfaction. The next time you encounter problems with your door, ask for assistance from a company that you can fully trust.

Business

IRS Tax Debt Help Irvine: Find the Best Option in Settling Your Tax Debt

Published by:

1111111111111The Internal Revenue Service of the United States of America is the agency that takes charge of collecting taxes. Taxes for employed individuals are deducted from their salary directly. However, self-employed individuals and those who operate business may find computing their tax returns complicated and when they file their taxes, the amount may not represent the exact amount that they have to pay. The IRS will notify them about their balance due and failure to settle it can result to penalties and more serious sanctions. You need help to resolve the issue and you can find it from companies that offer IRS tax debt help Irvine assistance.

Why You Need Help from IRS Tax Debt Help Irvine?

Aside from huge interest and other penalties, serious sanctions upon those who fail to pay their taxes in full can be enforced by the IRS. This includes seizure of properties, taking over of bank accounts, and even imprisonment. To avoid these things happening to you, you need to pay your balance due in full. If you cannot, you have to go to the IRS, present your case, and ask for some considerations. You will be given several options such paying your tax in installment basis, partial payment of the amount due, or to ask for collection to be temporarily delayed.

For sure and quick IRS tax debt help Irvine, you can use the services of a company that offers tax relief services. After you have contacted them and provided all details, the company will assign your case to one of their lawyers and accountants, who will find solutions to your debts from the IRS. They will submit all documents and process all papers needed. The knowledge that there are experts handling your tax problems will give you peace of mind at all times.

Business

Shipping from China to USA – Shopping Online & Save Money

Published by:

Being frugal really starts having a dedication on your part. You have to dedicate yourself to learning as much as you can about how you can cut costs. This informative article should be the beginning of your instruction, so be sure to read it if you want to shop online.

When shopping frequently online, ensure that your anti-malware is present and strong. Major shopping retailers tend to be targets of hackers who steal your information. Pay attention to the cautions which can be supplied by your security software; report them to the webmaster of your website’s if you see any suspicious activity.

Before purchasing from an online retailer that is new, do some research to them. Assess on-line reviews from some other customers to see how it manages items like Shipping from China to USA, customer service, and its general buying experience. You can also check the BBB to determine whether those disputes were resolved professionally and if it has any disputes. Try contacting the company via e-mail and phone number, if before you buy anything it is posted to ask questions about its business.

Do on-line comparisons of any products you would like to buy to make sure you have the best deal. Compare similar products by distinct brands unless you’re confident of the brand you would like. When comparing different products, pay attention to the costs and features. Check your favorite Internet sellers out consistently to see what new things they have for sale.

If they have one sign up for the website’s newsletter. Often times shops will provide you with some type of deal when you sign up for their newsletter or a discount. Discover whether or not there is a deal related to signing up for the newsletter at any given store you wish to shop at.

Now that you’ve read this article in full, you’re armed with the information you have to help keep your online shopping statements to the absolute minimum. In addition you discover how you can pay less for each item, while you are able to still purchase all you need. Keep learning in order to remain a bargain shopper.

Business

StarChapter: Bringing Each Non-Participating Member Back

Published by:

1111111111Reach Out Personally to Each Non-Participating Member and Invite Them to Come Back

StarChapter’s mission is to help local leaders of national associations and AMCs grow attendance, membership, and revenue and help board volunteers achieve lasting productivity.

StarChapter helps you grow your chapter’s membership, attendance, and revenues and achieve lasting board productivity, even when the board changes. With our member-friendly software, local chapter leaders can better manage their event registration, membership, communication, content, website, and eCommerce in one secured software. It even offers special tools for different board members to better perform their tasks, from the president to the treasurer as well as paid admins and AMCs.

Pull a report of not just the members who have attended meetings, but also the members who have NOT attended meetings in any given date range.

Once you identify them, you or the membership chair or administrator must send specifically targeted emails directly to these members who are not engaged and attending meetings.

StarChapter has responsive and customized website layouts, Dedicated Star Chapter Specialists for setting up your service, 24/7 online technical support, and ongoing board training webinars. We continuously enhance and develop more features and services to fit your chapter’s needs.

For example:

To: Jean Ehrlich;From: john@democitychapter.com

RE: WE MISS YOU

Dear Jean,

This is John Adams, director of your local chapter. We haven’t seen you for the last two events, and I wanted to contact you and specifically invite you to attend the upcoming event. The event will feature Daniel Gibson, a keynote speaker that many members have requested – and I would like to have you there for the Q & A session afterward and to hear what your thoughts are on the topic.

If there is an issue that you would like to discuss with me regarding why attending chapter events has been difficult for you, please give me a call at 555-1212.

Otherwise, we will look for your registration through the page at www.StarChapter/OurOrganization.com

We really hope to see you there.

Business

doTerra Essential Oils Are Absolutely The Best Choice For Healthy Living

Published by:

1111111111111111I actually came across doTerrra essential oils when conducting my online research on determining the best oil product for my family. It has always been my great consideration to ensure that my family keeps fit and healthy; this could only be boosted by getting high quality essential oils of therapeutic grade. From the outlook displayed in their website, I realized that this company was offering products that meet high standards. This could really work out well for my family so I had to make an order for such essential oils.

After concluding on my research about this company, here are some of the things I came to clearly understand:

Establishment

Apparently, this company has been in the market for over 7 years. Due to its popularity among the younger generation, it has been able to penetrate the market and created a wide customer base. This has also been boosted by consistent promotion and marketing of its products.

The Uniqueness of its products

When it comes to oil blends, I realized that doTerrra focused much on using essential oils of wild orange type. Furthermore I noticed that this had a product line referred to as OnGuard that dealt with cleaning activities. There are some essential oils (like Balance for DT and Valor for YL) that are similar to that of other companies (for instance, Young Living Company). I found out that this could have been attributed to the fact that some leaders from Young Living had left the company to form doTerrra.

Product types

I discovered that this company has stocked quite a number of different essential oils (about 48) with a collection of 19 different blends. These details were provided by last year 2015.

Cost of the products

From the latest pricing (by June 2015), this company had priced an S&S kit and Family Physician kit at $150. This kit actually contained essential oil(about 105ml) together with its bonus but no diffuser( apparently the kit with diffuser came at a cost of $275).

The Techniques of selling the product

Actually, I realized that this company uses the “CPTG” connotation which acted like a trademark for their products. This tends to uniquely identify them from their competitors.

Quality assurance and management

When it comes to quality, I came to understand that doTerrra only focuses on re-bottling of their essential oils as they do not manufacture or conduct distillation by themselves. That is why their products come at a lower price.

Conclusion

It is apparent that this company has come out effectively to offer its clients quality essential oils at a relatively low price. I can conclude that this is the best company that can offer my family the best healthy products at a cost that I can manage!

Business

Works of Gary Young

Published by:

111111111111Introduction

Donald Gary Young is an entrepreneur who was born and is based in United States of America and runs an international company which deals in essential oils. Gary Young is also a famed writer who has written many inspirational and informational works. He also has a foundation (D. Gary Young foundation) which looks to inspire young people so that they can turn their passions into careers that will earn them a living.

Gary Young was born on the eleventh day of July in 1949 at Salmon, Idaho in USA. He resides in Lehi, Utah in USA. Gary is married to Mary Billeter Young and the couple is blessed with two sons.

Young Living

A multi-level marketing company that is based in Lehi, Utah in United States of America and deals in essential oils and related products. Gary Young is the founder of this company. He founded it in the year 1993. His wife, Mary young, is the Chief Executive Officer (CEO) of this company.

This company markets many natural oil products, some of which are known to have medicinal effects while others are able to prevent several diseases. Gary Young had a hobby of travelling round the world to learn the various methods and discrepancies in procedures of oil distillation. Using this research, Gary started the company – young living. The company operates by employing many distributors who sell products to customers at a commission.

  1. Gary Young Foundation

This foundation that was started by Gary Young looks to assist the young people in different parts of the world to defy their limitations through education, business opportunities and wellness. The foundation has helped people in case of catastrophe like the earthquake in Japan. Foundation has also built schools in various parts of the world in a bid to promote education.

Written Works

Gary Young is the author of several books in the field of aromatherapy and about super foods. His published works include:

  • Aromatherapy: the Essential Beginning
  • The Truth behind Growth Hormone: Its Promise and Peril
  • A New Route To Robust Health
Business

Will ASEA Make You Any Cash?

Published by:

11111111111So you may have known about ASEA, the moderately new Network Marketing organization, you may likewise have thought about whether ASEA is a trick and simply selling containers of salt water!

Well leading there is a great deal of sponsorship from a few top competitors that claim to have upgraded their exhibitions by utilizing ASEA’s items, the organization additionally guarantees their item is supported by 16 years of examination. ASEA contains sodium chloride and water, fundamentally this is saltwater. I’ve never attempted the item myself so I won’t go throwing defamations. The item claims to have Redox flagging atoms which essentially offer our bodies to make some assistance with bettering utilization of normally happening against oxidants, it likewise flags the expanded arrival of vitality and helps the resistant framework.

ASEA began off in 2009 and is increasing some energy. Conceived in the brain of Verdis Norton and helped to establish with James Pack the organization started life, James confused up the money subsequent to being sold on the thought from Verdis. Both of these folks are surely understood in the corporate world and have stores of experience. Verdis served at a top administration level for a long time at Kraft Foods and James fabricated his own particular information transfers counseling realm! Extremely amazing.

What routes are there to profit?

This organization utilizes a double comp arrangement like numerous system marketing organizations, it’s well worth setting aside some an opportunity to get comfortable with precisely how this functions. Do it right and you will have the capacity to win a not too bad sum utilizing this pay arrangement. Altogether there are 7 approaches to gain your cash, full subtle elements can be found by downloading the comp arrangement from their corporate site.

There is no lack of approaches to win.

The organization is by all accounts increasing some force, yet they do need to conquer the obstacle of the items basically being saltwater. Anybody getting included truly should be utilizing the item themselves and really increasing genuine advantages, keeping in mind the end goal to have any feeling about this open door.

An issue that numerous ASEA distributors will have is an absence of leads, this is truth be told an issue that most system advertisers face. For any business to REALLY take off you need to be getting 20-30 drives a day reliably. Along these lines you will discover ‘something great’ will happen in your business consistently. This may be information exchanges or a commission installments or the like. Another basic variable is making quick income, you need a powerful deals pipe that will procure commissions from individuals, regardless of the possibility that they don’t join your business!

Discovering an answer for these issues is the contrast in the middle of progress and disappointment, so ensure you tackle them in your business for all time!

Business

When Should You Consult a Wills Attorney Orange?

Published by:

333333333333With several years of experience, the wills attorney Orange is considered the most highly regarded family lawyer within California. Normally family conflicts like matters associated with family and kids are emotionally irresistible as well as exhaustive. These can end up being resolved peacefully without any hassle by using the advice of some helpful family trust Orange County just before moving for the legal action. They will let you know regarding the state’s family laws and might suggest you regarding the alternatives that might be opted to resolve any household dispute instead of moving for any legal action.

Wills attorney Orange usually manages the suits associated with spousal and kid support, divorces, child custody and child visitation together with separation, amendments in previously contested divorce cases, annulment, etc. Usually knowledgeable family lawyers deal within the issues among the household members like husbands and wives, kids and parents, grandchildren and grandparents, and so on. The family attorneys in Orange County typically save considerable time as well as money since the matters are essentially of sensitive character and lawyers solve them through their own experience and understanding of the state’s family laws.

A wills attorney Orange should be referred before any marriage matter, matters linked to parenthood plus while going to negotiate for any type of marital agreement. Consulting a household lawyer, prior to taking any action for marriage, can make you comprehend the responsibilities associated with marriage and monetary advantages in an easy way. They can educate you regarding the legal as well as social obligations of marriage in addition to implications of splitting up in a marital relationship in the future. The lawyer will let you know that parenthood duties are similar for parents, whether they’re married or not, regarding the custody of the child, visitation as well as the support of the kid. Family laws of the state cover the problems of family relationships, for example, civil harassment, household violence including mental, bodily, and psychological harassment, restraining orders – long term or temporary and so on. All these problems can be resolved with the consultation of a skilled and learned household lawyer of your locality.

Business

The Best Place To Relocate

Published by:

When it comes to purchasing a home in Parkland Fl, numerous things visit your mind. The ideal place for you to reside depends on what you really wants and where you can see yourself as well as your family dwelling happily and comfortably. On the other end, there are also things to think about in choosing a house for example the accessibility to the commercial establishments, learning institutions, crime rate, great neighborhood, means of space and transportation to work.

You should also consider whether your family and you agreed to relocate when relocating to a new home,. Ask questions like, do they love the new place? Are they comfortable with its environment? Are their parks and other places of interest that attract your family members? Parkland FL here are some of the reasons why, and might be an ideal location for you to buy a brand new home.

City Review

When you buy a house in Parkland florida, you’ll be in a secure location where zoning laws made and are built to safeguard the park life that is the character and spirit of the city. This city is also known as the one of the most wealthy cities in Florida, United States. Many celebs live in this area. According to 2008 census figures, the place has a population of 24,017. This position is a territory of South Florida metropolitan area with a population of 5,463,857 residents. Parkland is located in an ideal location where one can enjoy living peacefully and well equip with each of the comforts of the city. The city has a lot of social organizations and some groups that encourage a wide range of cultural and recreational activities for their residents to relish living in this place. If you want to head around to the shores, South Florida is only close and a short drive away for beach lovers.

Academic Institutions

When looking for homes at Parkland FL, it is critical to consider that there are primary as well as several exceptional faculties and secondary schools in the city of Parkland. Schools are extremely important because if you are to dwelling to a home that is near to educational institutions, it is a great advantage in protecting the property against depreciation. Which means your property will not be affected by depression and you are still able to resell it to a higher price compared with other properties which aren’t near to high quality schools or faculties. Keiser College is among the best educational institutions in Parkland that is conveniently situated near to Miami Shores.

City Attractions

Spending quality time with your family residing in this spectacular place is rather easy. One of the fantastic things to do in this region is that the metropolis has many miles of equestrian trails which can be a great place for horse riding. And if you adore golfing the city also has many golf courses.

Internet

Professional SEO Services – Want To Be On Top?

Published by:

There are lots of search engine optimization components you will feel comfortable doing, but you might find that you want the professionals’ help with some of the components. By following the guidance contained here, you’ll have the ability to move effectively and efficiently.

When using professional seo services on your site, do not forget about organizing your files in the directory. The more layers you have in your file directory, the less weight the search engine spiders will place on those pages. Organizing your files to be closer to the root directory will help improve your positions.

Adding high-quality content to your website is among the very best methods to enhance its search engine position. There are many arcane techniques to boost search engine optimization you will overlook the honest and most uncomplicated strategy: give more of what your website’s visitors want to them. Useful, informative content will be valued by visitors and have a ripple effect in your website ‘s popularity.

Maintain your location to maximize search engine optimization! That’s for sites which are designed to map out places for company with a local existence. Search engines will bring up sites local to the IP address of a customer when they are looking for a physical business. You can command your brand and make customers more inclined to visit you, by claiming your site on these pages.

Use an XML sitemap generator to build an XML sitemap for your site. Upload it into the exact same directory as your home page. Edit the robot.txt file to point to the sitemap page. Search engines adore seeing sitemaps. This really is quick way to assist its position improves without disturbing other aspects of the website.

Be sure to give your thought to these tips as you get started and continue with SEO, if you’re ready to get a high ranking. You want that could just happen with solid, SEO practices that are effective, and the highest rankings potential.